RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bilderberg 2013 : rien de neuf sous le feu de la finance

Parmi les plusieurs centaines d’opposants au rassemblement annuel du club Bilderberg qui se tenait du 6 au 9 juin à l’hôtel Grove près de Londres, l’un d’eux a fait preuve d’un humour de potache. À l’entrée du périmètre réservé aux augustes politiciens et autres gourous financiers, il portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire une inscription des plus sardoniques : « lobbying register : all corporate lobbyists please sign in here (registre du lobbying : chaque lobbyiste est prié de signer ici). D’autres brandissaient aux invités défilant à l’intérieur des limousines aux vitres fumées des affiches les invitant à payer leurs impôts avant de déguerpir.

Un ex-ministre travailliste de l’environnement, Michael Meacher, était lui aussi aux premières loges. Interrogé par le Financial Times, il a blâmé le secret dans lequel se déroulait le rassemblement en dépit des promesses de transparence faites l’an dernier par les membres de ce club confidentiel à Chantilly (Virginie). M. Meacher a bien évidemment insisté sur le caractère peu démocratique de ces procédés, affirmant qu’il avait demandé au président de la chambre des Communes que le chancelier de l’Échiquier George Osborne rende publiques, en tant qu’invité de marque, les conclusions des entretiens tenus à l’hôtel Grove.

Il y a tout lieu de penser que les sujets abordés cette année par les délégués du club Bilderberg avaient trait à la crise économique européenne et aux moyens permettant de juguler cette dernière. Ce sentiment était d’ailleurs largement partagé par tous les observateurs ainsi que par les opposants au rassemblement. Au vu de la composition des hôtes et de l’aréopage de conseillers qui les accompagnaient, il y a fort à parier que les conclusions seront une fois de plus à sens unique : les plus faibles se serreront la ceinture pendant que les puissants empocheront la mise.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-biderberg-2013-rien-de-neuf...

URL de cet article 20956
   

Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.