Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR

La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : «  bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ?
C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les services de gériatrie, nourrit les salles de rédaction et enrichit des entreprises. A un point tel qu’on parle maintenant du «  Bien Vieillir ». Avec des majuscules et un article défini. Le «  Bien vieillir » fait maintenant l’objet de plan, de conférences, d’écrits, de publicité pour des établissements spécialisés ou des produits d’entretien de soi et de recommandations pour la conduite de la vie de chacun.

Marie de Hennezel parle même de «  vieillir sans être vieux ». De la crème pour la peau on est passé à la crème anti-rides puis maintenant à la crème anti-âge, gageons que prochainement les laboratoires sortirons la crème anti-vieux. «  Vieillissez donc mais vieillissez bien » des fois qu’il vous viendrez à l’idée de mal vieillir ! L’injonction est discrète voire sympathique. Elle se niche désormais dans nos moindres mouvements : chez le médecin et dans notre assiette, dans nos vêtements et dans le rapport que nous avons avec un corps qu’il nous faut gérer comme un capital. Si « Bien Vieillir » devient le projet personnel et politique auquel nul ne saurait déroger, vieillir mal devient une erreur, une faute, presque un délit vis-à -vis de soi-même et vis-à -vis de ceux qui auront à en assumer les conséquences.

Il faut impérativement réaliser au moment de la vieillesse ce qu’on ne peut accomplir qu’en partie dans sa vie, comme si il fallait rattraper un temps jugé perdu : il faut se souvenir, participer à des ateliers-mémoire, se remémorer son passé dans des histoires de vie ; il faut communiquer, donner les signes d’une expression même infime ; il faut avoir un projet, un projet de vie ; Il faut aussi être auto-nome qu’on considère comme le contraire d’être dépendant et qu’on confond allègrement avec être «  auto-mobile ». Rendre auto-nome c’est permettre à une personne de, sinon définir ses propres règles au moins de participer à leur élaboration, de pouvoir manifester sa volonté et pas simplement de pouvoir se déplacer. C’est que bouger permet de ne pas faire son âge. Comme dit Isabelle Queval «  Bouger semble le gage d’une existence maîtrisée. La sédentarité est stigmatisée ; symbole de laisser-aller, de passivité, de mollesse. Faire du sport est la signature de la volonté ».

Mais il y a plus. Les «  vieux », neutralisés sous l’appellation, sont devenus un enjeu de pouvoir, l’enjeu d’un bio pouvoir par la production exponentielle d’un savoir médicalisé accompagné des pratiques institutionnelles mais aussi par la mise en oeuvre de ce que Foucault a appelé pour les «  fous » le grand renfermement. Renfermement dans les maisons de retraite rebaptisées pour la circonstance «  résidence », dans différentes officines privées, dans sdes institutions spécialisées. La concentration, modèle formulé par Agamben, s’opère maintenant par le regroupement des vieux dans des maisons qui couvrent maintenant le territoire. La concentration n’étant sans doute qu’une des modalités du développement de ce que Hannah Arendt appelle la «  désolation ». «  Ce qui, dit-elle, dans le monde non totalitaire prépare les hommes à la domination totalitaire c’est le fait que la désolation, qui jadis constituait une expérience limite, subie dans certaines conditions marginales, telles que la vieillesse, est devenue l’expression de masses toujours croissantes... ». La désolation aujourd’hui gagne du terrain : les vieux, les handicapés, les SDF, les pauvres et autres éclopé »s de la vie.

Il nous a donc semblé, à Michel Billé et à moi-même, urgent de mettre en question dans cet essai ce que recouvre cette construction idéologique porteuse d’un sens presque invisible tant elle est liée au désir humain de bien vivre. Tyrannie douce, elle exerce une contrainte sur les années de vie que les hommes ont à vivre en vieillissant… Vieillir n’est pas réductible à une question cosmétique, à une question de forme. Il y va de notre rapport à la mort mais aussi et surtout de notre rapport à la vie dans des rapports de pouvoir.

Dans ce refus généralisé de vieillir, quant à être un faux vieux et avoir une mal-vieillesse, il faut se frayer la voie d’une véritable réflexion sur la vieillesse. Pour apprendre à être véritablement vieux. La vieillesse n’est pas un simple état de fait, c’est une manière d’être qui a ses exigences. Tel est l’enjeu : «  vivre vieux ».

La tyrannie du Bien Vieillir de Michel Billé, sociologue et Didier Martz, philosophe

aux Editions Le bord de l’eau dans la collection Clair et Net dirigée par Antoine Spire

Préface de François Dagognet, médecin et philosophe

URL de cet article 11406
   
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
42 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.