RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Les escadrons de la mort ont échoué au Vietnam, mais la CIA estime qu’ils feront du bon boulot en Irak.

Des escadrons de la mort en Irak. Comme au Vietnam.

L’opération Phoenix renaît des cendres de l’histoire.

Déjà sale, la guerre en Irak est en passe de l’être encore plus. Des fonctionnaires américains ont commencé à recruter des anciens officiers de l’infâme Mukhabarat, la police secrète de Saddam Hussein, pour traquer la résistance qui combat les troupes américaines en Irak.

D’après les associations de défense des droits de l’homme, le Mukhabarat a
tué et torturé des dizaines de milliers de civils irakiens pendant le règne brutal de Saddam. Pourtant, certaines sources indiquent que la CIA a déjà commencé a verser des salaires à des douzaines de ces anciens bourreaux, qui auraient eu un rôle dans l’arrestation de Saddam et dans la traque de Syriens et Iraniens soupçonnés d’espionnage en Irak.

Des anciens de la CIA ont comparé ce programme en Irak à l’opération Phoenix, orchestrée par la CIA et responsable de la torture et de l’assassinat de milliers de Sud Vietnamiens, la plupart innocents, entre 1967 et 1970, la période la plus brutale de la guerre du Vietnam.

"Ils sont clairement en train de préparer des équipes mixtes destinées à un travail similaire à l’opération Phoenix, comme au Vietnam" A déclaré Vincent Cannistraro, un ancien responsable à la CIA de la lutte antiterroriste, dans un article du 4 Janvier au "London Sunday Telegraph".

Ce ne sont pas des bonnes nouvelles, si d’aventure vous etes irakien, ou si vous voulez que les USA gagnent la guerre. Pendant l’opération Phoenix, la police sud-vietnamienne et les escadrons de la mort dressaient des listes de personnes suspectées d’appartenir à la guérilla ou d’avoir des sympathies communistes, et les agents de la CIA et des forces spéciales supervisaient les tortures et les assassinats. Un groupe nationaliste vietnamien d’extreme-droite, le Vietnam Quoc Dan Dang (VNQDD) participait à l’élaboration de ces listes dans le but d’éliminer ses divers adversaires politiques.

Préfigurant les horreurs auxquelles allaient succomber les victimes des escadrons de la mort en Amérique Latine (1),les prisonniers de l’opération Phoenix était torturés à l’électricité aux parties génitales, tandis que les femmes était couramment violées, parfois à l’aide d’objets. Une des techniques les plus infâmes consistait a balancer d’un hélicoptère un prisonnier avec un bandeau sur les yeux et de menacer du même sort le reste des passagers.

Comme Douglas Valentine le raconte dans son livre sur l’opération Phoenix, cette dernière aurait été dévoilée pour la première fois en 1970 lorsqu’un groupe de jeunes étudiants sud-vietnamiens auraient recrée les conditions de leur tourment dans les "cages à tigre".

"Les étudiants ont été jugés et condamnés par une cour militaire" écrit Valentine. "certains étaient en état de choc et nourris par perfusion. Certains avaient des morceaux de bambous introduits sous les ongles. L’un d’entre eux était sourd à cause de l’eau savonneuse versée dans ses oreilles. Les étudiantes avaient été torturées et violées à la fois".

Après le spectacle de la cage à tigre, une délégation du congrès US se rendit à Saigon et découvrit un camp militaire sud-vietnamien ou de nombreuses cages à tigre étaient cachées sous des entassements de bois.

"5 à 6 hommes étaient enchaînés au plancher de chaque cage", poursuit Valentine. "Leurs jambes étaient blanchies et ils grouillaient comme des crabes sur le sol, mendiant pour de la nourriture, de l’eau, de la pitié. Certains pleuraient. D’autres parlaient des seaux de chaux, prêts au-dessus de chaque cage, que l’on vidait sur eux".

"Au cours de toutes ces opérations, je n’ai jamais connu de prisonniers qui ai survécu à ces interrogatoires",raconta devant le congrès en 1971 Bart Osborn, un ancien agent de la CIA. "Ils mourraient tous. En fait il n’y avait jamais de preuves valables que ces individus avaient coopéré avec les communistes, mais la majorité étaient soit torturés à mort, soit...jetés des hélicoptères."

Mais peut-être la pire publicité qui fut faite en lien avec l’opération Phoenix, fut le massacre ,en mars 1968, de 504 civils sud vietnamiens, la plupart des femmes, des enfants et des vieillards, dans un petit village de la province de Quang Ngai,le village de My Lai (2) . Le rôle exact de la CIA dans cette atrocité ne fut jamais prouvé, mais comme le relate Valentine, des membres d’un des groupes qui aidaient à l’opération Phoenix, le VNQDD, avaient visité My Lai juste la veille du massacre.

