RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Comment l’armée d’Israël fait taire les journalistes

On peut frapper, chef. On peut tirer, chef ?

Vous lirez ci-dessous deux informations qui révèlent comment l’armée israélienne ne se contente pas de tuer des femmes et des enfants, mais aussi tente de museler la presse pour que perdure la légende de « l’armée plus morale du monde ».

1- On peut frapper, chef ?

Deux journalistes de l’AFP, dûment identifiés au préalable, ont été chassés, poursuivis, fouillés, insultés, mis en joue par des soldats israéliens aux abords du village de Beit Furik, près de Naplouse, en Cisjordanie occupée, où ils voulaient filmer des heurts lors des obsèques d’un jeune Palestinien tué par l’occupant. L’un d’eux a été frappé et plaqué au sol. Les soldats ont brisé leur matériel et confisqué leurs téléphones et un boîtier.

L’agression ayant été filmée à l’insu de la soldatesque, l’autorité israélienne a dû réagir et suspendre le commandant de la patrouille.

L’Association de la presse étrangère (FPA) a déclaré : « Notre problème est que si ces soldats n’avaient pas été mis en cause par une vidéo , rien ne leur serait arrivé. Il arrive trop souvent que des unités de l’armée israélienne violent en toute impunité les hautes valeurs morales dont celle-ci se réclame. »
(https://www.youtube.com/watch?v=c5ojrKi1HxI&feature=youtu.be&t=8)

Jacques-Marie Bourget, alors journaliste à Paris-Match, en sait quelque chose, lui qui serait mort sur place sans l’intervention personnelle de Jacques Chirac pour obliger les militaires israéliens à le laisser sortir de Palestine en ambulance alors qu’ils lui avaient tiré dessus.

A sa demande, nous donnons à lire ici le récit du drame qu’il a vécu. C’est le 40 ème article que nous publions de lui.

Le Grand Soir

2- On peut tirer, chef ?

Tirer sur un journaliste est désormais interdit.

Par Jacques-Marie Bourget.

Le 21 octobre 2000, à Ramallah, Jacques-Marie Bourget, journaliste (alors à Paris Match), est très grièvement blessé par un tir. Poumon perforé, veine sous-clavière ouverte, le pronostic vital est engagé. Ce sont les secouristes du Croissant Rouge palestinien qui transportent le blessé à l’hôpital de Ramallah. L’état du reporter y est jugé si alarmant que les médecins demandent son transfert vers un hôpital israélien. Ce n’est pas un problème de compétence mais il est clair que le matériel médical et la technologie inondent les établissements hospitaliers de Tel Aviv, alors que celui de Ramallah est soumis à la pénurie. Etrangement, l’armée israélienne refuse ce transfert. Les chirurgiens palestiniens se mettent au travail avec succès. En la matière ils ont hélas une trop lourde et cruelle expérience. Trente-six heures plus tard le journaliste doit être rapatrié à Paris dans un avion médicalisé. Refus des israéliens de laisser l’ambulance jusqu’à l’aéroport Ben Gourion. Chirac, alors président de la République, se fâche et exige qu’on laisse libre champ au blessé…Qui peut enfin gagner le service de réanimation de l’hôpital Beaujon à Paris.

Après des mois de convalescence et de multiples opérations, dont l’une est réalisée par le professeur Christophe Oberlin qui lui rend une main gauche plus valide, J.M. Bourget dépose une plainte devant le TGI de Paris. Une information est ouverte pour « Tentative d’assassinat ». Dans la foulée un expert détermine que le journaliste a été la victime d’un balle de M16 fabriquée par IMI, l’industrie d’arment d’Israël.

Après trois années de silence, les israéliens font connaitre à la France qu’ils refusent de collaborer à l’enquête, à la Commission rogatoire internationale. Cette impossibilité à instruire conduit le juge parisien à rendre un non-lieu. William Bourdon, l’avocat de J.M. Bourget lance alors une action devant la CIVI, la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions et autres attentats terroristes.

Après des mois de silence, il est clair que certains magistrats sont inquiets de devoir dire qu’Israël ait pu commettre un acte relevant d’une Commission chargée de réparer les conséquences d’un acte de terrorisme. Après une première audience, les juges rejettent la demande de maître Bourdon. Ils expriment leur point de vue : donner raison au reporter serait mettre en cause des ordres donnés par un état démocratique, en l’occurrence Israël. J.M. Bourget fait appel.

