RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bagoaz et EH Bai refusent la décision de Strasbourg

Bagoaz et EH Bai n’acceptent pas la décision rendue ce mercredi 23 octobre par la Cour européenne des droits de l'homme à propos des recours présentés par Santiago Arrozpide, Alberto Plazaola et Francisco Mujika. Selon eux, une telle délibération amène le prolongement mécanique des peines des prisonniers basques et la souffrance de leurs proches.

Suite à la décision rendue publique hier sur le cumul des peines des prisonniers basques, EH Bai et Bagoaz ont fait connaître leur mécontentent à travers des communiqués. Ils refusent la décision qui, selon eux, soutient "une mesure d’exception" appliquée par l’État espagnol.



Bagoaz critique la décision prise par la Cour européenne des droits de l’homme car, selon la dynamique, Strasbourg a "protégé l’Espagne et ses lois créées pour des raisons politiques imprégnées de vengeance. Cette décision ne fait que créer de la souffrance dans la société basque et dans l’entourage des prisonniers". La décision représente "un obstacle au processus de paix". 



Bagoaz pense que l’État espagnol doit changer sa loi immédiatement afin de permettre aux prisonniers de confondre leur peine. "Il est temps que l’Espagne change de posture, en s’éloignant de la vengeance et en se rapprochant du vivre ensemble. Il est temps que l’Espagne s’implique réellement dans le processus de paix", rajoute-t-elle.



Bagoaz, tout comme EH Bai, ont souligné que, pour que le processus de paix avance, la situation des prisonniers doit être résolue. "L’Etat espagnol doit rapprocher les prisonniers basques, permettre la confusion des peines, libérer les prisonniers malades ainsi que permettre le changement de grade au sein des prisons pour un traitement humain de tous les prisonniers".

"Plus d’excuses, la société basque attend des avancées sur la voie de la paix et nous espérons vivement que ces prochains mois, nous n’aurons plus ce genre de mauvaises nouvelles", lance le mouvement politique abertzale.

Incompréhension et indignation

Le Comité pour la Défense des droits de l’Homme en Pays Basque a également fait part de son "incompréhension et indignation". Il souligne que de nombreux juristes voyaient dans l’application par les autorités espagnoles de cette "double peine", une mesure abjecte de cumul des peines.

Selon le comité, une telle décision plonge des dizaines de prisonniers et leurs proches dans un abîme, "celui d’un enfermement à une durée humainement insupportable". De plus, la décision de Strasbourg est "un coup porté contre la dynamique en faveur du désir de pays existante au Pays Basque. C’est un attentat contre la Justice restaurative préconisée dans toute sortie de conflit, un attentat contre l’idéal de Paix et du Concorde", conclut-il.

»» https://mediabask.naiz.eus/eu/info_mbsk/20181023/bagoaz-et-eh-bai-refu...
URL de cet article 34018
  

Même Thème
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.