Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


EUROPE : La Constitution Européenne et la Guerre

l’Union Européenne est composée du Parlement Européen auxquels nous sommes appelés à élire des « Eurodéputés » et de 6 autres instances.

Le Parlement Européen est la seule et unique instance sur les 7 qui composent l’Union Européenne à demander directement leur avis aux Français.

Encore cet avis est-il bien limité puisque le Parlement Européen n’intervient aucunement dans la confection des lois, appelées « directives », comme le fait le Parlement Français, il se contente d’approuver ou désapprouver des « directives » qui sont faites par la Commission Européenne, qui, elle, n’est pas élue le moins du monde, puisqu’elle est composée de membre « choisis ». Le citoyen Français n’a donc aucun pouvoir, même par Eurodéputés interposés, sur des « directives » auxquelles, pourtant, il devra se soumettre.

Outre la Commission Européenne, le « traité constitutionnel » comporte 5 autres instances, au rôle décisif, mais dans lesquelles les Français n’ont rien à dire puisqu’ils n’y élisent personne.
C’est, peut-être, ce que communément on appelle « Bruxelles », ou bien on ne nomme même pas mais on se contente d’indiquer du menton la direction dans laquelle on pense que se trouve cette ville belge, proche des Pays Bas et de l’Angleterre.

Ces 5 autres instances sont :

le Conseil Européen, composé des chefs d’Etats (pas les rois et les reines, normalement)

Le Conseil, différent du premier et qui est composé de représentants des états-membres, toujours pas plus élus au suffrage universel que la Commission Européenne ou le Conseil Européen

Les 3 autres instances ne sont pas non plus élues au suffrage universel. Il s’agit de :

La Cour de justice de l’Union européenne
La Banque Centrale Européenne - plus familièrement appelée tout simplement BCE
La Cour des comptes

Sur les 7 instances que comporte l’ »EUROPE », seul le Parlement Européen est donc élu au suffrage universel

Que pourraient donc dire les Eurodéputés que nous élisons à propos des guerres que l’Europe doit mener ou auxquelles elles doit participer ? C’est simple : RIEN.

Très simple : un Eurodéputé n’est pas constitutionnellement consulté lorsqu’il s’agit des armes ou de la guerre…

En effet, voici ce que dit le traité que nous avons majoritairement, donc « démocratiquement », refusé :

"La politique étrangère et de sécurité commune est soumise à des procédures spécifiques. Elle est définie et mise en oeuvre par le Conseil Européen et le Conseil, qui statuent à l’unanimité, sauf dans les cas où les traités en disposent autrement, et l’adoption d’actes législatifs est exclue. "

"1. Le Conseil Européen identifie les intérêts stratégies de l’Union, fixe les objectifs et définit les orientations générales de la politique étrangère et de sécurité commune, y compris pour les questions ayant des implications en matière de défense. Il adopte les décisions nécessaires "

"2. Le Conseil élabore la politique étrangère et de sécurité commune et prend les décisions nécessaires à la définition et à la mise en oeuvre de cette politique, sur la base des orientations générales et des lignes stratégiques définies par le Conseil Européen"

En outre :

"Les États membres s’engagent à améliorer progressivement leurs capacités militaires. L’Agence dans le domaine du développement des capacités de défense , de la recherche, des acquisitions et de l’armement l’Agence européenne de défense* identifie les besoins opérationnels, promeut des mesures pour les satisfaire, contribue à identifier et, le cas échéant, mettre en oeuvre toute mesure utile pour renforcer la base industrielle et technologique du secteur de la défense, participe à la définition d’une politique européenne des capacités et de l’armement, et assiste le Conseil dans l’évaluation de l’amélioration des capacités militaires."

* (Comment est-elle composée ???)

les Français, constitutionnellement consultables par referendum à ce sujet ont dit massivement NON en 2005 à ceci, qui concerne les dépenses d’armement et la guerre - et au reste aussi.

MAIS !

