Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bolsonaro et la bataille pour l’avenir du Brésil : un entretien avec Elias Jabbour

L’élection de l’homme politique d’extrême droite Jair Bolsonaro à l’élection présidentielle brésilienne de l’an dernier a provoqué une onde de choc en Amérique latine et dans le monde entier. Quel a été l’impact des huit premiers mois du mandat de Bolsonaro ?

J’ai interviewé Elias Jabbour, professeur à l’Université d’Etat de Rio de Janeiro et membre du Comité central du Parti communiste du Brésil (PCdoB) pour connaître son point de vue sur les grandes luttes qui ont lieu actuellement au Brésil.


Quel a été l’impact des huit premiers mois du mandat de Bolsonaro sur le Brésil et sur la vie des Brésiliens ?

Jabbour : L’impact a été très important. Jusqu’à présent, Bolsonaro n’a pas de programme pour réduire les taux de chômage élevés au Brésil. Les mouvements sociaux, les syndicats et la pensée critique sont soumis à d’énormes pressions. L’économie est en récession technique depuis le dernier trimestre. La violence policière est de plus en plus fréquente.

Le Brésil est aujourd’hui un laboratoire de politiques économiques ultra-néolibérales. Nous assistons à une déréglementation du marché du travail, les travailleurs pauvres éprouvent des difficultés à prendre leur retraite et les salaires diminuent en proportion du PIB.

Un vaste programme de privatisation a été lancé, y compris la vente de grandes entreprises publiques et d’Etat rentables. Le pétrole pré-sel (1) du Brésil est mis aux enchères à bas prix pour les compagnies étrangères.

Le mépris de Bolsonaro pour l’environnement était clair dans le récent épisode de l’incendie de l’Amazone. Le Brésil est la victime du gouvernement le plus antinational et antisocial de l’histoire de l’Amérique latine.

Bolsonaro est sorti de l’ombre pour remporter son élection en octobre 2018 avec 57 millions de voix, soit 55% du vote populaire. Comment Bolsonaro a-t-il obtenu un si grand nombre de voix et dans quelle mesure a-t-il maintenu sa coalition de partisans au cours des huit derniers mois à la présidence ?

Jabbour : La grande vérité est que le Brésil a été victime d’une guerre hybride orchestrée par les Etats-Unis depuis que le président Lula da Silva a annoncé la découverte en 2006 de la très précieuse couche de pétrole pré-sel. C’est le seul endroit au monde où la stratégie de guerre hybride de Trump a eu beaucoup de succès.

L’histoire de la victoire de Bolsonaro est l’histoire d’un projet d’aliénation du peuple brésilien contre la politique et les politiciens en général comme premier pas vers l’établissement d’un gouvernement fasciste et pro-impérialiste au Brésil. Depuis 2005, une campagne médiatique contre la gauche et la politique en général est menée par les médias grand public. L’Operation Car Wash (une offensive "anti-corruption"), conçue aux Etats-Unis, était l’autre volet de ce projet. Au début, l’Operation Car Wash a discrédité l’ensemble de la gauche, puis presque tous les partis traditionnels de droite au Brésil ont également été touchés. Cela a laissé un vide politique, les principaux partis politiques du Brésil étant discrédités. Bolsonaro a pris la vague anti-politique pour gagner la présidence. Malgré son usure au cours des huit derniers mois, le gouvernement de Bolsonaro bénéficie toujours d’un large soutien de 30% des Brésiliens.

Les grands médias britanniques ont présenté la victoire de Bolsonaro comme un glissement de terrain complet, balayant la gauche brésilienne. Cependant, le candidat de la gauche à la présidence, Fernando Haddad, a obtenu 47 millions de voix, ce qui démontre en fait que la gauche a des racines sociales très profondes au Brésil. Comment la gauche a-t-elle répondu à la présidence de Bolsonaro et quelle est l’ampleur de l’opposition et de la résistance à ses attaques contre la population ?

Jabbour : Ce n’était pas 47 millions de voix pour la gauche, mais 47 millions de votes contre Bolsonaro. Aujourd’hui, la gauche compte environ 100 députés fédéraux (sur 513) et tous les gouvernements des Etats du nord-est du Brésil. Il y a beaucoup d’initiatives de la gauche, mais nous sommes encore au stade de l’accumulation des forces. L’axe de gravité de la politique nationale n’est plus entre la droite et la gauche, mais entre les forces libérales (centre-droit) et l’extrême droite dirigée par Bolsonaro.

La gauche a encore un long chemin à parcourir et de nombreuses luttes à mener avant qu’il ne soit possible de revenir au gouvernement central. La première étape consiste pour la gauche à s’unir autour de la défense de la démocratie et de la souveraineté nationale et à être le centre d’un large front contre le fascisme. À elle seule, la gauche ne mène nulle part.

