RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Colombie : les FARC et le gouvernement promettent la paix d’ici six mois

Le numéro un des Farc, Timoleon Jimenez, alias Timochenko (g) et le commandant des Farc Ivan Marquez, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre avec le président colombien Juan Manuel Santos, le 23 septembre 2015 à La Havane. Photo Yamil Lage/AFP

Le gouvernement colombien et les Farc ont franchi mercredi une étape décisive vers la paix, qu’ils se sont engagés à signer d’ici six mois, en annonçant un accord sur le sort judiciaire des combattants, point crucial des pourparlers.

"C’est un pas énorme", a déclaré le président colombien Juan Manuel Santos après sa poignée de main historique avec le numéro un des Farc Timoleon Jimenez, dit "Timochenko". Un peu plus tôt, les deux hommes s’étaient entretenus pendant une demi-heure, une rencontre inédite en compagnie du président cubain Raul Castro, pour donner un élan final à la résolution du plus ancien conflit d’Amérique latine, qui a fait en un demi-siècle au moins 220.000 morts.

A l’issue de cette réunion, les délégués des pays médiateurs, Cuba et Norvège, ont lu un communiqué annonçant la conclusion d’un accord sur "une juridiction spéciale pour la paix" chargée de traduire les auteurs de crimes pendant le conflit Les parties ont aussi conclu que ces négociations de paix menées à Cuba devront aboutir "au plus tard dans six mois", soit le 23 mars 2016, a annoncé M. Santos.

"Cela ne sera pas une tâche facile, a-t-il prévenu, parce qu’il reste beaucoup de points sur lesquels il est difficile se mettre d’accord". Depuis le début des pourparlers de paix il y a près de trois ans, c’est en tout cas la question de la justice qui apparaissait comme la plus délicate. Les Farc refusaient un accord impliquant de la prison pour ses guérilleros coupables de crimes ou de trafic de drogue, alors que le gouvernement se disait opposé à toute impunité. Selon l’accord, la juridiction spéciale permettra à la Colombie de "mettre fin à l’impunité, d’obtenir la vérité, de contribuer à la réparation aux victimes et de juger" les responsables de crimes graves, avec le concours de la commission de la vérité créée en juin dernier.

En vertu d’une système de jugement complexe, les auteurs de crimes qui coopèreront seront passibles de peines de cinq à huit ans sous des régimes spéciaux et ceux qui avoueront tardivement aux mêmes peines mais sous un régime carcéral classique. Tous les autres s’exposeront à purger des peines pouvant atteindre 20 ans. Parmi les crimes visés figurent "les crimes contre l’humanité, le génocide et les crimes de guerre tels que la prise d’otages ou autre privation aggravée de liberté, la torture, le déplacement forcé, la disparition forcée, les exécutions extrajudiciaires et la violence sexuelle".

En revanche, une amnistie sera prévue pour les crimes "politiques ou connexes" dont la portée sera définie par une loi d’amnistie ultérieure. Cette juridiction spéciale a été conçue "pour tous les acteurs du conflit (...) et pas seulement pour un seul camp", s’est félicité Timoleon Jimenez, voyant en cet accord "la possibilité de découvrir la vérité pleine et entière" sur le conflit armé. "Nous sommes désormais plus près de parvenir à la paix à laquelle aspire le peuple frère colombien, qui le mérite", a salué de son côté le président Raul Castro.

Autre point important de l’accord, l’obligation pour les Farc de démarrer leur désarmement dans les 60 jours après la signature d’un accord de paix final. Avec la ratification d’un accord de paix définitif, les modalités de l’abandon des armes constituent justement le dernier volet à l’agenda des pourparlers.

Avant ce 23 septembre 2015, le président colombien ne s’était jamais rendu à la table des négociations de La Havane. C’est aussi la première fois depuis 14 ans qu’un président colombien rencontrait le plus haut dirigeant des Farc, dont le vrai nom est Rodrigo Londoño Echeverri. A 56 ans, celui-ci a pu venir à La Havane grâce à la suspension temporaire de la centaine de mandats d’arrêt lancés contre lui pour homicide aggravé, terrorisme, enlèvement et rébellion. Il dirige les Farc depuis 2011. Peu après l’annonce de l’accord, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a salué "des progrès historiques vers la conclusion d’un accord de paix final qui mettra fin à 50 ans de conflit armé".

A Bogota, le Procureur général a annoncé avoir suspendu les procédures récemment engagées contre plus de 50 chefs des Farc pour "graves violations des droits de l’Homme" suite à cet accord qui impose "un mode (d’investigation) propre à la justice transitoire".

En voyage à Cuba, le pape François avait lancé dimanche un appel pressant à un succès des négociations de paix colombiennes, estimant que pour cette quatrième tentative de paix, "un échec de plus n’est pas permis".

https://www.youtube.com/watch?t=4&v=DRYQgovKAPo

»» http://www.humanite.fr/node/584802
URL de cet article 29367
  

Même Thème
Washington contre Cuba.
Salim LAMRANI
WASHINGTON CONTRE CUBA - L’affaire des Cinq. Un demi-siècle de terrorisme, dirigé par Salim Lamrani. Edition le temps des cerises Textes de : Howard Zinn, Noam Chomsky, William Blum, Michael Parenti, Piero Gleijeses, Ignacio Ramonet, Leonard Weinglass, Wayne S. Smith, Saul Landau, Michael Steven Smith, James Petras, Jitendra Sharma, Ricardo Alarcon, Gianni Mina, Nadine Gordimer. « Les Etats-Unis n’ont jamais annexé Cuba, mais ils en ont fait une colonie virtuelle jusqu’à ce que, en janvier (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.