RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
le livre "Pinochet, l’autre vérité"

Chesnay : la contre vérité pinochetiste

C’est peu dire que la question du Chili continue de diviser les opinions, la mort de Pinochet n’en ayant été qu’un exemple des plus imprécis : les files d’attentes interminables, allant d’un néo nazis convaincu à un simple représentant du lumpenprolétariat, s’attachant à saluer une dernière fois le général qui avait réécrit l’histoire de façon à passer pour un "héros anticommuniste" n’a jamais été seul dans cette entreprise, de son vivant comme à titre posthume.

Peu après la chute d’Allende, nombre de médias ont chanté à la victoire sur le communisme et ont célébré la junte comme garante de la démocratie. Malgré les violations massives des droits humains les plus élémentaires, le capital de sympathie de l’extrême droite chilienne a encore bien des admirateurs : hier ils félicitaient l’armée d’avoir épargner au Chili de devenir un nouveau Cuba, aujourd’hui ils sont présentés comme semeurs de prospérité... mais comment maintenir cette image alors que tout accable les putschistes ?

Mentir sur le gouvernement d’Unité Populaire, continuer la calomnie commencée par la CIA et poursuivie du temps de la dictature afin de continuer à "blanchir" une image d’une junte ayant viré au noir par ses tortures, assassinats de masse, détournement de fond...

Philippe Chesnay a relevé le défi : au moyen d’une argumentation fallacieuse, basée sur des sources les plus incomplètes, il poursuit l’itinéraire des intellectuels européens d’extrême droite qui -après guerre- avaient décidé de reprendre leur combat politique et culturel sous la bannière exclusive de l’anticommunisme.

ARTICLE COMPLET - DOCUMENT PDF

Documents joints
Chesnay : la contre vérité pinochetiste

Texte complet

PDF 760.8 ko
URL de cet article 7030
  

Le Grand Marché Transatlantique : La menace sur les peuples d’Europe
Raoul Marc JENNAR
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Ces mots confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d’années et qu’on appelle « mondialisation néolibérale ». Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix ou, pour l’exprimer à la manière pudique de journaux comme Le Monde ou Les Echos, « redéfinir le périmètre de l’Etat », c’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.