RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


En Israël, l’Italie se prépare à la guerre aérienne (Il manifesto)

Les chasseurs-bombardiers italiens Tornado, Eurofighter 2000, F-16 Falcon et autres, qui en 2011 bombardèrent la Libye en participant à 1182 missions dans l’opération OTAN « Unified protector », sont de nouveau prêts au décollage. Pas pour une nouvelle guerre en Libye, désormais désintégrée et dans le chaos (même le terminal du gazoduc pour l’Italie est sous attaque), mais pour préparer d’autres guerres. Ils participeront en novembre à la plus grande manœuvre de guerre aérienne jamais faite en Israël.

La manœuvre, dénommée « Blue Flag » sur le modèle de celle de la U.S. Air Force, se déroulera dans deux semaines dans le Désert du Néguev. Peu nombreuses et sélectionnées les forces aériennes invitées : celles des États-Unis, Italie et Grèce [1]. Dans l’ensemble, participeront à la « Blue Flag » plus de 100 avions et 1000 militaires. Ce sera une manœuvre à feu, avec emploi de bombes et missiles à guidage de précision.

Le scénario simulera une attaque en profondeur dans un territoire ennemi doté de fortes défenses aériennes (comme par exemple l’Iran) : après les avoir neutralisés, les chasseurs-bombardiers frapperont les objectifs terrestres représentés par des cibles disséminées dans le désert. Dans les duels aériens, l’aviation ennemie sera personnifiée par l’ « Aggressor squadron » des forces aériennes israéliennes, dont les pilotes sont entraînés à simuler diverses tactiques de combat, « en particulier celles des forces aériennes arabes ».

Israël attribue une grande importance à la « Blue Flag ». Les forces aériennes israéliennes, a déclaré le général Amikam Norkin, sont en train d’expérimenter de nouvelles procédures « pour abréger la durée des guerres futures » en potentialisant sa propre capacité destructive : cela permettra d’ « accroître de dix fois le nombre d’objectifs qui sont individualisés et détruits ».

C’est maintenant le moment d’expérimenter cette capacité dans un exercice conjoint avec des forces aériennes avancées, comme celles étasuniennes et italiennes. Pour preuve des capacités atteintes, le général Norkin a souligné, dans une entrevue à Defense News (21 octobre), que pendant les 8 jours de l’opération « Pilier de défense » effectuée à Gaza en novembre 2012, l’aviation israélienne a attaqué 1 500 objectifs, le double de ceux attaqués pendant les 34 jours de la guerre au Liban en 2006.

Les pilotes italiens aussi pourront donc apprendre beaucoup en participant à la manœuvre de guerre aérienne en Israël.

La « Blue Flag » sert en même temps à intégrer les forces aériennes israéliennes dans celles de l’OTAN. Jusqu’à présent elles avaient effectué des manœuvres conjointes seulement avec les pays individuels de l’Alliance, comme celle de Decimomannu avec l’aéronautique italienne. De sorte qu’Israël, même s’il n’est pas officiellement membre de l’OTAN, se trouve opérationnellement faire partie de sa stratégie et de ses opérations militaires.

Ceci entre dans le « Programme de coopération individuelle » avec Israël, ratifié par l’OTAN le 2 décembre 2008, environ trois semaines avant l’opération israélienne « Plomb durci » contre Gaza.

Il comprend une vaste gamme de secteurs dans lesquels « OTAN et Israël coopèrent pleinement » : échange d’informations entre les services d’intelligence ; connexion d’Israël au système électronique OTAN ; coopération dans le secteur des armements ; augmentation des manœuvres militaires conjointes ; élargissement de la coopération contre la prolifération nucléaire (en ignorant qu’Israël, unique puissance nucléaire de la région, refuse de signer le Traité de non-prolifération et a rejeté la proposition ONU d’une conférence pour la dénucléarisation du Moyen-Orient).

À cette opération participera l’Italie avec ses chasseurs-bombardiers. Ils décolleront au-dessus des plus de 6 millions d’Italiens sans travail ou presque : on ne sait pas à quel chapitre du budget de l’État sera débité la dépense pour transférer en Israël avions et personnel militaire et pour les faire participer à la manœuvre de guerre, mais on sait que ce sera autant d’argent public soustrait aux dépense sociales.

Les chasseurs-bombardiers décolleront au-dessus d’un parlement dont la quasi-totalité n’a probablement pas été informée de la participation italienne à la manœuvre de guerre aérienne en Israël et se trouve ainsi ignorer (ou ne pas se soucier de) ses implications politiques, militaires et économiques. Justement au moment où à Palazzo Montecitorio [2] on discute des missions militaires, présentées par la majorité comme indispensables pour la paix internationale, surtout au Moyen-Orient. Si quelque député présente une question sur la participation italienne à la « Blue Flag », le ministre Mauro répondra qu’il s’agit, oui, d’une manœuvre de guerre aérienne, mais « humanitaire ».

Manlio Dinucci
Édition de jeudi 7 novembre 2013 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

»» Il manifesto

[1Et peut-être Pologne : information non confirmée (NdT pour la version française).

[2siège de la Chambre des députés, NdT


URL de cet article 23225
   

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.