Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bolivie : Le ministre de l’Intérieur demande l’aide d’Israël pour combattre le "terrorisme de gauche"

Après une interruption de dix ans sous la direction de l’ex-président Evo Morales, le gouvernement bolivien issu du coup d’Etat de novembre 2019 a rapidement annoncé le rétablissement de ses relations diplomatiques avec Israël. Le nouveau ministre de l’Intérieur s’entretenait avec l’agence Reuters quelques jours après, offrant ainsi un éclairage sur la nature de la coopération à mettre en place entre les deux pays. Ces derniers jours, divers secteurs opposés à l’actuel gouvernement ont dénoncé une militarisation croissante de certaines zones du pays. (Note du traducteur).

LA PAZ (Reuters, 06/12/2019) - Le gouvernement intérimaire bolivien veut qu’Israël aide les autorités locales à lutter contre le "terrorisme" dans ce pays d’Amérique du Sud, a déclaré à Reuters vendredi le ministre de l’Intérieur, alléguant des complots du président vénézuélien Nicolas Maduro et d’autres forces de gauche pour déstabiliser les gouvernements régionaux.

Sans fournir de détails, Arturo Murillo a déclaré que la police bolivienne enquêtait sur les extrémistes de gauche qui seraient liés à Maduro et à des trafiquants de drogue qui, selon le gouvernement, ont été à l’origine de troubles meurtriers dans le pays après la démission de l’ancien président Evo Morales le mois dernier.

Morales devait terminer son troisième mandat en janvier, mais il avait dû faire face à des semaines de protestations à la suite d’une élection qu’il avait remportée mais qui a été marquée par des accusations de fraude électorale. Il a imputé sa chute à un coup d’État après que les forces de sécurité lui aient retiré leur soutien.

Le gouvernement intérimaire de la présidente Jeanine Anez, une ancienne opposante à Morales qui était le plus haut responsable lorsque lui et son vice-président se sont enfuis au Mexique, a depuis fait basculer la politique bolivienne vers la droite. [1]

Elle a renforcé le poids de la droite religieuse, a renoué des liens étroits avec les États-Unis et Israël, et a renvoyé chez eux des centaines de médecins cubains ainsi que des diplomates vénézuéliens.

Son gouvernement a également mis en place des unités de police pour mener des opérations antiterroristes. Des images télévisées diffusées par les médias locaux ont montré des policiers cagoulés et armées lors de séances d’entraînement.

"Ils sont durs et ne plaisantent pas", a déclaré Murillo à propos des unités. "Nous allons continuer à les préparer."

Murillo a déclaré que plusieurs pays avaient contribué à la formation de la police et qu’il avait également demandé le soutien d’Israël.

« Nous leur avons demandé de nous aider. Ils ont de l’expérience en matière de [lutte contre les] terroristes. Ils savent comment leur faire face, » a déclaré Murillo à propos des Israéliens. « La seule chose que nous voulons, c’est apporter la paix. »

La semaine dernière, le gouvernement a conclu une série d’accords avec les dirigeants des mouvements de protestation pour "pacifier" la Bolivie après que des affrontements entre les forces de sécurité et les partisans de Morales aient fait une trentaine de victimes.

Murillo a accusé Maduro, un proche allié de Morales, de financer les troubles dans toute la région, sans fournir de preuves. Murillo a déclaré qu’il prévoyait de se rendre aux États-Unis pour établir des "connexions" en vue d’échanger des informations.

Le gouvernement de Maduro a rejeté les accusations en les considérant comme étant sans fondement.

Murillo a également qualifié d’"inquiétant" le fait que l’ancienne présidente argentine de gauche Cristina Fernandez de Kirchner devait revenir au pouvoir en tant que vice-présidente la semaine prochaine.

"Malheureusement, le peuple argentin l’a élue. C’est pourquoi nous tous, les pays démocratiques, devons être en alerte", a déclaré M. Murillo.

Monica Machicao, Reuters (06/12/2019)

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada) pour Le Grand Soir

NOTE DU TRADUCTEUR :
[1] En réalité, avant d’assumer la présidence de la Bolivie Jeanine Añez n’était pas « le plus haut responsable » selon la ligne de succession constitutionnelle. Lorsque le président Evo Morales et le vice-président Álvaro García Linera ont présenté leur démission, le 10 novembre 2019, elle occupait la charge de vice-présidente du Sénat bolivien. Añez n’a eu le champ libre pour prendre la tête du pays seulement après que la Présidente du Sénat Adriana Salvatierra et le président de la Chambre des députés Víctor Borda, tous deux membre du parti Movimiento al Socialismo, aient aussi présenté leur démission après avoir reçu des menaces à leur encontre et celle de leurs familles.

»» https://www.reuters.com/article/us-bolivia-politics-security/bolivian-...
URL de cet article 35622
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

10 
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.