RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les protestations allemandes commencent

Le gouvernement allemand a mis en place un paquet de 65 milliards d’euros pour compenser sa crise de l’énergie et du coût de la vie. Mais cela ne suffira pas à sauver l’Allemagne de la récession, selon un analyste de la banque ING. Le niveau de vie est déjà en baisse et le "paquet de secours" n’arrêtera pas cela.

97,5 % des Allemands réduisent déjà leur consommation d’énergie – prendre des douches plus courtes et plus froides, se laver la vaisselle et les mains à l’eau froide – 40 % citant la hausse des coûts comme leur principale préoccupation, selon The Local (2 septembre). Robert Habeck, ministre allemand de l’Économie (Verts) supervise des augmentations à quatre chiffres des factures d’énergie cette année – en plus de la flambée des prix des aliments et d’une surtaxe de 2,4 cents par kilowatt/heure imposée le mois dernier.

Pour tenter de désamorcer les manifestations anti-sanctions et contre la hausse des prix qui ont déjà commencé, le gouvernement verse un paiement unique de 300 € (260 £) aux travailleurs et aux retraités, tandis que les étudiants recevront 200 € (Bloomberg, 5 septembre). Des plafonds des prix de l’énergie seront également introduits. Mais le "paquet de secours" ne fera pas grand-chose pour empêcher une énorme baisse du niveau de vie de la majorité des Allemands. Comme l’a déclaré la députée de Die Linke, Sahra Wagenknecht, « le paquet proposé ne soulagera pas la population d’une fraction des coûts supplémentaires » (t-online, 4 septembre).

Industrie

Concernant l’industrie, Habeck dit qu’il est "alarmant" que les entreprises allemandes soient obligées d’arrêter leur production pour faire face à la hausse des prix de l’énergie (FT, 31 août). "Ce n’est pas une bonne nouvelle", dit-il, "car cela peut signifier que les industries en question ne sont pas seulement en cours de restructuration mais connaissent une rupture, une rupture structurelle qui se produit sous une pression énorme". Un exemple est le géant de l’acier ArcelorMittal qui a annoncé qu’il arrêtait la production de deux de ses usines allemandes (Al Jazeera, 4 septembre).

La consommation de gaz de l’industrie allemande a chuté de 21% en juillet par rapport à il y a un an, signalant "une baisse spectaculaire de la production", selon Siegfried Russwurm, chef du principal lobby des entreprises allemandes, le BDI. Il l’a appelé "l’expression d’un problème massif".

Le modèle commercial d’une grande partie de l’industrie manufacturière allemande a été basé sur l’abondance de gaz bon marché en provenance de Russie, mais cela "ne reviendra pas de si tôt, si jamais il revient du tout", a admis Habeck.

Une enquête récente a montré que la confiance des entreprises allemandes a chuté pour un troisième mois consécutif. Le groupe de réflexion qui a mené l’enquête a déclaré : "La confiance dans la compétence économique du gouvernement est en train de disparaître et les petites et moyennes entreprises en particulier ont le sentiment d’avoir été laissées tranquilles par les autorités".

Pendant ce temps, bon nombre des politiques vertes qui ont récemment contribué à amener les Verts au pouvoir aux côtés du SPD et du FDP ont été abandonnées. L’Allemagne importe désormais du gaz fracturé des États-Unis, bien plus polluant et trois fois plus cher que le gaz naturel russe. Et même cela ne comblera pas le déficit d’approvisionnement, étant donné le manque de capacité de transport par camion-citerne de gaz naturel liquéfié et de terminaux d’atterrissage.

Pour combler le déficit énergétique, l’Allemagne augmente sa production d’électricité au charbon, selon Rystad Energy, une société norvégienne de recherche énergétique. Bien que de nombreuses centrales au charbon aient été fermées ces dernières années dans le cadre de la décarbonation, l’Allemagne possède toujours des centrales au charbon qui n’ont pas été complètement démantelées. Le géant allemand des services publics Uniper, par exemple, a récemment annoncé qu’il allumerait temporairement une centrale électrique au charbon mise sous cocon pour produire de l’électricité probablement jusqu’à fin avril 2023. L’Allemagne s’est déjà tournée vers le charbon pour sa production d’électricité : 20,7 % de ses besoins sont maintenant provenant du lignite (lignite tendre) et 10,4 % de la houille.

Se conformer à la ligne des États-Unis

La solution évidente – lever les sanctions contre la Russie et ouvrir le gazoduc Nord Stream 2 depuis la Russie, qui a été fermé sur ordre des États-Unis – résoudrait le problème énergétique de l’Allemagne.

