Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bénin : Patrice Talon, un ami devenu encombrant pour sa garde rapprochée ?

Le Bénin, autrefois modèle de démocratie en Afrique de l'Ouest, vient de faire un saut gigantesque dans l'autoritarisme, sous la férule de son président de la République, Patrice Talon, qui a évincé les partis d'opposition des législatives du 28 avril dernier. Un tournant désastreux pour l’image du pays et de ses institutions, mais aussi pour celle du chef de l’Etat et de ses hommes de confiance, dont beaucoup ont bâti leur carrière autour de la défense des libertés individuelles, du libéralisme et de l’Etat de droit. Comme un hiatus.

Deux enseignements peuvent être tirés des élections législatives béninoises du 28 avril dernier, auxquelles n’étaient autorisées à participer que deux formations politiques pro-régime. Tout d’abord, le Bénin, modèle de démocratie en Afrique de l’Ouest, cité en exemple sur le continent, voire même à l’extérieur, a achevé de glisser vers un modèle autoritaire de l’exercice du pouvoir, au grand dam de tous les observateurs du pays – et des citoyens, surtout. Ensuite, le scrutin, qui tient davantage de la gabegie électorale qu’autre chose, vient prouver que, derrière tout personnage politique autocratique, se cache en réalité une frustration profonde.

Confiscation du pouvoir

Frustration, en l’occurrence, d’un président, Patrice Talon, élu en 2016 – à l’époque, le pays voyait en lui un « visionnaire » – et qui n’aurait pas supporté, selon certains politologues, de voir son projet de réforme constitutionnelle retoqué à deux reprises par le Parlement. Exit, par conséquent, ses désirs de grandeur, lui qui se voyait déjà rentrer dans l’Histoire en tant que premier président africain à instaurer un mandat de 7 ans. Jusqu’à cette manipulation de la procédure électorale pour évincer de facto, quelques mois avant les législatives polémiques, tout parti politique d’opposition. Une opposition qui avait d’ailleurs déjà tourné le dos à un chef de l’Etat accusé de confondre son patrimoine et celui de l’Etat, et d’avoir recours à la justice du pays pour éliminer ses adversaires politiques.

Aujourd’hui, personne n’est dupe. Les élections du 28 avril dernier n’ont pas fait que consacrer une Assemblée nationale « monocouleur » : elles devraient entrainer l’adoption de la réforme constitutionnelle de Patrice Talon, qui pourra se maintenir au pouvoir afin, notamment, de faire fructifier ses affaires dans le pays– le magazine Forbes Afrique estimait son patrimoine à plus de 400 millions de dollars en 2015 –, comme le redoute une opposition qui a d’ores et déjà appelé à la tenue d’un nouveau scrutin. S’il y a peu de chance qu’elle soit entendue par le régime, ses principales armes pourraient être néanmoins les fidèles du président Talon, tentés de se désolidariser d’un homme devenu bien trop autoritaire pour eux.

Olivier Boko, William Bourdon et Romuald Wadagni : péril en la demeure ?

On le sait, le monde des affaires supporte très mal les écarts anti-démocratiques. Ceux-ci pouvant rejaillir à tout instant sur l’image des entreprises qui flirteraient d’un peu trop près avec les régimes illibéraux. Raison pour laquelle Olivier Boko, homme de l’ombre de Patrice Talon, à la tête de la société anonyme Denrées et fournitures alimentaires (DFA), ex-Société intercontinentale de commercialisation et de négoce (Sicone), pourrait avoir du souci à se faire. Jeune Afrique, qui le présente comme « compagnon fidèle » de Talon, rappelait en 2017 qu’il était déjà « visé par les mêmes accusations d’association de malfaiteurs et de tentative d’assassinat » que le chef de l’Etat, sur la personne de Thomas Boni Yayi, ex-président béninois. Ses clients et fournisseurs étrangers pourraient être tentés, à présent qu’Olivier Boko évolue dans le giron d’un autocrate, de revoir une bonne fois pour toutes leurs partenariats.

Que dire, également, de William Bourdon, avocat français de la Ville de Paris et de Transparency International, notamment, qui a fait de la lutte contre les dictatures et pour la démocratie un engagement de carrière ? Le défenseur de Patrice Talon reverra-t-il les termes de sa relation avec le président béninois qui n’hésite pas à se servir de la justice de son pays à des fins politiques ? Pour rappel, William Bourdon, en 2010 et 2011, avait défendu des hommes d’affaires qui s’opposaient à la privatisation du processus judiciaire dans leurs pays d’origine...

Enfin, le ministre béninois de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, proche parmi les proches de Talon, de tous les voyages présidentiels et « très sollicité » par le président, selon Jeune Afrique, était promis à un bel avenir politique. Le « meilleur ministre des Finances de l’année 2018 en Afrique », selon les « Financial Afrik Awards », qui sait allier l’économique et le social dans ses choix d’acquisitions, ne verra-t-il pas, cependant, ce futur prometteur lui échapper, en raison de sa trop grande proximité avec un chef de l’Etat ultra autoritaire ? Parce que Patrice Talon pourrait constituer la principale faiblesse de sa garde rapprochée, il n’est pas exclu que celle-ci s’en éloigne petit à petit.

URL de cet article 34941
   
We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.