RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Il faut qu’en cette année 2013, ils soient tous libérés.

En passant devant un rassemblement pour la libération des 5 Cubains

"Je suis un passant parmi d’autres.
En sortant du métro, les allées Jean-Jaurès semblaient divisées.
A ma droite, l’éclaircie ensoleillait le boulevard, illuminant l’animation des passants des derniers rayons d’une journée de Mai.
Je m’engageais de l’autre côté, plongé dans l’ombre, à gauche, devinant au loin un rassemblement autour de banderoles colorées...
Comme à mon habitude, je hâtais le pas en déplorant silencieusement la lenteur des piétons, tandis que je me rapprochai rapidement de la petite manifestation.
Je remarquais parmi la vingtaine de personnes mobilisées, un groupe de femmes, m’évoquant un bouquet de fleurs printanier, tandis que d’autres portaient un tee-shirt noir avec des étoiles rouges, ou une casquette verte ornée d’un drapeau cubain. Ils discutaient tranquillement.

Je comptais passer mon chemin. J’avais déjà assez perdu de temps à faire un détour pour acheter la baguette de pain, et j’étais pressé de retrouver mon domicile, son calme, et Élodie mon amie... et nos 3 bouts de chou... lorsqu’un homme me tendit poliment un tract, m’expliquant la raison de leur revendication.

Une dame se joignit à la discussion en précisant que l’un des 5 cubains innocents, incarcérés dans les pires conditions d’isolement depuis 1998, pour une action aux USA qui fut légitime, juste, et nécessaire (puisqu’il s’agissait de dénoncer le terrorisme effroyable dont une petite île, Cuba, déjà en survie à cause du blocus, était régulièrement la cible), venait d’être enfin autorisé à rejoindre son pays. Il fallait encore lutter pour que les 4 autres soient libérés.

C’est en tous les cas ce que j’ai cru comprendre... il n’est pas toujours facile de retenir plusieurs informations d’un coup, surtout après une rude journée de travail, surtout lorsque c’est la première fois que vous entendez parler de cela. La presse n’en parle pas.

J’essaie d’écouter chaque soir le journal télévisé et il y a tant de choses qui m’assomment que je m’écroule inévitablement sur le canapé...

Mais au sujet des 5 cubains, ou du blocus, rien.

Rassemblement du jeudi 16 Mai à Toulouse

Je ne savais pas non plus qu’un Consulat des USA se situait là, au n° 25 des Allées Jean-Jaurès de Toulouse. Je vis une autre personne déposer les tracts dans les boîtes aux lettres de l’immeuble.

Et j’appris aussi que dans plusieurs villes de France, plusieurs associations [1] manifestaient ainsi dans la rue durant une heure, une fois par mois, depuis 3 ans. Ici, c’était le troisième jeudi du mois.

Et puis, je repartis, le tract à la main [2], étrangement divisé comme ce boulevard, hésitant entre deux choix : continuer ma route comme si de rien n’était, me convainquant que si je devais m’arrêter pour chaque cause injuste, ce ne serait plus une vie, et puis, moi aussi j’ai mes problèmes.

Ou, au contraire, décider de me joindre à cette mobilisation, parce que quatre hommes courageux (*), depuis 15 ans, sont à l’ombre alors qu’ils devraient être libres, comme moi, de rentrer chez eux et retrouver leur famille. Ce serait plutôt ça, la vie, alors je choisis cette option là, et le troisième jeudi du mois prochain, je rejoindrai les militants.

Un passant parmi d’autres."

(*) NdR : des 5 cubains, 4 sont encore en prison. Le 5ème a purgé sa peine de 15 ans et se trouve actuellement à Cuba.

[1PCF, LA GAUCHE, NPA, ANTI OGM, CGT, COMITE « LIBEREZ-LES », CITOYENS, CUBA SI, FRANCE CUBA, la LDH, Coordination Communiste, PRCF, MRAP, Coordination Nationale pour les 5, Association Cuba Linda, Cuba Coopération

[2Justice pour les 5 cubains prisonniers aux Etats-Unis- Comité France Cuba


Documents joints
PDF 750.2 ko
URL de cet article 20640
  

Même Thème
Cinq Cubains à Miami
Maurice LEMOINE
6 octobre 1976, La Barbade : un attentat détruit en vol un DC-8 de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). 12 avril au 4 septembre 1997 : une série d’explosions frappe les hôtels de La Havane. A l’origine de ces actions terroristes qui, depuis 1959, ont fait plus de 3 400 morts à Cuba : Miami ; la très honorable « Fondation » ; quelques personnages ténébreux : Luis Posaril, Pepper Nández, Jorge Maskano, le docteur Orlando… Une même obsession les habite : en finir avec le régime et faire la peau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le rôle d’un bon journaliste est de s’en prendre aux abus de pouvoir des puissants. Et lorsque cela arrive, la réaction est toujours violente.

Julian Assange

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.