Mais la guerre et les sanctions contre Poutine viennent en premier, avant les efforts pour limiter la crise économique auto-infligée et protéger le climat. Soulignant cette politique, le chancelier Olaf Scholz a récemment annoncé que l’Allemagne livrerait encore plus d’armes à l’Ukraine, d’une valeur de plus de 500 millions d’euros (Reuters, 23 août).
L’ancien président fédéral Joachim Gauck a déclaré en février que le peuple allemand devrait "se geler pour la liberté" cet hiver et "endurer... une baisse générale de notre train de vie". Macron a dit quelque chose de similaire aux Français, lorsqu’il a annoncé la « fin de l’abondance ».

Annalena Baerbock, la ministre des Affaires étrangères (une Verte très belliciste), a catégoriquement rejeté les négociations avec la Russie ou la fin des sanctions. En février, elle a explicitement appelé l’Occident à « ruiner la Russie » (25 février). Lors de sa récente visite à Kiev, elle a déclaré que l’Allemagne "continuerait à soutenir l’Ukraine aussi longtemps que nécessaire avec des livraisons d’armes" (AFP, 10 septembre). Elle accepte que cela a un prix : la paupérisation du peuple allemand. Mais elle ira de l’avant tout de même. « Peu importe ce que pensent mes électeurs », a-t-elle déclaré il y a quinze jours lors d’un panel public, « je veux répondre aux attentes du peuple ukrainien » (31 août).

Pourtant, alors que le contrecoup des sanctions se fera sentir cet hiver, les sanctions du gouvernement allemand et l’armement de l’Ukraine subiront une pression croissante.

Résistance publique

L’humeur du public est déjà en train de changer. Un important sondage d’opinion auprès de 1 011 citoyens a révélé que 77% des Allemands pensent que l’Occident devrait entamer des négociations pour mettre fin à la guerre en Ukraine. Les Verts en particulier obtiennent de mauvais résultats dans les sondages en matière d’économie. Seuls 7 % pensent qu’ils sont compétents.

Et de moins en moins d’Allemands pensent que la Russie est responsable de la hausse du prix du gaz ou que l’envoi de plus d’armes à l’Ukraine ou la poursuite des sanctions contre la Russie apporteront la paix.

Les manifestants qui défilaient à Kassel ont récemment exigé que la société d’armement allemande Rheinmetall cesse de produire des armes pour l’Ukraine. Une organisatrice de l’organisation anti-guerre Disarm Rheinmetall, Nina Kemper, a déclaré : « Il n’y a pas de guerre pour la paix » (Deutsche Welle, 2 septembre).

Environ 2 000 manifestants dans le port baltique de Lubmin – où le gazoduc sous-marin Nordstream 2 en provenance de Russie atteint la terre en Allemagne – ont appelé à l’interdiction des exportations d’armes vers l’Ukraine et à la démission du gouvernement fédéral (Redaktions Netzwerk Deutschland, 4 septembre). Les banderoles lisaient : « Nord Stream 2 au lieu de gaz de fracturation hydraulique » et « Rouge-jaune-vert vers le front est ! », faisant référence au gouvernement de coalition des feux tricolores du SPD, du FDP et des Verts.

Pendant ce temps, des manifestations à Berlin, Cologne (4 septembre), Leipzig et Magdebourg (Politico, 5 septembre) ont exigé la mise en service immédiate de Nord Stream 2 et l’arrêt des livraisons d’armes à l’Ukraine.

Environ 2 000 "artisans pour la paix" ont participé à un rassemblement la semaine précédente à Dessau-Roßlau, en Saxe-Anhalt. "Ce fut l’une des plus grandes manifestations à Dessau ces dernières années", selon le Mitteldeutsche Zeitung (2 septembre). L’organisation "Craftsmen for Peace" prévoit d’étendre ses manifestations à l’échelle nationale (Executive Intelligence Review, 29 août).

Parmi les autres manifestations, 800 boulangeries ont éteint leurs lumières pendant une journée pour protester contre la montée en flèche des factures d’énergie. La guilde des boulangers allemands a dit : "Aujourd’hui c’est la lumière, et demain ce sera le four ?" (Business Insider Africa, 9 septembre).

Egon Krenz, le dernier dirigeant du Parti de l’unité socialiste au pouvoir en Allemagne de l’Est, a déclaré au Morning Star (3 septembre) : "Chaque livraison d’armes est un permis de tuer et prolongera la guerre". Sevim Dagdelen, un député de Die Linke, a critiqué l’insistance de Baerbock sur "l’Ukraine d’abord, les citoyens n’ont pas d’importance" et a appelé à de nouvelles manifestations "contre un hiver froid, contre la faim, contre le gel et contre la guerre économique contre la Russie".

