RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ce qui dure/contre la pensée stroboscopique

A y regarder de près, ou plutôt de haut, il semble que tout soit mis en œuvre (par le système médiatique dominant de formatage) pour déboussoler les gens, les empêcher de réfléchir. Dans le long terme. Et pourtant ! Comment réfléchir si la pensée, la réflexion ne s’inscrivent pas dans le long terme ? La pensée a besoin, se nourrit de temps pour se développer. Sinon elle ne peut exister.

Prenons une première image pour illustrer. C’est Pierre Bourdieu qui parlait du travail de plusieurs années de Michel-Ange pour peindre le plafond de la chapelle Sixtine à Rome et pourfendait les partisans de la rentabilité immédiate (du retour sur investissement le plus élevé et le plus rapide possible) pour dire que, avec cette logique là, l’humanité du XX° siècle n’aurait jamais connu ce chef-d’œuvre de la peinture italienne du début du XVI° siècle.

Plusieurs années…, c’est bien de temps, et quelquefois de temps long, que la pensée, qui se nourrit aussi de réflexion, d’échanges, de vérification par l’expérimentation… a besoin pour se construire.

On voit trop quel but est visé par ceux qui veulent empêcher la pensée de se former en changeant tous les soirs, tous les jours, tout le temps, l’ordre du jour et le décor des informations télévisées du 20 heurs (soit le cadre de référence d’une grande majorité des Français).

Le cadre bouge tout le temps. Donc, on n’a pas le temps de faire la photo. Donc on ne fait pas de photo. Pratique, un temps, un présent, un futur proche impensé pour ceux qui veulent le confisquer pour nous en déposséder.

Pointer encore dans cette ligne droite dont l’image tend à disparaître son palimpseste : la constance.

Indissociable et inscrite elle aussi dans le temps : la constance.

Le but, le projet et le temps pendant lequel il est formulé et qui nous sépare, qui est nécessaire à sa réalisation.

Là encore retirer le temps, moquer la constance !

Je repense à ce jeune journaliste de radio qui se croyait iconoclaste et donc « in » en moquant, il y a une dizaine d’années de cela, le réalisateur Ken Loach : « alors Monsieur Ken Loach, comment se fait-il qu’à 70 ans vous soyez toujours marxiste ? »

On comprend mieux le dessein des « bougistes ». « Tout bouge tout le temps ». Sous ce mouvement qui en réalité n’en est pas un (effet stroboscopique), rien ne change*.
Contre les adeptes du « tout, tout de suite », réapproprions-nous le temps de la réflexion, de la maturation de nos projets, revendiquons le temps nécessaire à leur réalisation ; installons la fidélité à nos idées dans le long terme !

* « Pour que tout reste comme avant, il faut que tout change... », Le Guépard, de Giuseppe Tomasi di Lampédusa, 1958.

URL de cet article 30445
  

Même Thème
RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.