RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Et les droits des Etasuniens ?

Comme la Maison-Blanche et ses démembrements ont pu faire admettre, à pratiquement tout le monde, qu’ils sont les détenteurs de la conscience universelle, du bon droit et du jugement de ce qui est bien et de ce qui est mal, la Chine a décidé récemment de leur rendre la pareille, notamment, en matière de droits de l’homme.

Régulièrement, en guise de répartie aux pamphlets des États-Unis, un rapport sur l’état de la question…aux États-Unis est produit. Et cela a du bon, quand on sait que récemment le microscopique État de l’Équateur a proposé de financer des actions en faveur de l’implémentation des droits humains des étatsuniens.

Qui sont des dizaines de millions dont le monde ignore les souffrances et l’oppression économique et sociale qu’ils subissent ? En plus de rendre justice aux électeurs des instances dirigeantes des États-Unis en dénonçant l’arnaque qui leur est faite par des candidats affidés des lobbies, transformant les élections en grande mascarade au profit de clans mafieux.

Une iniquité qui a trop perduré, la marginalisation de citoyens dont le tort est de vivre dans un pays donneur de leçons, alors que tous les opprimés de la terre peuvent bénéficier de mobilisations de gouvernements et d’ONG de toutes sortes. Pire ou mieux, c’est selon, voilà ceux dont est tirée la rationalité qui est proposée au Monde et qui régentent à peu près tout ce qui est comme gouvernance à travers la planète, qui se préoccupent fort peu de plus de 40 millions de leurs concitoyens exclus de la société.

La rationalité proposée est exposée avec ses soubassements visibles.
Les voici : la propriété privée serait la base de l’activité économique parce que seule la recherche de l’intérêt individuel peut mener à l’intérêt collectif, par la sommation des intérêts individuels réalisés par la conjonction des contrats marchands. En clair "les subventions faussent les prix et entraînent une mauvaise affectation des ressources. Les prix ne transmettent alors plus les vraies valeurs, mais les valeurs distordues”.
Le mentor de Hayek, Ludwig von Mises, a prédit dans les années 1930 que le communisme serait voué à l’échec parce qu’il ne reposait pas sur les prix pour allouer les ressources. Il a eu raison.

Aux États-Unis, aujourd’hui, nous nous reposons de moins en moins sur des prix " honnêtes ". L’État fédéral contrôle 90% du financement du logement " […]Le capitalisme de connivence assure un accès spécial au capital pour les entreprises et secteurs protégés. Les entreprises qui se trouvent en difficulté, […] sont renflouées. […] Si nous voulons restaurer notre liberté économique et récupérer un marché libre incroyablement productif, nous devons rétablir la vérité sur les marchés, dixit le vice-président de la Federal Reserve Bank à Dallas et analyste au Cato Institute à Washington DC.”

Les étatsuniens, bien sûr, ne savent rien de tout ça. Et ne savent pas que même les miettes qui tombent, de temps à autre, du haut des centres du profit, sont en voie de disparition, puisqu’il serait pour le moins blasphématoire, au pays de la " démocratie du marché ", qu’un être humain puisse bénéficier des richesses en dehors de la compétition économique.

Ahmed Halfaoui

URL de cet article 23797
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.