RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La guerre de l’Empire contre le journalisme d’opposition continue de s’intensifier (Medium)

Le journaliste Glenn Greenwald a été inculpé par le gouvernement Bolsonaro au Brésil avec le même angle d’accusations que celui utilisé par les Etats-Unis pour cibler le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Selon le New York Times :

Citant des messages interceptés entre M. Greenwald et les pirates informatiques, les procureurs affirment que le journaliste a joué un "rôle évident en facilitant la commission d’un crime".

Par exemple, les procureurs affirment que M. Greenwald a encouragé les pirates à supprimer des archives qui avaient déjà été partagées avec The Intercept Brasil, afin de brouiller les pistes.

Les procureurs affirment également que M. Greenwald communiquait avec les pirates alors qu’ils surveillaient activement les conversations privées sur Telegram, une application de messagerie. Six autres personnes ont été inculpées, dont quatre qui ont été détenues l’année dernière en relation avec le piratage de téléphones portables.

Cet argument est essentiellement indissociable de celui utilisé actuellement par l’administration Trump pour inculper Assange de 17 chefs d’accusation de violation de la loi sur l’espionnage. Le ministère américain de la Justice prétend qu’Assange a tenté de fournir au soldat Manning des conseils et de l’aide pour couvrir ses traces tout en divulguant des documents auxquels elle avait déjà accès, faisant ainsi d’Assange le complice d’une conspiration contre les États-Unis.

Il n’est pas surprenant que le Brésil se lance dans la même guerre contre le journalisme que celle que nous avons connue aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en France. Avec l’élection du ouvertement fasciste Jair Bolsonaro en octobre 2018 (une élection dont les fondations corrompues ont été mises à nu par les reportages de Greenwald avec The Intercept Brasil), le gouvernement brésilien s’est aligné sur l’empire centralisé des États-Unis, ce qui explique que son investiture ait été célébrée avec enthousiasme par des personnages comme Donald Trump, Mike Pompeo, John Bolton et Benjamin Netanyahu.

De la même manière que nous avons assisté à une coordination entre les États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède, l’Équateur et l’Australie pour immobiliser, puis faire taire, puis emprisonner Julian Assange, nous assistons à un mouvement uniforme visant à faire taire le journalisme d’opposition dans tout l’empire centralisé des États-Unis. En effet, la montée en puissance de la Chine et le confort croissant du groupe de nations qui ont résisté à l’absorption dans le blob impérial mettent grandement en péril la position des États-Unis en tant que dominateur mondial unipolaire, ce qui signifie que l’empire doit rapidement consolider le contrôle mondial afin d’éviter d’être dépassé et remplacé par d’autres structures de pouvoir.

Pour y parvenir, il va falloir adopter un comportement très néfaste. Beaucoup d’escalades militaires, beaucoup de coups d’état de la CIA, beaucoup d’intimidation et de subversion, et beaucoup de propagande pour graisser les rouages du consentement public. Des mouvements aussi importants, aussi frénétiques, aussi agités, peuvent être facilement révélés par une presse libre, et c’est précisément la raison pour laquelle la presse libre est maintenant réprimée. L’empire établit tous ces précédents juridiques contre le journalisme d’opposition parce qu’il a pleinement l’intention d’utiliser ces précédents à l’avenir. Il a pleinement l’intention d’utiliser ces précédents juridiques à l’avenir parce qu’il sait qu’il va devoir rendre les choses laides.

Tout cela est fait pour empêcher le public de comprendre clairement ce qui se passe réellement dans leur monde, parce que si le public avait une compréhension claire de ce qui se passe dans leur monde, l’empire perdrait à jamais sa capacité à les contrôler et à les diriger.

Celui qui contrôle le récit contrôle le monde. Les impérialistes le comprennent. Le public, dans l’ensemble, ne le comprend pas. Et les impérialistes ont l’intention de le maintenir ainsi.

Glenn Greenwald a passé les trois dernières années à être faussement sali comme un larbin des gouvernements autoritaires alors qu’en réalité il faisait plus de mal à un gouvernement autoritaire que tous ses détracteurs réunis. La confiance du public dans les institutions oppressives (comme les institutions oppressives que les loyalistes de l’empire ont protégées en salissant Greenwald en tant qu’agent du Kremlin et marionnette de Poutine) peut être gravement affaiblie par l’exposition de leurs sombres manigances à la lumière de la vérité.

Les impérialistes le savent, et ils sont déterminés à ne pas permettre que cela continue. D’où leur persécution d’Assange, et donc leur persécution de Greenwald.

Caitlin Johnstone

Traduction "après Assange, les grands médias commerciaux peuvent continuer à dormir tranquilles" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://caitlinjohnstone.com/2020/01/22/the-empires-war-on-oppositiona...
URL de cet article 35621
  

Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La réalité est un aspect de la propriété. Elle doit être saisie. Et le journalisme d’investigation est le noble art qui consiste à saisir la réalité aux mains des puissants."

Julian Assange

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.