Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Ce monde devenu insupportable…. mérite une Révolution

Issu d'une catégorie sociale supérieure, en termes de facilité intellectuelle et d'études, je n'ai jamais supporté l'inégalité et les violences sociales qui lui sont attachées. J'ai eu la chance de faire du ski à l'âge de 5 ans, j'ai connu des vacances en Corse, découvert le ski nautique, la plongée-sous marine, la voile et tous les sports collectifs. Mais j'ai aussi contribué comme animateur socio-culturel et je me suis investi toute ma vie de manière anonyme, dans des actions collectives d'émancipation. je me sens redevable de tout ce que je suis à toutes celles et tous ceux qui m'on apporté leurs connaissances, leurs pratiques, leurs valeurs etc... Aujourd'hui, quand je me retourne et me souviens, je n'ai jamais vu autant de violences sociales et politiques qu'aujourd'hui. aussi je ne peux vivre heureux, isolé, dans un océan de malheur. Oui ce monde m'est devenu insupportable et je rêve d'une Révolution, quitte à en perdre la tête.

Il était une fois, un troubadour au long cours, aux yeux clairvoyants et à l’écriture passionnée gravés par les palpitations du cœur,
Qui se souvenait de sa jeunesse butineuse, faite d’études, de voyages, de rencontres, d’aventures et de vacances fantasmagoriques,
C’est par le travail qu’il découvrit un autre monde, celui des banlieues, du noir bitume et des pauvretés qui déjà, s’aggloméraient partout.
La dictature de la « Mondialisation du Capital » tel un rapace, par ses exigences de compétitivité, des uns contre les autres, aggrava les choses.
Et comme un rabot sur le bois d’ébène, mit à mal les solidarités sociales, les services publics, et la vie associative locale, fondée sur l’humain.
Les mendiants disparus avec les « jours heureux » , firent leur grand retour sur les trottoirs de marbre des « métropoles du business »,
Tandis que de multiples poussettes sans bébés à l’intérieur, cheminaient le long des poubelles, regorgeant des déchets de la gentrification.
Les cohortes de chômeurs s’en allant pointer à « pôle emploi », croisaient les « sans domiciles fixes », rêvant d’une simple bouche de métro,
Tandis que les médias relayaient l’idéologie, du « grand ruissellement » censé justifier la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune,
Qui devait favoriser les politiques d’attractivité envers les capitaux baladeurs, s’accumulant toujours sur le « moins disant fiscal » affiché.
Générant plus de 9 millions de pauvres au « Royaume de Jupiter » car, « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches », ici-bas.
Pendant ce temps, les étudiants voyaient la solidarité baisser (APL), les obligeant à bosser davantage pour le « Mac-do sans droits » du coin...
Et les retraités riches de leur 1.200 euros se virent appliquer la C.S.G, rabotant encore plus leur pouvoir d’achat déjà plus que maigre.
Les femmes violées dans des trains bondés se voyaient abandonnées à leur triste sort, la Justice se voilant les yeux d’un odieux burkini d’oubli,
Tandis que les enfants de l’école débudgétisée, ne pouvaient plus compter que sur la solidarité des familles combattantes pour l’égalité...
Les migrations planifiées des populations appauvries par la finance mondiale, erraient sur les routes à la recherche d’une terre accueillante,
Tandis que les gouvernements érigeaient des murs illusoires contre la pauvreté montante, issue de la concurrence productive mondialisée.
Les trafics multiples issus de la drogue qui existaient déjà, se développèrent rapidement au rythme de la distribution des dividendes,
Tandis que les « règlements de comptes de territoires » favorisaient la mode des giboulées de plomb orné des chrysanthèmes assortis.
En Europe les peuples promus à l’individualisme se déchiraient (Espagne) ou propulsaient au pouvoir des forces politiques à l’idéologie sulfureuse,
Tandis que sur les marchés mondiaux, les bourses du monde pavoisaient d’indices qui grimpaient, au rythme des libéralisations et privatisations.
Le matin, dans les bureaux des Métropoles, le métro vertical, déversait à chaque étage sa ration d’employés au sourire bureaucratique fabriqué,
Et ce n’est que le soir au retour des « open-space » liberticides, que les visages s’illuminaient un peu, au moment où le soleil lui, plongeait si bas...
On apprenait au 20 h, que la commission Européenne avait accepté, l’utilisation de nouveaux pesticides, sans que cela n’émeuve Jupiter de France
Menaçant d’extinction l’humanité, par ce poison profitable, tueur d’abeilles , merci à Monsanto, propagandiste du marché libre et non faussé.
Partout le bruit des bottes, « d’armées en marche » rappelait un cycle historique que l’on croyait, depuis l’Europe constituée, à jamais révolu ....

Alors s’il nous reste un peu d’humanité, convenons ensemble que ce monde devenu insupportable... mérite une Révolution.

FabriceAUBERT
23 octobre 2017.

URL de cet article 32470
   
Même Thème
Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants. Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l’ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".

Fidel CASTRO


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.