RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dieu peut sauver le roi - Nous élirons le chef de l’État

Je n’ai rien contre la reine personnellement. Comment serait-ce possible, je ne la connaissais pas. Je ne peux qu’approuver ou désapprouver son rôle, et l’image limitée et fabriquée que nous sommes autorisés à voir par le biais de l’establishment, informé par l’équipe de Royal Communications.

Elizabeth Saxe-Coburg-Gotha (le nom de famille a été changé en Windsor en 1917 pendant la Première Guerre mondiale parce que les noms allemands étaient vilipendés) était peut-être une gentille vieille dame, tout comme ma mère et ma belle-mère. Elles ont tous deux été aimées jusqu’à leur dernier souffle, mais comme des millions d’hommes et de femmes qui travaillent, elles sont mortes dans des maisons de retraite qui n’étaient pas des palais.

"La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre", mais on ne peut pas toujours imputer les péchés des enfants à la mère, même lorsque le prétendu favori s’avère être un prédateur parasite inutile. Si Charles a été gâté dans son enfance, Elizabeth n’en était pas directement responsable. Élever Charles (et Anne, Andrew et Edward) n’a jamais été son rôle. Avec des nounous, des infirmières, une gouvernante à Buckingham Palace puis un internat dès l’âge de 8 ans, Elizabeth n’a eu que peu à voir avec son éducation, bien que ce fût son choix. De nombreux membres de l’Establishment considèrent que l’internat et la séparation de l’enfance d’un environnement familial aimant sont normaux. Dans cette mesure, la déshumanisation de l’élite britannique est systémique.

Ouvriers des maisons royales

Les Maisons Royales emploient plus de 1000 personnes. Ce serait bien d’imaginer qu’Elizabeth fut une employeuse modèle, traitant ses différents ménages de domestiques avec respect et les payant bien au-dessus du salaire vital moyen. Une semaine de 35 heures ? 8 semaines de congés payés ? 12 mois de congé maternité/paternité ? Une retraite intégrée généreuse à 50 ans ? Malheureusement pas.

The Insider a récemment publié un article, "" Les personnes qui travaillent pour la reine sont souvent mal payées, les données sur les salaires du palais le montrent ". The Insider a identifié 503 emplois dans la maison royale avec des taux de rémunération annoncés entre 2015 et 2021 : « Dix de ces postes annonçaient des salaires commençant en dessous du salaire vital recommandé par la Living Wage Foundation. 274 autres postes annoncés se situent à quelques centimes de ce taux.

Je suis sûr que la reine n’a pas pris ces décisions en matière d’emploi et de conditions de service. Tout comme elle n’écrivait pas ses discours. Ou le programme de législation qu’elle a lu à l’ouverture officielle du parlement. Elle n’a pas géré les 9 milliards de livres sterling de revenus des licences de parcs éoliens offshore (la Couronne est en quelque sorte propriétaire de ces fonds marins). Elle n’a ni acheté ni vendu les investissements de la société. Et elle n’a pas licencié personnellement ses travailleurs, ou du moins, elle n’a pas fait l’embauche et le licenciement. Pourtant, je ne peux pas la dissocier de, ou excuser, l’exploitation de tous ceux à son service.
Quand on nous dit « elle a fait un travail formidable », il est difficile de penser quel était ce travail. Qu’a-t-elle fait en fait ? « Elle a gardé le pays uni », « elle fut un symbole d’unité nationale », etc. Hmmm. Essayez de dire ça aux 14 millions de Britanniques qui vivent sous le seuil de pauvreté. Le tiers d’un million vivant dans la rue. Les 8,5 millions de personnes sont aujourd’hui confrontées à la précarité énergétique. Les 2,5 millions d’enfants britanniques qui souffrent de la faim (UNICEF). Ou à ceux qui ont inspiré Black Lives Matter.

Elle n’a pas géré le prix annuel de plusieurs millions de livres sterling de l’argent des contribuables que la Couronne reçoit pour les services qu’elle a rendus. Des services tels que la visite de pays de l’ancien Empire en tant que « visage » pour la conclusion de contrats commerciaux d’un milliard de livres sterling pour les entreprises britanniques, l’organisation de banquets pour les chefs d’État en visite, la participation à des galas, l’adoubement des fidèles et parfois la salutation de ses sujets. Encore une fois, pour être juste, Elizabeth était une très vieille dame et la plupart de ces tâches étaient déléguées aux membres les moins gênants de sa famille.

Le pouvoir du monarque

Pourtant, en tant que chef de l’État, les membres du parlement doivent lui prêter allégeance. Le roi Charles III est maintenant le chef des forces armées britanniques, le chef de la Fonction publique et le chef de l’Église d’Angleterre.

Plus important encore, il exerce la prérogative royale. Sa signature est requise pour que toute décision du Parlement devienne loi. Simplement en retenant sa signature, le monarque peut provoquer une crise constitutionnelle. À qui obéiraient les forces armées, la police et la Fonction publique, à un Premier ministre socialiste ou au Conseil privé du roi ?

Tout en faisant très peu, Charles détiendra un pouvoir extraordinaire.

Le monarque peut bloquer une loi, limoger des Premiers ministres, destituer un gouvernement, suspendre le parlement et gouverner par décret d’urgence. On nous répète fréquemment que ce rôle est purement symbolique et que ces pouvoirs sont théoriques. Et bien sûr, ils le sont – jusqu’à ce qu’ils soient requis et exercés. Lorsque le député Tony Benn a proposé un projet de loi visant à abolir la prérogative royale, le parlement s’est mobilisé contre lui. Les Maisons préservaient le pouvoir monarchique, non ses cérémonies archaïques.

En réalité, peu importe si les pouvoirs constitutionnels de la monarchie sont théoriques. Si jamais la classe dirigeante se sentait vraiment menacée, elle définirait ces pouvoirs dans son propre intérêt, pour justifier les mesures répressives d’urgence qu’elles jugeaient nécessaires. En fin de compte, les résultats seraient déterminés par l’équilibre des forces de classe.

Chef de l’État pendant 70 ans – et pas une seule fois élue

Ni Elizabeth ni Charles ne furent ou ne seront responsables des turbulences dans le monde, des festivités ou de la crise du coût de la vie. Nous pouvons tous convenir que 70 années ininterrompues en tant que monarque sont remarquables, ne serait-ce que parce que la plupart des gens de sa génération sont morts depuis des années – de famine, de pauvreté, de maladies guérissables et de soins de santé inadéquats.
Peut-être plus remarquable est le fait que notre chef d’État n’a jamais été élu. Pas une seule fois en 70 ans. Si la Grande-Bretagne avait un chef d’État élu démocratiquement par le peuple, Elizabeth serait arrivée au terme de son 14e mandat successif. J’espère que les futures générations de Britanniques trouveront un tel pouvoir héréditaire incompréhensible. Nos contemporains du monde entier le font déjà.

Au moins, nous pouvons tous maintenant défendre le “ God Save The King ”.

Enfin, sauf les nationalistes.
Et les républicains.
Et les athées.
La vieille dame était très bien soignée et je ne lui ai certainement jamais souhaité de mal. Mais la monarchie est une autre affaire.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0fbvvvNf...
URL de cet article 38227
  

Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.