RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pas seulement EU contre Russie, mais aussi EU contre Allemagne

La crise ukrainienne a jeté un nouvel éclairage sur les divisions au sein de l’Otan. Des pays européens, dont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Croatie, la Hongrie, la Bulgarie et la République tchèque – tous alliés de l’OTAN – se sont tous, à des degrés divers, éloignés de la propagande de guerre diffusée par les États-Unis et son acolyte britannique. Contrairement aux Anglo-Américains, ils privilégient une solution diplomatique à la crise. Ils comprennent que leurs économies seront les perdantes d’une guerre sur le continent, et que ce seront des vies européennes perdues – dans un premier temps, du moins.

La division la plus importante au sein de l’OTAN se situe entre les États-Unis et l’Allemagne (la France représente un challenger important, mais moindre, face à l’intimidation étasunienne). Lorsque le chef de la marine allemande Schonbach a déclaré en janvier que Poutine méritait "le respect sur la base de l’égalité", il exprimait le point de vue d’une grande partie de l’establishment allemand – même s’il a été contraint de démissionner.

Schonbach était soutenu par le général à la retraite Harald Kujat, ancien chef de l’armée allemande et plus tard président du Comité militaire de l’OTAN. Même Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères du parti vert, s’en est tenue à la politique allemande de longue date consistant à ne pas envoyer d’armes militaires dans les zones de conflit (Guardian, 17 janvier 2022). La coalition actuelle considère comme un principe de base que les armes ne doivent pas être exportées vers les zones de guerre, même s’il ne faut pas oublier que l’Allemagne est le quatrième exportateur d’armes au monde, avec des clients comme l’Arabie saoudite.

La position moins guerrière de l’Allemagne sur l’Ukraine n’a pas été bien accueillie aux États-Unis (et en Grande-Bretagne). Le groupe de réflexion de l’establishment étasunien, l’Atlantic Council, a ouvertement mis en doute la fiabilité du chancelier Scholz en tant qu’allié. En Grande-Bretagne, le blog ConservativeHome a qualifié de « déplorable » le refus de l’Allemagne d’armer l’Ukraine. L’Allemagne, a-t-il tonné, « est accusée de faire activement obstruction » à ses alliés. Comment l’Allemagne ose-t-elle citer son "évitement soi-disant par principe de l’ingérence dans les conflits "enracinés dans l’histoire"". L’Allemagne « est accusée » de ne pas jouer le jeu de guerre anglo-saxon.

Domination étasunienne

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont dominé l’Europe, militairement et économiquement. Son empreinte militaire sur le continent est encore énorme. Malgré d’importantes réductions du nombre de soldats, les États-Unis conservent toujours 40 000 soldats sur le sol allemand dans des "bases hyper-sécurisées qui bénéficient de l’extra-territorialité" (Voltairenet, 16 février), plus qu’ils n’en conservent dans tout autre pays à l’exception du Japon. Son QG de commandement européen est à Stuttgart. Les dépenses d’armement des États-Unis éclipsent celles de leurs rivaux européens : 778 milliards de dollars en 2020, contre 292 milliards de dollars dépensés par les pays de l’UE et la Grande-Bretagne réunis.

La présence militaire continue des EU n’est pas seulement un héritage de la guerre froide, mais est également conçue pour maintenir « les Allemands au sol », comme l’a dit le premier secrétaire général de l’OTAN en 1949. Le maintien de l’Allemagne « au sol » a commencé avec la formation de l’Allemagne de l’Ouest, qui a été supervisé par les EU. Les services secrets allemands ont été réorganisés sous contrôle étasunien, conservant la quasi-totalité de leur personnel nazi (jusque dans les années 1970, au moins un quart des services secrets allemands étaient des ex-SS et des ex-Gestapo). Aujourd’hui encore, les agences d’espionnage étasuniennes telles que la National Security Agency jouissent d’une liberté illimitée d’espionnage en Allemagne. Bien que l’Allemagne ne soit pas officiellement occupée, elle ne contrôle pas totalement sa propre défense.

Les États-Unis dominent également économiquement. La puissance sans précédent du dollar – qui représente 44 % du chiffre d’affaires quotidien de 5 billions de dollars sur les marchés des changes mondiaux (contre 13 % pour l’euro) et 60 % des réserves de change dans le monde (contre 21 % pour l’euro) – signifie qu’en effet, la balance des paiements et les déficits budgétaires intérieurs des États-Unis sont financés par les banques centrales européennes et étrangères, notamment celle de la Chine. La force du dollar maintient les importations étasuniennes à bas prix et rend les actifs étrangers bon marché pour l’acquisition par le capital étasunien.

Technologiquement, les États-Unis surpassent aussi massivement l’Europe. Ses cinq grandes entreprises technologiques : Apple, Microsoft, Google, Meta/Facebook et Amazon ne font face à aucune concurrence européenne sérieuse. Contrairement à la Chine, l’Europe n’a pas réussi à développer des alternatives locales de haute technologie aux entreprises américaines.

