Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Ce monde devenu insupportable…. mérite une Révolution

Issu d'une catégorie sociale supérieure, en termes de facilité intellectuelle et d'études, je n'ai jamais supporté l'inégalité et les violences sociales qui lui sont attachées. J'ai eu la chance de faire du ski à l'âge de 5 ans, j'ai connu des vacances en Corse, découvert le ski nautique, la plongée-sous marine, la voile et tous les sports collectifs. Mais j'ai aussi contribué comme animateur socio-culturel et je me suis investi toute ma vie de manière anonyme, dans des actions collectives d'émancipation. je me sens redevable de tout ce que je suis à toutes celles et tous ceux qui m'on apporté leurs connaissances, leurs pratiques, leurs valeurs etc... Aujourd'hui, quand je me retourne et me souviens, je n'ai jamais vu autant de violences sociales et politiques qu'aujourd'hui. aussi je ne peux vivre heureux, isolé, dans un océan de malheur. Oui ce monde m'est devenu insupportable et je rêve d'une Révolution, quitte à en perdre la tête.

Il était une fois, un troubadour au long cours, aux yeux clairvoyants et à l’écriture passionnée gravés par les palpitations du cœur,
Qui se souvenait de sa jeunesse butineuse, faite d’études, de voyages, de rencontres, d’aventures et de vacances fantasmagoriques,
C’est par le travail qu’il découvrit un autre monde, celui des banlieues, du noir bitume et des pauvretés qui déjà, s’aggloméraient partout.
La dictature de la « Mondialisation du Capital » tel un rapace, par ses exigences de compétitivité, des uns contre les autres, aggrava les choses.
Et comme un rabot sur le bois d’ébène, mit à mal les solidarités sociales, les services publics, et la vie associative locale, fondée sur l’humain.
Les mendiants disparus avec les « jours heureux » , firent leur grand retour sur les trottoirs de marbre des « métropoles du business »,
Tandis que de multiples poussettes sans bébés à l’intérieur, cheminaient le long des poubelles, regorgeant des déchets de la gentrification.
Les cohortes de chômeurs s’en allant pointer à « pôle emploi », croisaient les « sans domiciles fixes », rêvant d’une simple bouche de métro,
Tandis que les médias relayaient l’idéologie, du « grand ruissellement » censé justifier la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune,
Qui devait favoriser les politiques d’attractivité envers les capitaux baladeurs, s’accumulant toujours sur le « moins disant fiscal » affiché.
Générant plus de 9 millions de pauvres au « Royaume de Jupiter » car, « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches », ici-bas.
Pendant ce temps, les étudiants voyaient la solidarité baisser (APL), les obligeant à bosser davantage pour le « Mac-do sans droits » du coin...
Et les retraités riches de leur 1.200 euros se virent appliquer la C.S.G, rabotant encore plus leur pouvoir d’achat déjà plus que maigre.
Les femmes violées dans des trains bondés se voyaient abandonnées à leur triste sort, la Justice se voilant les yeux d’un odieux burkini d’oubli,
Tandis que les enfants de l’école débudgétisée, ne pouvaient plus compter que sur la solidarité des familles combattantes pour l’égalité...
Les migrations planifiées des populations appauvries par la finance mondiale, erraient sur les routes à la recherche d’une terre accueillante,
Tandis que les gouvernements érigeaient des murs illusoires contre la pauvreté montante, issue de la concurrence productive mondialisée.
Les trafics multiples issus de la drogue qui existaient déjà, se développèrent rapidement au rythme de la distribution des dividendes,
Tandis que les « règlements de comptes de territoires » favorisaient la mode des giboulées de plomb orné des chrysanthèmes assortis.
En Europe les peuples promus à l’individualisme se déchiraient (Espagne) ou propulsaient au pouvoir des forces politiques à l’idéologie sulfureuse,
Tandis que sur les marchés mondiaux, les bourses du monde pavoisaient d’indices qui grimpaient, au rythme des libéralisations et privatisations.
Le matin, dans les bureaux des Métropoles, le métro vertical, déversait à chaque étage sa ration d’employés au sourire bureaucratique fabriqué,
Et ce n’est que le soir au retour des « open-space » liberticides, que les visages s’illuminaient un peu, au moment où le soleil lui, plongeait si bas...
On apprenait au 20 h, que la commission Européenne avait accepté, l’utilisation de nouveaux pesticides, sans que cela n’émeuve Jupiter de France
Menaçant d’extinction l’humanité, par ce poison profitable, tueur d’abeilles , merci à Monsanto, propagandiste du marché libre et non faussé.
Partout le bruit des bottes, « d’armées en marche » rappelait un cycle historique que l’on croyait, depuis l’Europe constituée, à jamais révolu ....

Alors s’il nous reste un peu d’humanité, convenons ensemble que ce monde devenu insupportable... mérite une Révolution.

FabriceAUBERT
23 octobre 2017.

URL de cet article 32470
   
AGENDA
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Thème
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.