Bolsonaro a remporté l’élection présidentielle après que le candidat de l’aile gauche, Lula da Silva, ait été empêché de se présenter. Tous les sondages d’opinion avant l’élection indiquent que Lula aurait battu Bolsonaro s’il n’avait pas été emprisonné pour de fausses allégations de corruption dans une conspiration impliquant le ministère américain de la Justice et la justice brésilienne. Quelle est l’importance de la campagne de libération de Lula à gauche et des mouvements progressistes au Brésil ?

Jabbour : La campagne de libération de Lula est juste, correcte et d’une grande importance historique. Lula da Silva est le plus important prisonnier politique du monde. Sa situation est aussi grave et injuste que celle de Mandela à l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud.

La campagne pour la libération de Lula s’inscrit dans la lutte pour la démocratie et la souveraineté nationale. C’est une campagne absolument nécessaire. Cependant, il est également vrai que la campagne de libération de Lula est le seul drapeau capable d’unir l’ennemi – qui a de nombreuses contradictions dans son camp – contre nous, la gauche. La gauche doit donc être aussi l’instigatrice d’un large front pour la démocratie et la souveraineté nationale. Ce large front devrait pouvoir isoler Jair Bolsonaro.

Les politiques environnementales destructrices de Bolsonaro ont fait la une des journaux internationaux alors que les incendies font rage dans la forêt amazonienne. Que pensez-vous du soutien de Bolsonaro à la déforestation et comment peut-on sauver l’Amazonie ?

Jabbour : La politique bolssonarienne est un instrument au service de la haine. La haine des Indiens, des femmes, des homosexuels, des Noirs, des pauvres, des gauchistes, des scientifiques et de la science elle-même. Il est impossible de comprendre la politique environnementale de Jair Bolsonaro en dehors du contexte de sa vision du monde qui nie les réalisations de la civilisation humaine. Sauver l’Amazonie est un problème que le peuple brésilien doit résoudre. Je ne crois pas aux bonnes intentions de gens comme Macron et Merkel. Le salut de l’Amazonie passe par l’exercice de la souveraineté nationale brésilienne sur l’Amazonie. Les gens en Europe ne comprennent peut-être pas, mais la lutte entre Bolsonaro et Macron a été utile à la politique de Bolsonaro de livrer l’Amazonie aux entreprises américaines, parce qu’il a pu se présenter comme un faux nationaliste au peuple brésilien, tenant tête au président de la France impérialiste.

Le Brésil est le cinquième plus grand pays du monde et la huitième économie mondiale. Quelle est la politique étrangère du gouvernement de Bolsonaro et quel impact pensez-vous que trois autres années d’un gouvernement d’extrême droite au Brésil auront sur l’Amérique latine et le monde ?

Jabbour : Le sort de la politique étrangère de Bolsonaro dépend de la prochaine élection présidentielle américaine en 2020. Dans le cas d’une victoire de Trump, le Brésil continuera d’être un gouvernement complètement subordonné aux intérêts américains et un grand bastion du fascisme dans le monde et en Amérique latine. La défaite de Trump pourrait isoler le gouvernement Bolsonaro sur la scène internationale et accélérer l’usure du gouvernement brésilien.

L’économie mondiale ralentit et l’impact sur le Brésil est une crise financière probable – aggravée par la politique économique néolibérale de Bolsonaro – et une baisse des importations de Chine au Brésil. L’environnement international n’est pas facile pour Bolsonaro.

En tant que professeur étudiant l’économie chinoise et son mode de développement, que pensez-vous de la montée de la Chine pour le Brésil et l’Amérique latine ?

Jabbour : L’essor de la Chine signifie que le Brésil et l’Amérique latine ont une véritable alternative au néolibéralisme. Elle offre la possibilité d’une plus grande intégration économique en dehors de l’orbite de l’impérialisme. Il est impossible d’imaginer l’existence de gouvernements progressistes en Amérique latine sans l’existence de la Chine socialiste.

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais

(1)Ndt : Les champs (pétrolifères ou gaziers) dits pré-sel se situent dans la croûte terrestre, sous des couches de sel, à environ 7 000 m de profondeur, et sont très difficiles à exploiter. Au large des côtes brésiliennes, ces gisements contiendraient 50 milliards de barils, soit un peu plus de trois fois les réserves actuelles du Brésil

Fiona Edwards est éditrice du site Eyes on Latin America. Voir tous les articles de Fiona Edwards (en anglais)

»» https://eyesonlatinamerica.com/author/fionaedwards87/
URL de cet article 35207
   
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.