Puissance allemande

Mais l’Allemagne représente un sérieux rival pour la puissance étasunienne. US News a placé l’Allemagne au 4e rang mondial des puissances, après les États-Unis, la Chine et la Russie, et alors qu’elle essaie actuellement de minimiser son rôle militaire croissant – après que ses ambitions impérialistes l’ont menée dans deux guerres mondiales dévastatrices – l’Allemagne a été surnommée "La World’s Soft Power Super Power » (Brand Finance, 21 février 2021) après avoir été élue première nation dans un sondage mondial Gallup, avec un taux d’approbation de 44 %, contre seulement 11 % pour les États-Unis.

La puissance économique allemande dépend de ses liens économiques de plus en plus importants avec la Chine et la Russie, ainsi que de la main-d’œuvre bon marché d’Europe de l’Est et de sa domination financière sur l’UE. L’Allemagne importe plus de marchandises de Chine que de tout autre pays, tandis que ses exportations vers la Chine sont presque au même niveau que ses exportations vers les États-Unis. La dernière chose que les États-Unis veulent, c’est que l’Allemagne s’éloigne économiquement et échappe ainsi à leur domination. Mais c’est précisément ce qui s’est passé, et les États-Unis sont inquiets.

Problèmes de point d’éclair

Le conflit le plus évident concerne Nordstream 2, le nouveau pipeline qui acheminera l’énergie directement de la Russie vers l’Allemagne, en évitant le pipeline Nordstream 1 qui traverse l’Ukraine. Nordstream 2 est nécessaire pour faire fonctionner l’industrie et les ménages allemands : 40 % du gaz allemand provient de Russie.

Les États-Unis veulent que l’oléoduc soit arrêté afin d’abord de nuire à l’économie russe et de la couper de l’Europe, mais aussi de forcer l’Allemagne à réduire ses relations commerciales avec la Russie (et la Chine). Les États-Unis seront alors en meilleure position pour vendre leur propre gaz liquéfié à l’Allemagne et à l’ensemble du marché européen à des prix gonflés. Les États-Unis ont même menacé de sanctions le port allemand de Nordstream, Sassnitz, pour avoir poursuivi le projet de pipeline. Comme l’a dit Sergueï Lavrov : "Lorsque les États-Unis pensent que quelque chose sert leurs intérêts, ils peuvent trahir ceux avec qui ils étaient amis, avec qui ils ont coopéré et qui ont respecté leurs positions dans le monde". Lorsque Scholz s’est rendu à Washington début février, Biden a menacé de perturber Nordstream 2 si l’Allemagne ne le fermait pas elle-même. "Nous, nous y mettrons fin", a déclaré Biden. Lorsqu’on lui a demandé comment, étant donné que le projet est sous contrôle allemand, Biden a répondu : "Je vous promets que nous pourrons le faire." Il s’agit d’une menace directe à la souveraineté allemande de la part d’un "allié".

Outre les sanctions contre Nordstream, les États-Unis ont également menacé de réduire l’accès de l’Allemagne aux informations de sécurité classifiées en raison de l’offre de Huawei de fournir les réseaux 5G allemands. L’Allemagne, dont Deutsche Telkom dépend de Huawei en tant que principal acheteur de l’UE, s’est disputée pendant 2 ans avant d’adhérer, bien qu’elle n’ait toujours pas émis d’interdiction pure et simple de Huawei.

De cette manière, les États-Unis font payer un lourd tribut à l’Allemagne pour la poursuite de son commerce lucratif avec la Chine et la Russie, garantissant que les produits allemands sont plus chers et donc non compétitifs par rapport aux produits étasuniens. À plus long terme, les États-Unis veulent bloquer le commerce avec la Chine afin d’isoler le pays avant la guerre.

Tout aussi important est l’objectif des EU de contraindre militairement l’Allemagne à entrer fermement dans leur camp, ce que l’Allemagne ne veut pas non plus faire. Les deux questions, économique et militaire, sont liées : plus l’Allemagne renforce ses liens économiques avec la Chine et la Russie, moins elle a besoin de l’OTAN ou d’armes étasuniennes coûteuses à utiliser contre ses partenaires commerciaux de l’Est, et moins elle a de raison de sacrifier ses intérêts commerciaux afin de rester sur l’orbite étasunienne – ce qui a été l’approche de Boris Johnson, cédant à la pression des EU sur Huawei en étant le meilleur exemple.

