RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Démonstration qu’Occurence et la police divisent par 3 ou 4 le nombre de manifestants

Il y avait beaucoup, vraiment beaucoup, de monde dans la manifestation à Paris ce 17 décembre. 350 000 d’après les estimations de la CGT. Bizarrement une officine d’un proche de Macron qui prétend décompter les manifestants et recrutée par les médias appartenant aux milliardaires a publié simultanément avec la police de Macron un chiffre de 72 000 manifestants.

# Décompte du nombre de manifestants : la propagande d’Occurrence décortiquée

IC a enqueté et a demandé à connaitre le lieu de décompte et à pouvoir accéder aux vidéos du décompte.
https://twitter.com/PRCF_/status/1207001754656739328

Refus du journaliste de Libération. Soit disant pour des “difficultés” juridiques. Rappelons que chaque personne susceptible de faire l’objet d’un enregistrement par vidéo surveillance a le droit d’en être informé et de pouvoir accéder à la vidéo ! Faudra-t-il donc poursuivre Libération, BFM et les autres membres de la clique devant la CNIL pour obtenir les vidéos de carte mémoire du camescope d’Occurence ? Observons d’ailleurs que celles-ci sont prises et détenues par une entreprise privée qui n’offre aucune des garanties et protections liées au statut particulier de la presse.

Toujours est il que l’on apprend que l’officine du militant de Macron a filmé au 62 rue de Lyon, vraisemblablement depuis un hôtel. De 15h04 à 17h59.

Refus également de Libération de divulguer le redressage manuel des chiffres pratiqués par Occurence et les chiffres de débits qui en découlent.

Sur twitter de nombreux internautes s’indignent :

- de ce qu’une bonne partie du cortège est passée avant 15h et n’a pas été filmée et donc comptée.

- de ce que ceux qui ont quitté le cortège à Bastille n’ont pas été décompté : par exemple tout ceux qui ont piétiné de 12h à 17h à République et sur le boulevard Beaumarchais et qui ont bien été obligé d’aller prendre les derniers métros et RER
de ce que le comptage a été arrêté avant la fin de la manifestation.

- du fait qu’il n’y ai eu qu’un seul point de comptage pour une manifestation de cette taille.

Décomptons les manifestants avec la même méthode qu’Occurence

On a voulu en avoir le cœur net de la réalité de ces chiffres. Et on a donc fait un décompte selon la même méthode que Occurence.

Notre point de comptage ? L’intersection de la Rue Saint Sabin et du boulevard Beaumarchais.

Pourquoi ? parce que l’on dispose de vidéos du passage du cortège à cet endroit, que l’on sait combien de temps il a mis à s’écouler, et parce que c’est avant le premier principal point de sortie du cortège, la place de la Bastille. Inconvénient, cela ne prend pas en compte tout ceux qui ont rejoint la manifestation à Bastille. Et donc cela sous estime le nombre de manifestants.

Ce qui nous permet de compter nous aussi les manifestants avec la même méthode qu’Occurence.

Comme on est méticuleux, on l’a fait à la main sur plusieurs échantillons de 10 secondes extraits de la vidéo. C’est fastidieux mais c’est précis et rigoureux. Voilà ce que cela donne sur un exemple, que l’on représente sur un extrait de vidéo.

Entre les deux lignes rouges c’est le passage d’une tranche de 10 secondes de manifestation. 99 personnes en l’occurence sur cet exemple. Sur une largeur de 25 m. Ce qui permet d’obtenir ainsi un débit moyen de personnes par mètre de largeur de rue et par minute.

En l’occurence, entre 20 et 40 ici selon nos décomptes. Soyons très prudents pour ne rien exagérer et retenons la fourchette basse, 25 personnes par mètre et par minute. Soit pour la totalité de la largeur du boulevard Beaumarchais et de ses deux trottoirs que l’on voit totalement occupé 875 manifestants qui passent par minute.

Observons que Libération indique que cette méthode de comptage du fait des masques produits par les drapeaux, les pancartes, les véhicules et les banderoles conduit à sous estimer de 20% le nombre de manifestants sur les images et dans le décompte brut par la caméra d’Occurence. Nous y reviendrons.

Puis on fait comme Occurence, on applique cette moyenne à la durée de la manifestation. De 14H à 18h à cet endroit du parcours. Soit 240 minutes.

Nombre de manifestants étant passés à notre point de comptage :

240 min x 875 manifestants/minute = 210 000 manifestants. C’est 40% moins que les 350 000 annoncés par la CGT mais c’est 191% plus élevé que le chiffre de la police et trois fois plus que le chiffre d’Occurence. Une paille.

Si on corrige de +20% comme dit le faire Occurence, alors c’est 252 000 manifestants.
Si on observe qu’à l’arrivée de la manifestation à Bastille la place était déjà bien remplie, on voit que l’ordre de grandeur du chiffre de la CGT n’est pas déconnant, pour reprendre les mots utilisés à l’Elysée quand il s’agit de parler de retraite des prof divisée par deux.

Le ridicule des chiffres d’Occurence et de la Police

Faisons le calcul d’Occurence dans l’autre sens pour comparer maintenant avec notre décompte.

72 000 manifestant passant par les 55 mètres de largeur au niveau du 62 rue de Lyon entre 15h04 et 17h59 soit 175 minutes de manifestation : cela fait un débit de.... 7.4 manifestants par mètre et par minute. C’est simplement sous estimés de trois fois et demi !

En constatant que la vitesse moyenne de la marche est de 4 km/h, que celle des manifestants a été plus faible, environ 3 km/h, le débit de manifestants calculé par Occurence correspond à un temps d’environ 8 seconde entre le passage de chaque manifestant au point de comptage. Pour bien vous représenter la chose, cela correspond à une distance de 6,5m entre chaque manifestant. Soit la moitié de la longueur d’un autobus ! Ridicule.

Et pour ceux qui seraient encore dubitatifs, qu’ils aillent donc lire nos analyses précédentes sur les chiffres des manifestations. Nous y exposions en détail les résultats d’études universitaires sur le décompte des foules. Pas des travaux de la CGT, mais des travaux de chercheurs directement exploités pour concevoir les circulations, accès, portes et passages des centres commerciaux, des stades ou des aéroports dans la vraie vie. Des travaux qui estiment le débit par mètre de largeur de rue et par minutes pour une foule peu à moyennement dense à entre 33 et 66 personnes par minute et par mètre. Un ordre de grandeur qui correspond tout à fait à ce que l’on a trouvé.

Ce débit de 33 personnes par minute et par mètre correspond à une distance entre chaque manifestant de 1.5m. Une distance bien supérieure à celle observée sur les photos et vidéos de la majeure partie de la manifestation.

En prenant cette valeur minimum de 33 établie par les scientifiques, tout à fait confirmée par nos décomptes, au point de comptage d’Occurrence et sur la durée de la manifestation filmée par Occurence, on trouve.... 317 625 manifestants. Bref le chiffre communiqué par la CGT.

Évidemment dans des manifestations de cette taille il est illusoire d’espérer avoir un décompte précis au millier près. Cela dit, une analyse rigoureuse et scientifique permet de démontrer que :

le chiffre annoncé par Occurence et publié par les médias des milliardaires est ridicule
le chiffre annoncé par la CGT est cohérent. Evidemment qu’il ne minore pas la taille de la manifestation, mais il en donne une bonne idée de la mesure.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/demonstra...
URL de cet article 35543
  

Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.