RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 

"Dernière sortie avant péage ! Ne la ratez pas !"

Le vote Mélenchon, seule possibilité électorale d'ouvrir un espace de résistance au macronisme et au fascisme Lepéno-zemmourien ! Roussel sera-t-il le Hamon de la Présidentielle 2022 ?

On se souvient qu’en 2017, Jean-Luc Mélenchon, avec 19,58% des suffrages n’a raté la qualification pour le 2ème tour qu’à 2% près.... tandis que Hamon, le candidat du PS, finissait à 6,36%, captant une bonne part des 600.000 voix manquantes.

Aujourd’hui, c’est une ribambelle de candidats, plus « unitaires » les uns les autres, qui cherchent à grappiller quelques % qui peuvent faire défaut à Jean-Luc Mélenchon qui est, pourtant, le seul candidat en capacité de nous faire échapper au duel mortifère droite/extrême-droite.

Parmi eux, Fabien Roussel, le candidat du PCF, de plus en plus mis en avant par les médias et salué par la social-démocratie anti-Mélenchon et la droite qui jugent qu’il dit des « choses intéressantes ». A son corps défendant ou pas (ce n’est pas le sujet), Roussel est tactiquement mis en avant par ces forces réactionnaires pour bloquer la marche en avant de l’espoir Jean-Luc Mélenchon, selon un scénario classique qui rappelle le soutien du capital aux forces gauchistes contre le Parti Communiste de la grande époque, et Fabien Roussel se prête d’autant plus à cette manœuvre qu’il a fait le choix d’une campagne de démarcation systématique vis-vis de Mélenchon

C’est d’autant plus terrible que c’est au nom d’une « identité communiste » retrouvée que veut s’exprimer Fabien Roussel, or cette identité-là est bien problématique !

Il exprime lui-même dans son livre Ma France sa différence avec Jean-Luc Mélenchon : « Lutte contre le racisme, laïcité, sécurité et police, capital et travail : sur tous ces thèmes très régaliens, nous n’avons pas forcément les mêmes approches ». Derrière ces mots, on retrouve le refus de Fabien Roussel de participer à la marche nationale du 10 novembre 2019 contre l’islamophobie en protestation contre l’attentat de la Mosquée de Bayonne et, par contre, sa participation appuyée à la manifestation politique des syndicats policiers du 19 mai 2021 devant l’Assemblée Nationale, prenant à rebours tous les militants de notre camp social engagés dans les luttes contre la répression policière (du Comité Adama aux Gilets Jaunes), et alors que la priorité d’un militant communiste serait d’œuvrer à unir le peuple, au-delà de ses catégories, ses différences et de ses croyances.

Mais tout à sa volonté de s’adresser à l’électeur de la « droite sociale » (cf. son intervention sur BFMTV-RMC le 31 janvier) ou à l’électeur d’extrême-droite qui se « trompe de colère », Fabien Roussel en vient à déraper quand, dans une interview le 13 janvier, il proclame défendre « la valeur travail » contre « l’assistanat » : « je suis le seul à défendre le revenu issu du travail plutôt que le revenu issu de l’aide sociale », comme si les sans-travail ne préféraient pas en avoir ! Cela rappelle sa sortie polémique en avril 2021 contre la « garantie d’emploi par l’Etat en dernier ressort », proposée par la FI, accusée d’être une idée propre à « l’époque soviétique, le kolkhose ».

André Chassaigne, président du groupe des députes PC, dans un entretien au Point du 17/01/2022, est dans le même ton, cherchant surtout à bien montrer qu’il est un militant « responsable » : « Jamais je ne suis allé devant une usine avec un mégaphone pour gueuler et lever le drapeau rouge. Je préfère demander à rencontrer le chef d’entreprise et essayer de faire avancer les choses ».

Dans cet entretien, Chassaigne annonce clairement : « il faut que le Parti socialiste se reconstruise (...) la richesse de la gauche vient de sa diversité », illustrant ainsi une incapacité maladive de la direction actuelle du PCF à s’extraire de sa volonté de se lier à la social-démocratie, laquelle même en quasi-faillite, peut encore lui permettre de sauver nombre de ses élus locaux. Mais comme cet objectif de renaissance du PS est loin quand Hidalgo est à 2% à la Présidentielle, Chassaigne traduit au fond la ligne défaitiste du PCF dans cette élection en affirmant nettement : « il est illusoire d’espérer être au second tour ». Ian Brossat, porte-parole de Roussel, interviewé le 17 février sur LCI, a enfoncé le clou en affirmant que si Mélenchon était au second tour, cela pourrait faire gagner Le Pen.

Le défaitisme laisse le champ libre à Macron-Pécresse-LePen-Zemmour

Que peut apporter aux travailleurs un parti qui ne se bat pas pour gagner ? Est-ce la réponse à apporter à une colère populaire grandissante anti-Macron ? Comment ne peut-on voir que dans le contexte actuel d’offensive libérale et de risque fasciste, il y a besoin de faire front et qu’on ne peut gâcher par des divisions la seule possibilité concrète, dans le cadre du système autocratique présidentialiste de la Vème république, qu’arrive au second tour une alternative de gauche au contenu antilibéral, antifasciste, eurocritique, antiguerre (d’autant plus important en cette période de bruits de bottes de l’OTAN en Ukraine !) Or cette possibilité, qu’on le veuille ou non, elle est aujourd’hui incarnée par Jean-Luc Mélenchon. C’est la clef qui permettrait de dénouer la situation, faire sauter le verrou macronien, et permettre au mouvement social de redresser la tête. Souvenons-nous que les grèves de mai-juin 1936 avaient été entraînées par l’élan de la victoire politique du Front Populaire ! Aujourd’hui, il faut combattre le sentiment d’impuissance qui est trop répandu dans la classe ouvrière. Se présenter à la Présidentielle pour juste faire un tour de piste, pour témoigner comme le fait Roussel, et dire qu’on ne peut pas gagner, c’est renforcer ce sentiment d’impuissance.

Il est minuit moins le quart : l’heure n’est pas à discuter tranquillement sur la « reconstruction communiste » et le projet de société socialiste/communiste, mais dans l’agenda politique bourgeois qui nous est imposé, il faut prendre nos responsabilités, dans l’intérêt du peuple travailleur, et tout faire pour éviter que nous nous retrouvions à nouveau face au duel mortifère de second tour Macron-Le Pen/Zemmour. C’est au 1er tour que se joue l’élection.

Voir aussi la déclaration précédente (19/12/2021).

21/02/2022

»» http://cercles.communistes.free.fr/rcc/publi.php++cs_INTERRO++idArticle=2022_02_21_jlm2022
URL de cet article 37760
  

L’Équipe de choc de la CIA
Hernando CALVO OSPINA
Le 18 Avril 2009, les autorités des États-Unis faisaient détourner un avion d’Air France qui devait survoler leur territoire pour la seule raison que l’auteur de ce livre, Hernando Calvo Ospina, était à son bord ! La publication de ce livre ayant été annoncée par la presse... Mais tout ce qui est écrit ici est vérifiable auprès des meilleures sources, notamment étasuniennes. On aura beau chercher, on ne trouvera jamais une autre équipe ayant de tels antécédents. Il s’agit bel et bien du groupe d’agents (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.