RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


BEAUFS DE LA REPUBLIQUE : Ces hommes publics qui jouent avec le racisme !

BEAUFS DE LA REPUBLIQUE :

B Hortefeux, P Girot de Langlade, mais aussi G Freiche et M Valls ; ces membres du sommet de l’Etat ou de partis qui jouent avec le racisme !

Après le préfet Paul Girot de Langlade (1) et ses comparaisons douteuses entre la France et l’Afrique et les Africains cet été qui lui ont valu la qualification de "beauf de la République" (Mouloud Aounit du MRAP ), c’est au tour de Brice Hortefeux ministre de l’Intérieur de s’adonner aux petits jeux de mots dangereux sur "les origines". Pourtant le même Hortefeux avait été choqué par le terme "souchien" de la porte-parole des Indigènes de la République. (2) Georges Frêche voyait lui des « sous-hommes » et « cocus de l’Histoire » à propos des harkis. Manuel Valls enfin estimait qu’il n’y avait "pas assez de blancs à Evry" !

Si l’on remonte un peu plus dans le temps on s’aperçoit qu’un passé xénophobe et raciste a gagné les élites qui se permettent "un franc parler" plus digne de la "coloniale" que de la "préfectorale" ou des sommets de l’Etat. Cf. Stop au racisme présidentiel.

*

Le Préfet PGL n’en était pas à son premier coup : c’est en effet un récidiviste de la stigmatisation facile des Roms (3). Quand à M Hortefeux, lui, c’est sur le prototype du "bon Arabe" qu’il a jugé bon de plaisanter. Pas de chance, ces propos ont été révélés au public ce jeudi, 10 septembre, dans l’après-midi par une vidéo publiée (sur le site du journal Le Monde).

Dailymotion la vidéo de Public Sénat.

A l’université d’été de l’UMP réunie à Seignosse dans Les Landes, samedi 05 septembre, le ministre avait été invité à se laisser prendre en photo avec un jeune militant de son parti. Celui-ci lui avait été présenté comme « un Auvergnat ». A plusieurs reprises, la conversation venait porter sur les origines du jeune homme, présenté sous l’angle de « l’intégration » en précisant que « lui, il parle Arabe » et « qu’il mange le cochon ».

Puis tombe la phrase-clé de la scène, quand Brice Hortefeux affirme : « Il ne correspond pas du tout au prototype. Ce n’est pas du tout ça. » Pour ajouter : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »

Visiblement, Monsieur Hortefeux ne considère pas ce jeune Français issue de l’Auvergne, et d’origine « arabe » supposée, comme un Français à part entière. Vis-à -vis de ce jeune militant de son propre parti, il fait preuve d’une fixation sur l’origine, révélatrice de ce qu’il faut qualifier de véritable obsession chez ce ministre. « Il n’a pas le prototype », dans ce contexte, signifie visiblement : pas le prototype « blanc ».

Il faut marginaliser ces personnages afin que la peste raciste infecte le peuple.

Christian DELARUE

BE & CA du MRAP

1) Plainte contre le préfet Paul Girot de Langlade pour propos racistes

2) Hortefeux donne dans l’humour raciste à répétition

http://www.rue89.com/

3) Quelques propos contre les Roms.

* 17 octobre 2002 "Je n’ai aucune tendresse particulière pour ces gens-là , ils vivent de rapines"

* 23 octobre 2002 sur France 2 : "Ces gens-là vivent d’escroqueries et de rapines"

* 23 novembre 2006 dans la Nouvelle République du Centre Ouest "Chacun sait que quand ils arrivent quelque part il y a de la délinquance".

* Enfin Orly 31 juillet 2009 : "On se croirait en Afrique ici" - "De toute façon, il n’y a que des Noirs ici"

URL de cet article 9130
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La CIA contrôle tous ceux qui ont une importance dans les principaux médias."

William Colby, ancien directeur de la CIA

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.