Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Craonne nous apprend à dire non !

Quand après deux jours d’repos terminé
On se dit en reprenant la corvée
Y en a marre d’être pris pour un coût
Assez d’la rengaine, envie d’mettre les bouts
On veut plus marcher dans cette combine
Ici comm’ailleurs, c’est toujours la même débine
Chaque jour, sans tapage, sans trompettes
On s’en va trimer en baissant la tête

Adieu la Vie, adieu la fraternité
Adieu toutes les amitiés
C’est bien fini, c’est de tout’éternité
De cette guerre sans pitié
C’est sur l’autel du profit
Qu’on doit y laisser not’vie
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés

Cinq jours de labeur, cinq jours de cadence
Pourtant on a l’espérance
Que d’main sera pour tous meilleur
Mais pour le genr’humain il n’est point de bonheur
Toujours dans le silence de la nuit
Ce que l’on croyait acquis se voit réduit
Trahis par ceux qu’on croyait nos représentants
Spectateurs on est restés bien trop souvent

Adieu la Vie, adieu la fraternité
Adieu toutes les amitiés
C’est bien fini, c’est de tout’éternité
De cette guerre sans pitié
C’est sur l’autel du profit
Qu’on doit y laisser not’vie
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés

C’est dégueulasse d’voir vers les paradis fiscaux
Tous ces gros richards planquer leur magot
Si pour eux, la vie est rose
Pour nous, c’est pas la même chose
Au lieu d’nous voler, tous ces évadés
F’raient mieux d’payer leur quote-part
Avant qu’il nous vienne à l’idée
D’reprendre le flambeau des Communards

Ceux qu’ont le capital, ceux-là sont protégés
Vu qu’c’est pour eux qu’on crève
Mais c’est fini, car les exploités
Vont tous se mettre en grève
Ce s’ra votre tour, messieurs les nantis
D’montrer l’exemple à nous autres
Si vous aimez tant la guerre, les profits
Payez-les du sang des vôtres.

« Personne » et Auteur(s) Inconnu(s),

pessimistes par la raison et optimistes par la volonté

30 brumaire an 226

Chanson de Craonne : https://www.legrandsoir.info/maudite-soit-la-guerre.html

URL de cet article 32582
   
Même Thème
1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.