Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


COMMUNIQUÉ : Tout est bien qui finit mal

Alors que, pour des raisons d’hygiène, le règlement intérieur des piscines municipales interdit le port du « burkini », un collectif de femmes musulmanes couvertes de la tête aux pieds et soutenues par l’association Alliance citoyenne a investi la piscine Jean-Bron de Grenoble et piqué une tête dans l’eau le 23 juin. Cet acte a déclenché une intense polémique en France, en Arabie saoudite, au Vatican (et à Saint-Tropez) : toujours interdits de petit et de grand bain, les naturistes ont pour leur part revendiqué le droit « de se baigner à poil » et envisagent de porter plainte pour discrimination.

Si comme des dizaines de milliers une poignée de lecteurs vous aviez dévoré Tout est bien qui finit mal, le roman (le plus diiiiiiingue) de l’été, vous sauriez que L’info, « l’hebdomadaire qui paraît toutes les semaines », a depuis longtemps anticipé cette actualité et en a analysé, avec une étonnante pertinence, très largement avant tout le monde (nous insistons), TOUTES les dimensions.

Si (tout à fait par hasard) vous n’aviez pas encore lu ce remarquable ouvrage vous permettant, dans les soirées en ville ou à l’apéro, de briller par votre érudition sur (entre autres !) ce grand thème de société, ou si, l’ayant comme nous adoré, vous ne l’avez pas encore offert à vos amis, il n’est pas trop tard pour le faire. Mais hâtez-vous. « Il n’y en aura pas pour tout le monde », ont déjà averti le magazine 60 millions de consommateurs et le Syndicat des libraires, très alarmés.

L’histoire se déroule à l’époque lointaine où le Premier ministre Manuvalse et son ministre des Finances Manu Micron traumatisent la France à grands coups de « 49-3 ». Marcelin Martin, est écrivain, journaliste (et il fait du vélo). Travailler à L’Info, « l’hebdomadaire qui paraît toutes les semaines », ne lui apporte pas que des satisfactions. Primo, on ne lui publie pas ses articles, pourtant excellents. Secundo, quand l’équipe ne passe pas son temps à s’étriper pour des questions liées au « tout à l’ego », elle se déchire à propos des grands débats du moment. Par exemple : alors que le rédacteur en chef et son adjoint rêvent d’une Saint Barthélémy des laïcs, d’autres vouent aux gémonies la montée en puissance des barbus, de la burqa et de la Shari’a dans les banlieues.

Amoureux de Samia, la Kabyle téléphonique, Marcelin a, en ce qui le concerne, une ou deux idées bien à lui sur la question. Mais il doit également compter avec Débarah, sa régulière, qui commence à lui courir sérieusement sur l’haricot. Si l’on rajoute à ça que les Editions du Pilon ne font aucun effort pour diffuser ses livres, pourtant excellents, on comprendra que Marcelin finit par déprimer sérieux.

Comment sortir de l’anonymat quand on a un tel talent ? Marcelin a peut-être trouvé la solution. Si, lors d’un grand reportage en Colombie, il se faisait enlever par la guérilla des FRAC, il deviendrait aussi célèbre qu’Ingrid Barbancourt, tous les médias s’intéresseraient à lui. Il n’y aurait plus, ensuite, qu’à écrire un best-seller que les foules s’arracheraient…

C’est donc dans ce pays sauvage et exotique qu’on retrouve notre grand reporter. Et même dans une île ténébreuse de la Caraïbe où il va mettre à jour une épouvantable « banana war » jusque-là passée totalement inaperçue. Le scoop du siècle, mes amis…

Ecrit dans un style loufoque, ce roman ne l’est sans doute pas autant qu’il y paraît. Plus proche de San Antonio que du Monde diplomatique, l’auteur, qui connaît bien le monde des médias, croque férocement ceux-ci de l’intérieur et, souvent très « mal pensant », ni Charlie ni Edwy Plenel, cogne joyeusement sur tout le monde, amis et ennemis, décrivant en filigrane une société – la nôtre – qui a perdu tous ses repères et navigue à vue.

A commander (de préférence) chez votre libraire habituel... ou (si malheureusement vous n’en avez pas) par correspondance :

Vous avez reçu ce message parce que, dans le cadre d’une campagne de promotion reposant sur deux principes – « On n’est jamais si bien servi que par soi-même » et « Quand on n’a pas tout essayé, on n’a rien essayé » –, vous êtes considéré comme faisant partie de la fraction de la population française la plus ouverte, curieuse, tolérante, distinguée, cultivée (et pleine d’humour, par-dessus le marché). N’ayez néanmoins aucune inquiétude : dès que, comme pour Houellebecq, les ventes de cet ouvrage auront dépassé 200 000 exemplaires, vous ne serez plus importuné.

URL de cet article 35076
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Même Thème
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.