Sahra Wagenknecht a déclaré : « La question est de savoir quels objectifs sont réalistes. La Russie est une puissance nucléaire, et si vous insistez pour expulser les Russes de Crimée, alors cette terrible guerre continuera pour toujours. Les Russes ont leur flotte de la mer Noire en Crimée depuis des décennies, et ils ne l’abandonneront pas. Voulez-vous sacrifier des dizaines de milliers, peut-être des centaines de milliers de vies pour un objectif totalement irréaliste ? Nous devons décider jusqu’à quel point nous soutenons les dirigeants ukrainiens. L’Europe n’est pas intéressée par une nouvelle escalade de la guerre ; nous devons expliquer cela à Zelensky » (t-online, 4 septembre).

Les protestations allemandes ont été relayées par de grandes manifestations en faveur de la paix et anti-OTAN à Paris et à Prague (4 et 5 septembre) – les débuts d’une résistance européenne tant attendue au bellicisme dominant de l’UE et de l’OTAN.

L’Allemagne se protège face aux états-Unis

Jusqu’au début de l’opération militaire russe en Ukraine, l’Allemagne et la France étaient officiellement favorables à une solution diplomatique à la crise. Le chef de la marine allemande de l’époque, Kay-Achim Heino Schonbach, a déclaré en janvier, avant de démissionner, que Poutine méritait "le respect sur la base de l’égalité", exprimant le point de vue d’une grande partie de l’establishment allemand, y compris l’ancien chef de l’armée allemande Harald Kujat. Même Annalena Baerbock a convenu à l’époque que la politique allemande était de ne jamais envoyer d’armes militaires dans les zones de conflit (The Guardian, 17 janvier 2022). Non pas que l’Allemagne ou la France aient jamais honoré les deux traités de cessez-le-feu de Minsk qu’elles ont signés avec Moscou et Kyiv, mais sur le papier au moins, elles ont rejeté la guerre.

Alors que le mandataire ukrainien de l’OTAN intensifiait son bombardement de la population russe du Donbass début février, les États-Unis ont exercé une énorme pression sur l’Allemagne pour qu’elle coupe les liens avec la Russie. Biden a dit sans ambages au chancelier Scholz que les États-Unis fermeraient Nordstream 2 : « Nous, nous y mettrons fin... Je vous promets que nous pourrons le faire », a-t-il déclaré. Cette menace d’ingérence a marqué un tournant.

Les États-Unis ont toujours 40 000 soldats sur le sol allemand (Voltairenet, 16 février) – plus qu’ils n’en gardent dans tout autre pays à l’exception du Japon, l’autre puissance vaincue de la Seconde Guerre mondiale – avec son QG de commandement européen à Stuttgart. L’Allemagne a clairement senti qu’elle n’avait d’autre choix que de sacrifier son partenariat vital avec la Russie.

Pour l’instant, l’ambiguïté stratégique de l’Allemagne entre l’Est et l’Ouest est levée. Cela représente peut-être la plus grande victoire des États-Unis dans la fomentation de la guerre contre l’Ukraine : resserrer l’unité du bloc de l’OTAN et affaiblir son rival allemand, en préparation de sa plus grande guerre avec la Chine.

Le Correspondant socialiste a souligné plus tôt cette année (Commentaire du lundi TSC, 21 février) que la seule façon pour les États-Unis d’y parvenir était « de provoquer la Russie dans une guerre contre l’Ukraine, et ensuite de prétendre que l’OTAN doit s’unir face à la Russie. l’agression, arguant que la nécessité militaire doit l’emporter sur les intérêts économiques de l’Allemagne ».

Comme l’a expliqué le Parti communiste allemand : « Le capital monopoliste allemand a traditionnellement considéré le capital américain comme un rival. Mais pour le moment, l’adhésion totale à la position américaine sur la guerre en Ukraine – pas de paix négociée, armes à Kiev, découplage de l’économie russe quel qu’en soit le coût économique – est le consensus officiel à travers la politique "officielle" allemande et la ligne suivie en public par les grandes entreprises et les dirigeants syndicaux aussi » (Morning Star, 31 août).

Alors que l’Allemagne s’est pour l’instant inclinée devant la puissance des EU, elle ne sera pas contenue éternellement. Le nouveau budget d’armement massif de 100 milliards d’euros du régime – apporté sur ordre des États-Unis pour s’assurer que l’Allemagne s’engage pleinement dans les objectifs de guerre étasuniens – créera un monstre armé que même les États-Unis auront finalement du mal à contrôler.

Déjà cinquième plus grand exportateur d’armes au monde, l’impérialisme allemand a une histoire d’expansion militaire rapide menant à des guerres cataclysmiques. Pourtant, les États-Unis sont suffisamment désespérés pour risquer la montée du militarisme allemand afin de vaincre la Russie, puis la Chine.

Pendant ce temps, en Allemagne, certains politiciens de premier plan du parti Die Linke veulent que la gauche reste à l’écart du mouvement de protestation, craignant une implication de l’extrême droite. Mais seule une campagne menée par la gauche pourra faire pression pour rétablir les liens avec la Russie et empêcher l’expansion militaire allemande.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid02DWAiPy...
URL de cet article 38228
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.