RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Communiqué de la République bolivarienne du Venezuela

TRADUCTION NON OFFICIELLE

Le Gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela a eu connaissance de la décision du gouvernement de la République de Colombie d’accorder le statut de réfugié au fugitif de la justice vénézuélienne Julio Andrés Borges, le 11 octobre 2018. Sur ce sujet il tient à exprimer ce qui suit :

Le Venezuela attire l’attention de la communauté internationale sur ce fait qui confirme le format de protection du gouvernement de la Colombie envers des ressortissants vénézuéliens qui attentent contre la démocratie et contre la vie des présidents du Venezuela. Le format d’impunité aujourd’hui appliqué à Julio Borges, est le même que celui appliqué depuis 2002 à Pedro Carmona Estanga, auteur et principal protagoniste du coup d’Etat au Venezuela dont un des buts était l’assassinat du président Hugo Chávez et de membres de son gouvernement, protégé [lui aussi] par les autorités colombiennes.

A cette occasion, le gouvernement colombien viole l’alinéa F de l’article A de la Convention sur le statut des réfugiés, en accordant sa protection à un autre ressortissant vénézuélien que des évidences fondées et connues signalent comme principal auteur intellectuel de l’assassinat frustré contre le président Nicolás Maduro et les plus hautes autorités de l’Etat vénézuélien, fait survenu le 4 août dernier.

La tentative frustrée d’assassinat d’un chef d’Etat représente sans aucun doute un délit grave, qui viole les objectifs et les principes des Nations Unies, et dont les conséquences immédiates donneraient lieu à un conflit de proportions insoupçonnées au Venezuela, avec des répercussions graves pour toute la région. Cependant, le gouvernement colombien a décidé d’instrumentaliser la figure du refuge et les conventions internationales afférentes pour protéger un ennemi notoire de la paix au Venezuela, en outre publiquement impliqué dans toutes les étapes du coup d’état permanent contre les institutions légitimes de l’Etat vénézuélien depuis l’année 2002.

En élevant sa voix pour que le monde connaisse des actions aussi dangereuses pour la stabilité politique et sociale, le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela a la certitude que Monsieur Julio Borges aura le même sort que Monsieur Pedro Carmona Estanga, couvert par le mépris du Peuple vénézuélien et condamné par l’histoire pour avoir prétendu plonger sa « Patrie » dans la guerre et dans la souffrance pour favoriser des intérêts personnels mesquins.

Caracas, le 12 octobre 2018

URL de cet article 34023
  

Même Thème
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.