La position de l’Allemagne

En fin de compte, l’Allemagne ne se contentera pas de se soumettre aux États-Unis. Comme Nils Schmit, le porte-parole étranger du SDP, l’affirme dans l’influent périodique allemand International Politik Quarterly (6 janvier 2022) : « Une Europe souveraine possède tous les instruments nécessaires pour affirmer ses valeurs et ses intérêts, notamment en collaboration avec des alliés et des partenaires mais, le cas échéant, agissant de son propre chef. Il poursuit en suggérant que l’euro devrait être utilisé pour "contrecarrer le privilège "exorbitant" que la souveraineté du dollar accorde aux États-Unis... Cette étape permettra à l’Europe de déterminer ses propres relations économiques avec des pays comme l’Iran et la Russie".

En ce qui concerne l’Ukraine, le commentateur conservateur germano-britannique Wolfgang Munchau estime que l’Allemagne représente le maillon le plus faible de l’OTAN car elle ne sacrifiera pas sa sécurité énergétique au nom du Donbass. L’Allemagne ne peut pas se permettre de lâcher Nordstream, car cela reviendrait à renoncer à sa sécurité énergétique et à le contraindre à une soumission permanente à l’Amérique.
Munchau cite l’ambivalence du public allemand envers l’Otan : "Depuis l’époque de l’Ostpolitik de Willy Brandt, les gouvernements allemands, et en particulier les gouvernements dirigés par le SPD, se sont positionnés comme des interlocuteurs entre l’Occident et la Russie."

L’ambiguïté stratégique actuelle de l’Allemagne entre l’Est et l’Ouest est mise à l’épreuve par la crise ukrainienne orchestrée par les États-Unis. Paradoxalement, tout comme les États-Unis poussent par inadvertance la Russie vers la Chine, ils semblent faire de même avec l’Allemagne.

Provoquer la Russie

Compte tenu de ces faits, la seule façon pour les États-Unis d’assurer la conformité de l’Allemagne est de provoquer la Russie dans une guerre contre l’Ukraine, puis de prétendre que l’OTAN doit s’unifier face à l’agression russe, arguant que la nécessité militaire doit l’emporter sur les intérêts économiques de l’Allemagne. "Le problème est de créer un incident convenablement offensant et de dépeindre la Russie comme l’agresseur", affirme Michael Hudson dans le magazine en ligne progressiste Counterpunch (11 février). "Les États-Unis ont besoin d’une menace crédible de l’Est pour justifier l’existence de l’Otan et sa propre domination en Europe." Le commentateur libéral Anatol Lieven soutient de la même manière que : "Pour maintenir l’unité de l’Occident, il est essentiel que la Russie soit clairement considérée comme la partie coupable" (Responsible Statecraft, 14 février), mettant en garde contre une "grave scission entre les États-Unis et certains de ses alliés européens clés » si cette approche radicale échoue.

L’approche énergique des États-Unis en matière de "discipline du bloc" a été maladroite, exposant la désunion au sein de l’OTAN plus clairement que l’OTAN ne voudrait être visible. Tout le monde sait désormais que la France et l’Allemagne ne sont pas "fiables". La Croatie, la République tchèque et la Bulgarie ont exprimé des opinions fortement dissidentes sur la guerre avec la Russie, ce qui n’est pas bon pour l’hégémonie des EU. La Turquie s’est portée volontaire pour agir en tant que "médiateur" – donc clairement pas entièrement d’accord avec les plans étasuniens. Même l’Ukraine a dit aux États-Unis d’arrêter de semer la panique.

D’un autre côté, la pression des EU sur l’Allemagne et la France a réussi à leur arracher la rhétorique belliciste – et ces déclarations anti-russes peuvent être difficiles à écarter diplomatiquement.

La façon dont l’Allemagne s’oriente maintenant – soit en se tenant à quatre pattes derrière les États-Unis, soit en s’en tenant à sa stratégie de liens toujours plus étroits avec la Chine et la Russie – définira les relations de pouvoir mondiales à l’avenir. Dans cette optique, la position de la France est importante. Malgré leur rivalité au sein de l’UE, la France et l’Allemagne tentent d’éviter une guerre européenne, tout comme elles ont refusé d’entrer dans la guerre en Irak en 2003. Ce faisant, elles prennent leurs distances avec les EU et l’OTAN. L’appel renouvelé de Macron à une armée européenne – effectivement autonome de l’OTAN, qu’il qualifie de "mort cérébrale" – montre jusqu’où les divisions au sein de l’Occident pourraient aller si les États-Unis continuent à pousser. Et contrairement à la situation de 2003, la Chine et la Russie ont progressé rapidement, créant un monde multipolaire qui rend les divisions occidentales beaucoup plus importantes.

Le Correspondant socialiste

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2182335598583274
URL de cet article 37759
  

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’un des plus gros mensonges officiels de notre temps est que les États-Unis et le Royaume-Uni sont en guerre contre l’islam radical. De l’Afghanistan à l’Arabie Saoudite en passant par la Syrie et la Libye, les extrémistes islamiques ont été pendant des décennies un allié vital dans leur véritable guerre : contre l’indépendance, l’unité panarabe et la souveraineté économique au Moyen-Orient.

Matt Kennard

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.