Après de nouvelles années d’attente, le 15 juin, l’audience entend à nouveau William Bourdon. Entre temps Ghislain Poissonnier, éminent magistrat, a publié un article sur le « cas Bourget », dans la Gazette du Palais. Une étude fulgurante qui démontre qu’en déboutant le journaliste, le tribunal s’est trompé, une analyse qui met les magistrats face à leur responsabilité : dire le droit, et recevoir la demande de J.M. Bourget, ou alors se faire complices d’une erreur judiciaire.

Le 21 septembre l’arrêt est tombé, le tribunal ouvre le droit à l’indemnisation. Il le fait dans des termes forts puisque, s’appuyant sur des témoignages réunis lors de l’instruction interrompue par le défaut d’Israël, le tir dont J.M. Bourget a été victime est remis dans son contexte…Et Israël dans sa position de tireur. Voilà la motivation de la décision :

« Lors de l’enquête, Monsieur Thierry Esch, photographe accompagnant Monsieur BOURGET, précisait qu’“il n’avait pas vu d’où provenait précisément le tir, ni de snipper, ni quoi que ce soit”, mais que là où ils se trouvaient, seuls les israéliens pouvaient être à l’origine du tir. Il ajoutait qu’il lui semblait évident que si le tir provenait de l’hôtel City Inn qui se trouvait plus haut derrière les positions israéliennes, ils n’étaient pas à l’abri, et qu’il avait appris plus tard par les Palestiniens, que cet hôtel abritait l’armée israélienne.

A la question de l’enquêteur “Avec le recul, êtes-vous en mesure de localiser l’origine du tir ainsi que la distance ? ”, un journaliste présent sur les lieux, Monsieur Alfred Yahobzadeh répondait comme suit : La réponse n’est pas évidente, car en fait il y avait plusieurs positions d’où les tirs israéliens pouvaient venir. L’origine principale des tirs provenait des “snipers” israéliens basés dans l’hôtel City Inn. (...) Il existe également une autre position pour les snipers israéliens qui est une position mouvante dans la mesure où le ou les tireurs se trouvent dans une jeep qui patrouille sur un point haut matérialisé par une petite colline (...) Le meilleur angle de tir semble pour moi provenir de l’hôtel et non du véhicule en mouvement.

Monsieur Laurent Van Der Stockt, autre journaliste entendu dans l’enquête, indiquait qu’à son avis, Monsieur BOURGET avait été visé par un tireur israélien se trouvant dans la jeep stationnée sur la butte située sur la droite des barricades, plutôt que par un tireur posté dans le bâtiment de l’hôtel City Inn, plus éloigné que la jeep en question, et qu’il ne s’agissait pas d’une balle perdue bien que cette thèse ne soit pas à écarter de façon définitive. Même si ce type de fusil M16 était utilisé par les soldats israéliens et que les témoins entendus privilégiaient l’hypothèse d’un tir israélien, en provenance “très probablement” d’une position tenue par l’armée israélienne, de l’autre côté des barricades, l’instruction ne permettait pas de déterminer avec certitude l’origine du tir, ni d’identifier l’auteur du tir, qui pouvait être un soldat israélien ou un civil.

En outre le seul fait que l’infraction ait été commise sur un territoire où ont lieu des affrontements armés ne suffit pas à exclure son caractère de droit commun.

En effet, il n’est pas démontré que ce tir effectué par une personne non identifiée, était constitutif d’un acte de guerre. Dès lors, les violences commises, dont on ne peut affirmer qu’elles résultent d’un fait volontaire, l’hypothèse d’une balle perdue ne pouvant être totalement exclue, présentent le caractère matériel d’une infraction de droit commun, et à ce titre ouvrent droit pour la victime du dommage à une indemnisation par le Fonds de Garantie des Victimes des Actes de Terrorisme et d’autres infractions sur le fondement de l’article 706-3 du code de procédure pénale.

Il convient donc de déclarer la requête de Monsieur Jacques-Marie BOURGET recevable. »

Cette décision pèse d’un poids considérable. D’un côté, par rebond, elle vient condamner une « tentative d’assassinat » commise par un agent israélien, de l’autre elle établit que les journalistes ne sont pas un gibier sur lequel on peut tirer impunément. Une bonne nouvelle pour la justice, le droit des journalistes et, par effet miroir, sur le sort fait aux palestiniens.

Jacques-Marie BOURGET

URL de cet article 29364
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.