Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


C’est à ce prix

« C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe » (Voltaire)

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un pauvre hère étendu à terre, n’ayant plus sur le dos que la moitié d’un san-benito, cette casaque jaune des condamnés ; il manquait à ce pauvre bougre et l’œil gauche et la main droite.

-  Eh, mon Dieu ! lui dit Candide, que fais-tu là, mon ami, dans l’horrible état où je te vois ?
- J’attends mon bon président, répondit le hère.
- Est-ce ce monsieur de chez Rothschild, dit Candide, qui t’a traité ainsi ?
- Oui, monsieur, dit le hère ; c’est l’usage, c’est ainsi que l’on maintient l’ordre. On nous laisse juste le minimum vital ; quand nous manifestons notre désapprobation et que nous n’obéissons pas à l’arbitraire, on nous vise avec des balles en caoutchouc pour nous faire taire ; quand nous voulons résister à cette violence aveugle, on nous envoie des bombes de toutes sortes ; je me suis trouvé dans ces deux cas, la première fois, j’y ai laissé un œil et la seconde une main ; c’est à ce prix que le statu quo est maintenu, c’est à ce prix que les riches s’enrichissent. Lorsque j’étais enfant, ma mère souvent me répétait : « Mon cher enfant, loue nos premiers de cordée, adore-les toujours, respecte leur talent, ils te feront vivre heureux ; tu as l’honneur d’être au service de l’élite et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. » Hélas ! je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne ; les chiens, les singes, les perroquets de compagnie sont mille fois moins malheureux que nous : les gourous qui m’ont converti, me disent encore tous les jours que nous sommes tous les enfants du Capital, que nous soyons riches ou pauvres, blancs ou noirs de peau, d’ici ou d’ailleurs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces experts disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains : or, vous avouerez qu’on ne peut user avec ses parents d’une manière plus horrible.
- Ô Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination ! 

Le philosophe semblait trop absorbé par ses pensées « philosophesques » (*) et indifférent à la réalité du monde. Candide restait interdit à la vue des stigmates de la violence institutionnelle, de cette violence dont il n’avait même pas eu conscience. Lui qui ne connaissait de la violence que les images des vitrines brisées et des voitures en feu, des images qui tournaient en boucle dans un maelström informationnel. Le pauvre hère qui n’avait de pauvre que sa condition sociale rompit le silence et reprit :

- Vous qui avez la mise impeccable, vous avez tout loisir de voyager, n’est-ce pas ?
- Euh ! oui, bredouilla Candide.
- Ouvrez les yeux sur le monde et vous verrez si vous voulez bien voir.
- Mais voir quoi ?
- Voir que derrière chaque bien marchand, il y a peut-être une santé entamée, un corps martyrisé, une vie brisée, une mutilation, une aliénation, un travail forcé, un territoire saccagé, une nature dénaturée, un avenir compromis, une humanité en danger. Alors vous pourrez dire comme moi : « c’est à ce prix que le coltan se retrouve dans les portables ; c’est à ce prix qu’il y a de la nourriture à profusion, qu’il y a des joujoux par millions, des vêtements à foison ; c’est à ce prix que la consommation est devenue le nouvel opium du peuple ; c’est à ce prix que le capitalisme prospère. » Ô capitalisme ! que de crimes on commet en ton honneur ! Combien faudra-t-il encore de Bhopal, combien de Rana Plaza, combien de Courrières ? Combien d’hécatombes silencieuses avec l’indifférence comme complice ?

Candide, perdu par tant de sincérité, épouvanté par tant de vérités, n’écoutait plus. Tremblant comme un philosophe, il se disait à lui-même : « Si c’est ici le meilleur des mondes possibles, si c’est ici le pays des droits humains, que sont donc les autres ? ».

Et pleurant du pauvre hère, il entra à Paname.

Personne

D’après Candide, chapitre XIX, Voltaire.

(*) Philosophesque : « Terme de mépris. Qui appartient à une mauvaise philosophie », Le Littré.

« De là est venu ce bel adage de morale, si rebattu par la tourbe philosophesque, que les hommes sont partout les mêmes, qu’ayant les mêmes passions et les mêmes vices, il est assez inutile de chercher à caractériser les différents Peuples » (Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Notes)

URL de cet article 34367
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.