1. L’association ATTAC, qui s’est beaucoup dépensée pour la victoire du NON,a, semble-t-il été attaquée par la tête et son fondateur, Bernard Cassen, est traîné en procès. Il les gagnera mais ne sera pas réhabilité pour autant, loin de là  ! (Wikipedia parle toujours au grand public de « fraude avérée », et ce n’est qu’un exemple) Les sites « de gauche » qui ont participé tous les jours à son lynchage ne disent rien non plus du fait qu’ils ont peut-être été trompés.

2. Le 4 Février 2008 l’Assemblée Nationale Française et le Sénat Français, réunis en congrès à Versailles, votent une modification de la Constitution Française qui les autorise les susdits Assemblée Nationale et Sénat à se prononcer sur la ratification de la Constitution Européenne sans qu’il ne soit plus obligatoire de demander aux Français leur avis par referendum. Ceux-ci, après ce vote, ne doivent désormais plus s’exprimer que par députés et sénateurs interposés et ne plus être directement consultés en ce qui concerne l’adhésion de leur pays à une entité plus vaste, et en ce qui concerne la soumission à ses lois...

Il n’y eut que 181 vote CONTRE cette modification (Dont JL Mélenchon et tous les communistes) et, quand ils n’ont pas voté POUR les députés et sénateurs dits socialiste se sont majoritairement et courageusement abstenus de rendre possible l’adoption de ce traité, qui avait été refusé par leurs électeurs, et qui .stipule que ceux-ci n’ont rien à dire en ce qui concerne les achats d’armes et la guerre.

3. Le 7 Février 2008, l’Assemblée Nationale Française vote en faveur d’un projet de loi autorisant la ratification du Traité de Lisbonne Seulement 43 députés de gauche ont voté CONTRE, sur 410 votants, alors que 121 députés du groupe socialiste ont voté POUR.

4. Le 7 Février 2008, soit le même jour, le Sénat Français vote aussi. Il n’y a que 42 voix CONTRE (dont tous les communistes et JL Mélenchon - avant la création du Parti de Gauche) et 66 sénateurs socialistes ont voté POUR.

VOUS AVEZ DIT NON PAR REFERENDUM ? AH, BON ? C’ETAIT QUAND ?
En attendant, CIRCULEZ, Y A RIEN A VOIR !

Les Français n’ont donc rien à dire sur les armes qui sont achetées avec leurs impôts, au détriment, par exemple, de l’école de leurs enfants et de la santé de toute la population sauf les riches, et rien à dire sur les guerres dans lesquelles elles sont utilisées, même lointaines et même si la France n’est pas du tout attaquée.

La « richesse » de la France est attaquée ? Il faut sans doute la défendre car elle peut servir à  « améliorer progressivement ses capacités militaires » , c’est-à -dire à acheter des armes ! Mais la richesse de la France, avec la bénédiction des socialistes, semble-t-il, ne servira certainement pas à maintenir les Français en bonne santé, instruits, et… joyeux ! Seulement à fabriquer des mercenaires ou tueurs à gages, au chômages et peu instruits, pour défendre en violant toute règle morale … les marchands d’arme.

C’est ce que fait, avec constance et vaillance, notre beau pays dont la majorité a été trompée, flouée, bâillonnée, et qui est aveuglé parce qu’on lui a fait passer une construction économique pour le moins « douteuse », l’UE, pour une Europe (mot grec) mythique qui allait le guérir à tous jamais des plaies causées par la dernière guerre, celle qui a opposé les citoyens de deux pays d’Europe : la France et l’Allemagne.

*

Les extraits de ce qui a été appelé alors « traité de Lisbonne », et dit « simplifié », peut-être pour avoir l’air encore plus anodin, par Notre Inénarrable, viennent de l’ UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES - Institut d’Etudes Européennes - Pôle Européen Jean Monnet.

Pour la majorité des français qui a voté NON :

Article 35 Le retrait volontaire de l’Union

1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

URL de cet article 15522
   
Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.