De plus, un sergent qui avait été accusé de complicité dans le massacre fit le nom d’un agent de la CIA qui aurait fourni à son unité une liste de suspects communistes à assassiner à My Lai. Les soldats impliqués dans le massacre affirmèrent également avoir reçu du "renseignement" comme quoi les seules personnes qui seraient présentes à My Lai le jour ou l’attaque devait avoir lieu étaient des "guérilleros endurcis". Le journaliste du New York Times Seymour Hersh, qui revela le massacre en 1970, expliqua que la liste noire des suspects communistes à My Lai "fut grandement réduite" après le massacre.

Cependant, au moment ou la lumière se faisait sur My Lai et l’opération Phoenix, le président Nixon avait déjà annoncé qu’il commençait un retrait graduel du Vietnam des troupes américaines, une indication que l’opération Phoenix avait été un échec total.

"Sous prétexte de neutraliser l’infrastructure de la guérilla communiste, des vieillards, des femmes et des enfants, devinrent des ennemis", explique Valentine. "Avec Phoenix, il devenait aussi facile de tuer un enfant vietnamien que de tirer sur un corbeau dans un arbre. Les munitions étaient des mauvais renseignements fournis par des agents secrets remplis de préjugés".

Tout indique que les mêmes erreurs sont en train d’être commises en Irak, ou les USA détiennent environ 12800 irakiens suspectés d’implication dans les attaques contre les troupes américaines. Paul Bremer, l’administrateur américain en Irak, a annoncé que plus de 500 de ces prisonniers seraient libérés dans ce qu’il appelle un "geste de bonne volonté".(Ironie du sort, ou peut-être pas, ces prisonniers sont détenus dans la même prison ou le Mukhabarat torturait autrefois les ennemis de Saddam Hussein.)

Comme l’a affirmé l’agence AP le 8 Janvier, les prisonniers en passe d’être libéré incluent des "bédouins qui s’occupaient de leurs troupeaux, un enfant enlevé car il se trouvait près de l’endroit ou un soldat US avait été attaqué, un nom donné aux américains pour se venger d’une dispute privée, un père arrêté car il avait un fusil dans sa voiture."

Un de ceux arrêtés et ensuite relâchés est Karim Mohammed, 30 ans, qui s’est retrouvé en prison car les américains ont trouvé une arme chez lui. "Tout le monde en Irak possède une arme" a-t-il dit à l’agence AP. "Ce sont des fausses accusations. Certaines personnes se vengent, n’importe qui peut simplement aller voir les américains et raconter que telle ou telle personne fait partie de la résistance".

Nick Schou, www.ocweekly.com


1) Ndt : Il est intéressant de noter que du Vietnam à l’Amérique Latine, on retrouve un personnage, John Negroponte, qui s’apprête dans quelques semaines à remplir, déguisé en ambassadeur, les fonctions de gouverneur de l’Irak, succédant ainsi à Paul Bremer.


Pour en savoir plus sur John Negroponte et son passé du Vietnam à l’Amérique centrale :

http://www.stopusa.be

http://www.granma.cu/frances

http://risal.collectifs.net

http://www.lautjournal.info

http://www.interventionmag.com

http://www.zmag.org

http://www.wsws.org

http://www.wsws.org

http://www.accuracy.org

http://irishantiwar.org

http://www.islamonline.net

http://www.indymedia.org.uk

http://www.afrocubaweb.com


2) Ndt : Anecdotique mais non sans intérêt, Colin Powell, le meilleur menteur de l’administration américaine actuelle, a joué un rôle non negligeable dans l’affaire de My Lai.

Pour en savoir plus sur Colin Powell et son passé :

http://www.consortiumnews.com/archive

http://www.consortiumnews.com

http://www.nowarcollective.com

http://www.disinfo.com

http://en.wikipedia.org/wiki

http://www.antiwar.com

http://www.dreamscape.com


Publié par May sur Indy Marseille http://marseille.indymedia.org.

Titre de l’ article : Le Phoenix renait de ses cendres

»» www.ocweekly.com->http://www.ocweekly.com/ink/04/19/news-schou.php
URL de cet article 1556
  

Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme devrait être plus proche de la science. Dans la mesure du possible, les faits devraient être vérifiables. Si les journalistes veulent préserver une crédibilité à long-terme envers leur profession, c’est dans cette direction qu’il faut aller. Avoir plus de respect pour les lecteurs.

Julian Assange

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.