RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ce malin petit Qatar…

Les choses ont changé pour le richissime émirat du golfe. Et c’est radicalement qu’il change lui aussi sa politique interventionniste à l’égard des conflits qui agitent la sphère arabo-musulmane. Après s’être séparé, contre toute attente, de son émir cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, forcé d’abdiquer au début de l’été au profit de son fils, voilà que le Qatar entame le lifting de sa politique étrangère.

Sans doute pour être en phase avec les desiderata des États-Unis, le petit émirat a amorcé un rééquilibrage stratégique de sa diplomatie et de son économie. A commencer par ce virage à 180 degrés qu’il vient de faire à Alger en proclamant sans rire, que la solution politique est la voie unique pour régler le conflit en Syrie.

« La solution politique reste la seule voie possible pour résoudre le conflit en Syrie. Et le Qatar soutient cette solution », lâche, le ministre qatari des Affaires étrangères Khaled ben Mohamed Al-Attiya lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue algérien Ramtane Lamamra. C’est à, tomber à la renverse !

Ainsi donc, Doha qui snobait l’Algérie au sein de la ligue arabe pour ses positions hostiles aux interventions étrangères en Libye et en Syrie, découvre, comme par enchantement, les vertus de la solution politique…

Doha-Alger même combat !

Mais entre temps, le Qatar s’est séparé de son ancien émir offensif mais surtout de son arrogant ministre des affaires étrangères, Hamed Bin Jassem (HBJ) qui servait de valet de l’Occident. De fait, le Qatar reprend lentement et sûrement sa taille originelle et son poids qu’il n’aurait jamais dû « trafiquer » pour se donner une stature internationale indigne de son rang qu’il doit surtout à l’épaisseur de son chéquier.

Retour donc à ses normes « maison » en vertu desquelles le Qatar n’est qu’un simple petit émirat, certes très riche, mais qui ne peut se mesurer à plus fort que lui. On comprend alors mieux les mots si gentils de son nouveau MAE à Alger. C’est que Doha version l’émir Tamim ben Hamad al-Thani, souhaite se refaire une virginité vis-à-vis de l’Algérie dont les positions diplomatiques paraissent aujourd’hui plus que jamais sinon pertinentes du moins crédibles notamment s’agissant de la Syrie.

Un dernier rapport américain concluait en effet que le maintien de Bachar al-Assad serait la moins coûteuse solution face au risque réel d’un fractionnement de ce pays en plusieurs entités.

L’instinct de survie de petit émirat

Le Qatar semble avoir compris qu’un tel scénario catastrophe acterait forcément la fin des États nations tel qu’ils existent actuellement. L’émirat risque donc lui aussi d’être avalé dans le cadre d’une recomposions géopolitique rampante que les USA commencent à imaginer suivant l’optique du Grand Moyen Orient (GMO) revu et corrigé.

Alger devient alors forcément la terre des confessions pour Doha qui avoue ainsi sa volonté de changer le fusil d’épaule pour en finir avec sa diplomatie du chéquier. « L’Algérie et le Qatar œuvrent conformément aux décisions de la Ligue arabe et il n’y a aucune divergence entre les deux pays sur la crise syrienne ».

Cette déclaration du MAE qatari M. Attiya, constitue incontestablement une petite « révolution » diplomatique pour qui se souvient de l’arrogance à toute épreuve de l’émirat sous l’étendard de HBJ. Moralité : le retour aux sources est une exigence, comme l’enseigne un dit du prophète. Malin, ce petit Qatar…

Rafik Benasseur, le 20/12/2013

»» Algerie1.com
URL de cet article 23800
  

Claude Lanzmann. Le Lièvre de Patagonie. Paris : Gallimard, 2009.
Bernard GENSANE
Il n’est pas facile de rendre compte d’un livre considérable, écrit par une personnalité culturelle considérable, auteur d’un film, non seulement considérable, mais unique. Remarquablement bien écrit (les 550 pages ont été dictées face à un écran d’ordinateur), cet ouvrage nous livre les mémoires d’un homme de poids, de fortes convictions qui, malgré son grand âge, ne parvient que très rarement à prendre le recul nécessaire à la hiérarchisation de ses actes, à la mise en perspective de sa vie. Lanzmann est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.