RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Brexit : quelles conséquences ?

Alors que les premières estimations donnaient une courte victoire au maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne (UE), les votes ont finalement penché en faveur du Brexit. Un réel coup porté à l’Europe telle que nous la connaissons et qui pourrait conduire à une remise en cause de celle-ci.

Il est certain que cela va entraîner plusieurs changements économiques et politiques même si, le fait que le Royaume-Uni n’ait pas l’euro va sans doute permettre de simplifier les choses. Il va toutefois falloir s’attendre à de grands bouleversements ainsi qu’à d’importantes conséquences notamment pour les étudiants britanniques, qui n’auront sans doute plus aussi facilement accès aux études dans d’autres pays européens favorisés par le programme Erasmus, puisqu’il faudra en effet attendre la mise en place d’autres accords.

Néanmoins cela n’interviendra pas avant plusieurs mois, le temps que tous les précédents accords soient annulés ou renégociés, le temps aussi que le Royaume-Uni ait un nouveau premier ministre puisque David Cameron a annoncé sa démission. Comme les médias ne vont parler que de ce Brexit pendant plusieurs jours et de ses conséquences, il serait peut-être plus important d’essayer de voir quels changements politiques cela pourrait créer à terme ?

Ce vote va indéniablement mettre en cause la domination des banques et de la commission européenne sur les peuples constituant l’UE. Ces instances, non élues, gouvernent pourtant les pays membres de l’UE, y compris lorsque certains peuples montrent leur opposition en élisant d’autres personnes que ceux à la solde de la finance.

Les exemples montrant un refus de la politique européennes sont nombreux. Le référendum en France de 2005 concernant la Constitution européenne en est l’un des plus frappant et peut-être l’un des plus explicites. A un point tel que, non seulement le même texte fut adopté en 2007 sous la dénomination du traité de Lisbonne, mais depuis cette année là, les traités ne sont plus ratifiés par référendum populaire mais par les Parlements nationaux, beaucoup plus dociles.

Plus récemment c’est la Grèce qui avait révélé l’imposture antidémocratique des hautes instances de l’UE. En effet, après avoir porté au pouvoir Syria – parti de la gauche radicale – au pouvoir, le peuple grec a dû faire face aux déchaînements médiatiques, ainsi qu’à l’hostilité des banques, des autres gouvernements et de la Troïka (BCE, FMI, commission européenne). Toute ces pressions associées à l’arrêt de l’injection d’argent par la BCE avaient ensuite conduit à la soumission et à la trahison de Tsipras.

Cette fois-ci les choses sont différentes. Et même si nos camarades du Parti travailliste de Jeremy Corbyn avaient appelé à voter « Non » au Brexit ( comme l’avait fait la députée britannique travailliste, et amie de la Palestine, Jo Fox, lâchement assassinée par un membre de l’extrême-droite ) ce vote historique doit ravir ceux souhaitant une autre Europe. Car s’il est effectivement possible de la quitter, il est donc forcément possible de la changer et de la transformer de l’intérieur afin d’en faire un espace d’intégration et de coopération entre les peuples.

A l’heure actuelle, l’UE ne fait qu’approfondir la crise économique en permettant aux financiers de s’enrichir sur notre dos et en forçant les pays à respecter des engagements impossibles à tenir, faisant de fait le lit de l’extrême-droite qui a déjà pris le pouvoir en Pologne et en Hongrie et qui pourrait être en passe de le prendre dans de nombreux pays dont le Royaume-Uni et la France. Transformer l’Europe n’est donc pas seulement une nécessité économique, politique et démocratique, c’est aussi un moyen essentiel pour sauver des idées que l’extrême-droite veut voir disparaître, comme celles d’accueil des réfugiés et de solidarité.

D’autres conséquences, que n’avaient peut-être pas envisagées un certains nombre de britanniques, vont sans doute avoir lieu. Même s’il est nécessaire de rappeler que le Brexit n’est pas encore acté, qu’il va falloir changer tous les traités passés avec l’UE, et que le Parlement britannique doit encore ratifier ce vote. Toutefois, quoiqu’il en soit, il apparaît clairement que le Royaume-Uni était divisé au moment du vote, car si l’Angleterre et le Pays de Galles ont voté en faveur du Brexit,les écossais et les irlandais du Nord ont eux largement voté en faveur du maintien dans l’UE. Ceci n’aura échappé à personne et surtout pas aux écossais qui ont déjà commencé à réfléchir à l’éventualité d’un référendum sur l’indépendance. Le cas de l’Irlande du Nord pourrait en revanche s’annoncer plus complexe notamment à cause des violents conflits entre irlandais qui pourraient resurgir à l’approche d’une éventuelle indépendance ou d’une possible réunification.

Ce vote actera surement la fin de l’Europe telle que nous la connaissons. Celle-ci pourrait changer pour le meilleur ou pour le pire car les partis de gauche comme d’extrême droite entendent la refonder avec des différences majeures. Si nous souhaitons une Europe progressiste, solidaire et protectrice des plus démunis, l’extrême droite souhaite elle une Europe fermée sur elle même, en mettant l’accent sur les différences. Certains iront même jusqu’à clamer leur volonté d’une Europe « blanche, et chrétienne » masquant à peine leur hostilité envers les populations arabes, africaines ou asiatiques. C’est cela qui risque d’arriver si les institutions européennes continuent de dicter ce que les pays membres doivent faire et si la souveraineté des Etat n’est pas respectée.

»» https://republiquesocialeblog.wordpress.com/2016/06/27/brexit-quelles-...
URL de cet article 30585
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.