RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Chili : Victor Jara, un symbole toujours vivant.

Les évènements semblent se précipiter au Chili sur la question des Droits de l’Homme. Après la reconnaissance, le 5 novembre, par l’Armée de Terre de l’institutionnalisation de la torture sous la dictature, le discours historique, le 28 novembre, du Président Ricardo Lagos sur l’indemnisation des victimes, la Marine a reconnu, le 30 novembre, la participation de certains de ses membres et dirigeants dans des faits similaires, en soulignant toutefois qu’elle n’a « jamais validé, ni même suggéré l’application de la torture ». Il est cependant difficile de croire que l’Amiral José Merino, qui commandait la Marine en 1973, ne savait pas que le bateau-école « Esmeralda » était un centre de détention et de torture.


Larmes de sang. Oswaldo guayasamà­n

Ce qui retient l’attention aujourd’hui, est l’inculpation du Lieutenant-colonel en retraite Mario Manrà­quez Bravo comme auteur intellectuel de l’assassinat de Victor Lidio Jara Martà­nez. Ce militaire était l’officier de plus haut rang responsable du Stade National, qui porte aujourd’hui le nom de Stade Victor Jara, transformé en centre de détention lors du coup d’État. Dans le document remis par la Commission Rettig, il apparaît que Victor Jara a été arrêté le 12 septembre 1973 à l’Université Technique d’État (actuellement l’Usach), conduit au stade et interrogé par des militaires. Il a été vu pour la dernière fois en vie le 15 septembre quand il fût extrait du stade avec d’autres prisonniers. Son corps fût retrouvé le lendemain, criblé de 34 impacts provenant d’armes automatiques, avec cinq autres cadavres, aux abords du Cimetière Métropolitain. Le journaliste Sergio Gutiérrez Patri l’avait croisé dans un couloir du stade le 12 alors que les militaires venaient de le torturer et de lui briser les mains à coups de crosses de fusil.

Cette inculpation revêt une importance majeure dans la mesure où elle est la première et concerne la disparition d’un symbole. Victor Jara est un peu l’« élève » de Violeta Parra, la mère de la chanson populaire chilienne. Il est un des créateurs de ce qu’on appelât la « nouvelle chanson chilienne ». Auteur-compositeur-interprète, acteur, directeur et professeur de théâtre, directeur artistique de Quilapayún, il collaborât activement avec Inti-Illimani, qui lui rend hommage régulièrement, et Angel et Isabel Parra, les enfants de Violeta. Il est l’auteur des très célèbres « Te recuerdo Amanda » et « Manifiesto ». Il militât également au sein des Jeunesses Communistes. Son engagement artistique et politique au côté de Salvador Allende en fit une cible de choix lors du coup d’État.

Sergio Gutiérrez affirme que dans le stade, Manrà­quez leur a dit : « Je peux vous torturer et je le ferai. Je peux vous tuer et je le ferai. Pour cela, j’ai l’autorisation de l’Honorable Junte de Gouvernement ». Accusation redoutable qui pourrait permettre l’inculpation des plus hauts responsables. Mais l’Amiral José Merino est mort en 1996. Le Général des Carabiniers César Mendoza est mort lui aussi en 1996. Le Général d’Aviation Gustavo Leigh, destitué de la Junte en 1978, est mort en 1999. Des quatre membres de la Junte il n’y a plus que le Général Augusto Pinochet qui soit en vie, mais ses avocats disent qu’il souffre de sénilité légère et il serait donc presque impossible de le juger.

Il est fort probable cependant que d’autres militaires soient inculpés, mais aussi, peut-être, des civils. Le club des 10 :

- Agustà­n Edwards : Responsable de la censure lors du coup d’État.

- Jaime Guzmán : Homme de l’ombre qui écrivait, notamment, les discours de Pinochet.

- Jovino Novoa : Supposé auteur intellectuel de l’assassinat du syndicaliste Tucapel Jiménez.

- Ricardo Garcà­a : Supposé auteur intellectuel de l’assassinat de trois militants communistes égorgés en 1985, de deux jeunes femmes brûlées vives, de l’éditeur d’« Analisis » José Carrasco, de l’électricien Felipe Rivera, du publiciste Abraham Muskatblic et de Gastón Vidaurrazága en 1986.

- Le curé Hasbún : Fervent soutien de Pinochet et de la Colonie Dignidad, crée par Paul Shaefer, ancien caporal-infirmier nazi et pédophile, aujourd’hui en fuite. La colonie Dignidad a été un centre de détention et de torture. Pinochet y venait souvent et le chef des Services Secrets Manuel Contreras y chassait.

- Sergio Onofre Jarpa : Fondateur de Rénovation National, extrême-droite pinochetiste, responsable de la mort de dizaines de manifestants en mai 1983.

- Ambrosio Rodrà­guez : Avocat, défenseur de Pinochet et qui en 1977, aurait joué un rôle dans la disparition de Jacobo Stoulman et Matilde Pessa.

- Manfredo Mayol : Directeur de Canal 13 et de TVN (Télévision Nationale), chargé notamment de distraire l’opinion avec des fadaises.

- Ricardo Claro : Chargé de collecter des fonds pour le gouvernement militaire en 1973 et supposé auteur intellectuel de la disparition d’ouvriers d’Elecmétal, entreprise lui appartenant.

- Sergio Diez : A démenti, devant l’ONU en 1975, l’existence de détenus-disparus et actuel président de Rénovation Nationale.


Victor Jara a dit : « Je suis un chanteur populaire... Populaire, non de popularité, sinon parce que j’appartiens à la classe ouvrière. Travailleur de la culture, mais enfin, travailleur ».

Le dernier texte qu’il a écrit dans le stade commence par :

Nous sommes cinq mille

Dans cette petite partie de la ville

Nous sommes cinq mille

Combien serons-nous au total

Dans les villes et dans tout le pays ?

Rien qu’ici

Dix mille mains qui sèment

Et qui font marcher les usines

Combien de gens

Qui souffrent de faim, de froid, de panique, de douleur,

De pression morale, de terreur et de folie !

Six d’entre nous se sont perdus

Dans l’espace interstellaire




Augusto Pinochet : épitaphe pour un tyran, par Mario Amorós, décembre 2006.




URL de cet article 1945
  

Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’illusion de la liberté se perpétuera tant qu’il sera rentable de maintenir l’illusion. À partir du moment où l’illusion deviendra trop coûteuse à maintenir, ils démonteront simplement le décor, ils écarteront les rideaux, ils déplaceront les tables et les chaises et vous verrez alors le mur de briques au fond de la salle.

Frank Zappa

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.