RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’union européenne, ses cadres, ses structures, ses directives, ses critères...

Garde-fou

Angela Merkel voyage beaucoup. En visite à Athènes en octobre, elle avait déjà pu apprécier son immense popularité auprès des Grecs. Plus inhabituel, une bronca analogue l’a accueillie à Lisbonne, le 12 novembre. Cinq jours plus tôt, la chancelière allemande s’était rendue à Londres, où elle a mis en garde les Anglais contre une sortie de l’UE : «  être seuls (sic !) dans ce monde ne vous rendrait pas plus heureux ». Une sollicitude qui a dû faire sourire pas mal de Britanniques, jamais insensibles à l’humour, fût-il involontaire.

Quelques heures avant de franchir la Manche, la dirigeante allemande discourait devant l’hémicycle bruxellois. «  Ensemble, nous pouvons créer une Europe de la stabilité et de la puissance », a-t-elle martelé, usant d’une rhétorique qui n’est peut-être pas anodine. La chancelière fédérale a plaidé pour que l’UE se dote d’un «  véritable pouvoir d’intervention sur les budgets nationaux » des pays jugés dispendieux.

L’oeil sur l’échéance du Conseil européen prévu mi-décembre où elle compte lancer le projet de transformer la zone euro en un quasi Etat fédéral intégré, elle a invité à être «  courageux, en ne reculant pas devant un changement de traité ». Puis elle a délivré un message doux aux oreilles des eurodéputés : «  bien sûr, la Commission européenne deviendra un jour un véritable gouvernement, le Conseil européen sera une seconde chambre, et le parlement européen aura plus de pouvoirs ». Quelques jours plus tôt, son ministre des finances, Wolfgang Schäuble, réitérait sa proposition de faire élire un «  président de l’Europe » au suffrage universel.

Mario Monti, lui, possède une incomparable supériorité sur ses pairs : devenu, il y a un an, chef de l’exécutif dans son pays grâce à un scénario conçu à Bruxelles, il n’a jamais pris le soin de se présenter devant le suffrage universel. Nommé sénateur à vie, il pourrait bien caresser le projet de se succéder à lui-même en février prochain - après son annonce-surprise de démission - sans avoir à s’embêter avec le moindre électeur. Il tire sa légitimité des deux instances entre lesquelles il a notamment partagé sa carrière : la Commission européenne et la banque américaine Goldmann Sachs.

Le président du Conseil italien exhortait récemment ses collègues de l’UE à ne pas «  se laisser prendre en otage par leur parlement », ce qui confirme une très haute opinion de la représentation nationale. Dans une interview aux Echos (02/11/12), il décrit l’Europe comme un «  rempart contre des dérives nationales imprévisibles », et se réjouit que «  les pays européens (soient) encadrés par des structures des directives, des critères. Cela donne des garde-fous ». Il va de soi que, pour M. Monti, les «  fous » potentiels, ce sont les peuples.

Cette conception ne relève nullement d’un «  dérapage » proféré par une personnalité atypique. Au contraire : elle est historiquement à la racine de l’«  idéologie européenne » qui, depuis des décennies, si ce n’est des siècles, postule que seuls les «  élites » et les experts - c’est-à -dire ici les oligarchies - sont seuls capables de prendre les décisions nécessaires. Évacuer le peuple en tant qu’acteur politique constitue l’essence même de l’intégration européenne.

Pour viser cet effacement du peuple, on peut aussi diluer ce dernier dans la mise en avant de ladite «  société civile ». Un remarquable exemple - français - en est fourni par la mise en place de la «  Commission nationale pour la transition énergétique » (lire p. 2). Sur la base d’un objectif chapeauté par Bruxelles sont donc réunis des parlementaires, en principe détenteurs de la légitimité conférée par une élection ; des représentants de centrales syndicales, dont on peut s’étonner qu’elles acceptent de voir élargir à l’infini leurs compétences «  sociétales », là où la défense du monde du travail ne devrait pas leur laisser présentement trop de répit ; ainsi que des inévitables ONG, véritables groupes de pression dont l’existence repose essentiellement sur leur entregent médiatique.

Saper la souveraineté du peuple, voilà la condition pour que les véritables décideurs puissent oeuvrer en paix. Du moins l’espèrent-ils. Car M. Monti devrait se méfier. En quelques mois, le mouvement de Beppe Grillo, une sorte de Coluche italien, a connu une ascension impressionnante - encore dernièrement en Sicile. Parmi ses mots d’ordre : des référendums sur la sortie de l’euro et de l’UE.

La prochaine période pourrait constituer un rude test pour la solidité du garde-fou. En Italie et ailleurs.

Vanessa IKONOMOFF

Commentaire paru dans l’édition du mensuel Bastille République Nations (BRN) du 28/11/12
Infos et abonnements : www.brn-presse.fr"

URL de cet article 18693
  

« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien n’est aussi stupide que l’intelligence orgueilleuse d’elle-même.

Mikhaïl Bakounine

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.