RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Flame", une cyber-arme visant peut-être l’Iran, détectée par le russe Kaspersky (fabricant d’antivirus)

Le spécialiste russe de la lutte antivirus Kaspersky Lab a découvert un nouveau virus informatique au potentiel d’infiltration inégalé, qui serait utilisé comme une cyber-arme contre des pays tels que l’Iran, probablement au profit de l’Occident et d’Israël.

Le logiciel malveillant, connu sous le nom de Flame, "est actuellement utilisé comme une cyber-arme dans une série de pays", et à des fins de "cyber-espionnage", a indiqué la société russe, l’un des premiers fabricants mondiaux d’anti-virus, dans un communiqué disponible mardi matin sur son site.

Ce virus, détecté dans le cadre d’une enquête lancée par l’Union internationale de télécommunications (ITU) et qui serait dans "la nature" depuis plus de deux ans, a un potentiel d’infiltration inégalé.

Flame est capable de dérober des informations y compris dans des fichiers stockés, des listes de contacts, ou des conversations audio, a expliqué Kaspersky Lab.

L’éditeur d’anti-virus ne dit pas précisément contre qui le programme est utilisé, mais indique avoir commencé à enquêter après une série d’incidents avec un autre virus, encore inconnu, qui supprimait des informations sur des ordinateurs en "Asie occidentale".

Et selon des médias occidentaux, Flame aurait été utilisé pour attaquer le ministère iranien du Pétrole et le principal terminal pétrolier de ce pays.

L’Iran a été la cible depuis deux ans de plusieurs attaques informatiques que les dirigeants iraniens ont attribuées aux Etats-Unis et à Israël, les deux ennemis déclarés du régime de Téhéran.

Le Centre de coordination iranien pour la lutte contre les attaques informatiques a d’ailleurs annoncé mardi, après l’annonce de la découverte de ce programme, avoir réussi à produire un anti-virus contre Flame, sans toutefois indiquer quels dégâts le virus avait déjà pu faire en Iran.

L’agence Fars a affirmé de son côté mardi que Flame serait "particulièrement actif" en Iran, au Soudan, en Syrie, en Israël, en Arabie Saoudite et en Egypte.

Fin avril, un haut responsable iranien avait affirmé que le ministère du Pétrole était parvenu à stopper un virus qui avait frappé une partie de son réseau informatique pilotant le secteur pétrolier du pays.

En 2010, un autre virus, Stuxnet, qui visait à retarder le programme nucléaire iranien en attaquant les centrifugeuses enrichissant l’uranium, avait été découvert. Selon des médias, il aurait pu être développé grâce à la collaboration de services de renseignement israéliens et américains.

Mardi, le ministre israélien des Affaires stratégiques Moshé Yaalon a d’ailleurs alimenté les spéculations sur une possible implication d’Israël dans le programme Flame, en justifiant le recours à de tels virus afin de contrer la menace nucléaire iranienne.

"Il est justifié, pour quiconque considère la menace iranienne comme significative, de prendre différentes mesures, y compris celle-là , pour la stopper", a estimé M. Yaalon à la radio militaire.

"Israël est en pointe dans les nouvelles technologie et ces outils nous offrent toutes sortes de possibilités", s’est targué M. Yaalon, qui est aussi vice-Premier ministre.

Selon Kaspersky, Flame dépasse de loin tous les autres virus déjà connus. Ainsi, il est "vingt fois plus important que Stuxnet", souligne l’éditeur russe.

Cela marque "une nouvelle étape" dans la cyberguerre, "et il est important de comprendre que de telles cyber-armes peuvent facilement être utilisées contre n’importe quel pays", a déclaré Evgueni Kaspersky, directeur général.

29/05/2012 à 12:49 AFP

URL de cette brève 2659
https://www.legrandsoir.info/flame-une-cyber-arme-visant-peut-etre-l-iran-detectee-par-le-russe-kaspersky-fabricant-d-antivirus.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
03/06/2012 à 00:50 par Anonyme

"Il est justifié, pour quiconque considère la menace iranienne comme significative, de prendre différentes mesures, y compris celle-là , pour la stopper"

Une nouvelle ligne de propagande semble se dessiner pour les sionistes (et leurs alliés). En effet, ne parvenant plus trop bien à faire croire qu’ils sont de pauvres victimes innocentes et, surtout, pures de tout reproche, elle ressemblerait à celle-ci : Bon, d’accord, on ment, on tue, voire on torture, on se déguise, on espionne, on détruit, mais « à la guerre comme à la guerre », n’est-ce pas ? Car l’ »ennemi » est à abattre, quels que soient les moyens…

En tablant sur le fait qu’il y consensus sur qui est « l’ennemi ».

#82527 
16/06/2012 à 12:06 par Iris Vaughan

Le cheval de Troie Flame : une pièce de puzzle dans la Cyberguerre des gouvernements ?

Extraits :

« Il se répand au travers une faille de Windows »

Flame intercepte les demandes de mise à jour de Windows et les redirige vers un ordinateur infiltré. L’utilisateur innocent installe donc le logiciel malicieux de ses propres mains. Cette méthode d’attaque, qui est difficile à empêcher s’appelle "Man in the middle" (« homme du milieu »).

Selon le date de la signature falsifiée, cette méthode s’emploie depuis déjà 2010/2011, et le cheval de Troie a plusieurs routines d’infection.

L’attaque à la flamme touche le Proche-Orient de manière ciblée

Les analyses de Flame viennent de commencer, il n’y a donc encore que peu de résultats. Selon ce que l’on sait déjà , le logiciel malveillant est capable de lire des données et mots de passe, d’epier des conversations à l’aide des microphones installées et de détecter des appareils bluetooth proches. Dans un sens tout ce qu’un bon outil d’espionnange devrait être capable de faire.

Ce qui est intéressant, c’est que Flame n’a été découvert que sur quelques centaines d’ordinateurs d’entreprises importantes et d’organisations gouvernementales surtout en Iran et en Syrie.

Flame fait possiblement partie de l’arsenal de cyber-armes des États Unis d’Amérique

#83070 
16/06/2012 à 23:02 par Michail

Si l’on pouvait se fier sur Kaspersky pour se protéger efficacement des virus et autres menaces cela se saurait...

#83083 
RSS RSS Commentaires
   

L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Moins vous êtes, plus vous avez... Ainsi, toutes les passions et toutes les activités sont englouties dans la cupidité.

Karl Marx

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.