RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ethanol, boum ou bulle ? par Dominique Baillard.



Pedro Mendez






RFI, 17 juillet 2007.


Rien ne va plus pour les biocarburants en général et pour l’éthanol en particulier : non seulement leur cote de popularité a fondu - parce qu’ils font grimper le prix des produits alimentaires, parce qu’on les soupçonne de détruire les forêts - mais leur rentabilité est également remise en cause en raison de la faiblesse des cours. Aux Etats-Unis comme en Europe, le cours du carburant vert plonge. A Chicago le prix du gallon est tombé à 2 dollars et vingt cents la semaine dernière alors qu’il valait presque 4 dollars il y a un an. Soit une baisse de 40%.

Quand l’essence écolo caracolait au sommet, les investisseurs ont déversé des milliards de dollars pour élargir au plus vite les capacités de production. Une mission réussie : aux Etats-Unis les capacités ont doublé par rapport à il y a quatre ans, et elles vont encore considérablement augmenter cette année. Cette brusque envolée de l’offre explique l’éclatement de la bulle formée sur le marché de l’éthanol. Cela remet-il en cause le boum du secteur ? Pas nécessairement estiment les analystes en observant les cours du maïs et du pétrole.

Concernant la céréale qui constitue la matière première de l’éthanol américain, la publication des dernières estimations des récoltes relevant le niveau global de l’offre céréalière a accéléré le repli des cours. Une évolution qui soulage les producteurs car ils voient leur coût de production baisser. La production d’éthanol n’est plus aussi juteuse qu’en juillet dernier lorsque la marge des distillateurs était de un dollar par gallon mais au moins ils ne perdent plus d’argent ce qui était le cas quand le maïs a atteint son plus haut niveau depuis dix ans au début de cette année.

Du côté du marché pétrolier, la donne est également porteuse : pour de longs mois encore, les cours du brut sont visiblement arrimés sur les hauteurs, autour des 70 dollars le baril, du coup l’éthanol est à nouveau meilleur marché que l’essence, ce qui ne s’était pas produit depuis deux ans. Une conjonction qui devrait favoriser l’expansion de la demande, espèrent les producteurs américains. A moins que le Brésil, premier exportateur au monde et de loin le plus compétitif, ne récupère ce potentiel naissant. Pour répondre à sa demande intérieure, le Brésil consacrera cette année la majeure partie de la canne à l’éthanol. Mais si la consommation domestique venait à s’affaisser, les Brésiliens reviendront en force sur le marché mondial.

Dominique Baillard


- Source : RFI www.rfi.fr



Le riz se raréfie sur le marché - L’éthanol met le feu au marché des céréales, Dominique Baillard.




Biocarburants : pleins d’essence ou ventres pleins ? par François Iselin.


Mettez du sang dans votre moteur ! La tragédie des nécro-carburants, par Dominique Guillet.

Crise climatique et énergétique : faites pas la moue, mais la grève ! par François Iselin.






URL de cet article 5285
  

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.