Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Chili : à quelques heures de l’élection

photo : Rafael Martinez

Dans quelques heures, le destin du Chili va se définir une fois de plus, et de nouveau, nous nous trouvons confrontés à l’alternative de voter entre le pire et le moindre mal.

Si je pouvais voter au Chili, ce serait pour Frei au deuxième tour. Je n’ai pas aimé son gouvernement, je n’aime pas la Concertation, mais je ressens très clairement que Piñera représente un retour néfaste vers le passé qu’aucun homme ou femme de gauche responsable pourrait permettre par omission.

Quelque chose a changé lors de ces élections, et c’est que, désormais, on ne peux pas voter blanc, simplement voter, déléguer et oublier la question jusqu’à la prochaine élection.

Si Frei gagne, il faudra exiger, sous toutes les formes de participation citoyenne, qu’il respecte ses engagements électoraux et bien plus.

Si Frei gagne, ce sera parce qu’une gauche responsable a sauvé la Concertation et cette même gauche devra exiger l’accomplissement de questions fondamentales pour un retour à une entière normalité démocratique.

Le Chili a besoin d’une nouvelle Constitution, et il y en a assez des retouches et des corrections mièvres à la Constitution qu’a laissé la dictature.

Le pays a besoin d’une Constitution qui représente tous les chiliens et les chiliennes, par dessus tout les minorités qui souffrent de ségrégation, les Mapuches et les autres ethnies qui font aussi partie de la nation. Une nouvelle Constitution qui permette d’abroger définitivement les lois odieuses qu’a laissé la dictature, comme celle de l’Éducation, et qui ouvre le chemin pour que la justice condamne de manière exemplaire tous ceux qui ont violé l’institution démocratique. Une nouvelle Constitution qui nous protège de l’assassinat d’enfants mapuches et de l’application d’une pseudo-légalité anti-terroriste pour ceux qui demandent leurs droits ancestraux, et s’opposent à la spoliation d’un territoire qui leur appartient depuis qu’ils sont sur la terre chilienne.

Si Frei gagne, ce sera parce qu’une gauche démocratique et responsable aura sauvé la Concertation et cette même gauche devra lui exiger une récupération urgente du rôle de l’État dans des domaines aussi sensibles que l’Éducation ou la Santé, l’évaluation et la dignité du travail, le transport et la destination de notre principale richesse minérale, le cuivre.

Si Frei gagne, ce sera grâce aux voix d’une gauche qui, représentant le désir de la majorité, exige la fin de la domination du marché comme unique force décisive de l’avenir de tous.

Si Piñera gagne, malgré les défenseurs de « l’alternance », le Chili sera gouverné par un marchand de pacotille dont la fortune a des origines douteuses, par un « entrepreneur triomphant » du style Berlusconi, par un négationniste de la complexité sociale du style Aznar, en définitif par un maître d’oeuvre du luxe et de l’inégalité.

Que diable ! Il faut choisir entre deux maux et j’appelle à voter pour le moindre mal, à voter pour Frei dans quelques heures

Luis Sepúlveda
Gijón, samedi 16 janvier 2010

Texte publié sur le blog de Luis Sepúlveda, diffusion autorisée en mentionnant la source.

http://www.lemondediplomatique.cl/-Luis-Sepulveda-.html

Traduction : Jean-Michel Hureau

URL de cet article 9821
   
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.