Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Grèce : Fermeture des "Pharmacies Sociales" !!! Que se passe t il ?

50% de la population vit ainsi... 500.000 enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté 500.000 travailleurs ont un salaire moyen de 350 euros 700.000 personnes ont quitté le pays 1.000.000 travailleurs non payés dans le secteur privé 1.100.000 retraites de moins de 500 euros 1.200.000 sans emploi sans aide de chômage A part cela … tout va très bien...

Communiqué de presse

L’Ordre National des Pharmaciens grecs demande au ministère de la Santé la fermeture des « Pharmacies Sociales », considérant qu’elles n’ont plus aucun rôle à jouer dans la réalité actuelle, tout en en mentionnant combien utile et nécessaire a été leur rôle pendant la durée de la crise.

Beaucoup de questions évidentes se posent :

1 L’Ordre des Pharmaciens considère que la crise est terminée ?

Même si :

les retraites continuent à être amputées et que les retraités s’appauvrissent continuellement ?
Le chômage continue à atteindre des taux à deux chiffres (les statistiques officielles d’ELSTAT sont de 21,7% pour le mois de mai avec plus d’un million de chômeurs) ?
On parle maintenant de « salaires » de 200 à 300 euros avec le slogan qui va de soi : à demi travail, demi-salaire ! ?
Le nombre de mendiants et de SDF continue d’augmenter à un rythme rapide (se promener, même dans le centre de Glyfada, fait mal au cœur) ?
Les citoyens suppriment des biens de consommation de base dans leur alimentation (selon de nombreuses recherches sur le sujet) ?
Les dettes impayées aux banques ou à l’Etat enflent ?
L’augmentation des taxes directes ou indirectes affecte les plus faibles ?
Maintenant ils ne peuvent même plus s’assurer de leur maison avec de plus en plus comme résultat ces images dramatiques de ventes aux enchères ?

2 En août 2014 l’accès aux médicaments des malades non assurés avait initialement fait l’objet de la loi (Κ.Υ.Α. Γ.Π/ΟΙΚ. 56432/28.6.14) qui leur accordait le même reste à charge qu’aux malades assurés, alors que nos concitoyens « sans ressources »1-détenteurs du livret de prévoyancecontinuaient à se procurer leurs médicaments entièrement gratuits dans les hôpitaux publics

Pourquoi cela est il caché ?

Il n’est fait référence qu’à la dernière loi (4368/2016 et ΚΥΑ Α3(γ)/ ΓΠ/κ.25132/04.4.2016) Comme pour la loi précédente, le traitement y est identique pour l’accès aux médicaments entre les assurés et les non assurés, mais la situation des « personnes sans ressources » a empiré.

Les « personnes sans ressources » se procurent leurs médicaments sans reste à charge dans les pharmacies privées sur critère de leur revenu : moins de 2400 euros par an pour une personne seule.

On leur demande généralement en fonction des médicaments (et pas pour des médicaments spéciaux), de payer la différence entre le prix de vente et le prix de référence.2
La différence entre le prix de vente au détail et le prix de référence modifie aussi le reste à charge des autres citoyens.

Maintenant les pourcentages de reste à charge inscrits sur les ordonnances, par exemple 10%, 25% sont rarement appliqués, sans parler des produits consommables ou des médicaments non inscrits sur l’ordonnance ! (analgésiques, vitamines3)

Pourquoi n’ont ils pas demandé depuis 2014 la suppression des pharmacies sociales ?

3 Pour les basses retraites :un malade avec une retraite de 384 euros par mois, par exemple, soit 4.608 euros par an, il n’a donc aucune exemption de reste à charge, et si il a plusieurs affections : pulmonaire, cardiaque ou un problème de diabète ?

Quelqu’un peut il penser qu’il peut régler le coût de son reste à charge établi suivant le type de médicaments et payer en plus son loyer, la nourriture (s’il ne s’adresse pas à la soupe populaire), l’eau, l’électricité (pour ne parler que des besoins de base) ? ?.

4 L’Ordre des Pharmaciens pense donc que ceux, silencieux et honteux la plupart du temps, qui s’adressent pour de l’aide aux dispensaires sociaux, sont de simples « resquilleurs » à qui il plaît de prendre des médicaments donnés par quelqu’un qui n’en avait plus besoin, plutôt que de se rendre normalement à sa pharmacie ?

Mis à part la date de la demande, le fait que dans le cadre des « Pharmacies Sociales » il y ait des structures qui fonctionnent suivant des principes différents pose la question de la nécessité évidente et généralement reconnue du soutien aux structures sociales (et pas seulement des Pharmacies Sociales).

Il y a les « Pharmacies Sociales » subventionnées (par des Fonds européens ou des ONG), à coté de structures de solidarité autogérées indépendantes non subventionnées comme le Dispensaire Social Métropolitain d’Elliniko (MKIE), qui offre de soins entièrement bénévoles et sans échange d’argent.

L’action et le travail du MKIE (qui comporte également une pharmacie) tire sa renommée de sa reconnaissance par les citoyens, aussi bien en Grèce qu’à l’étranger.

Il fonctionne selon un code de valeurs morales et avec le contrôle continu des conditions des bénéficiaires.

Il les envoie aux pharmacies privées lorsque l’achat de médicaments n’est pas une charge démesurée.

Il comprend aussi les problèmes des pharmaciens dont ne sont pas responsables les simples citoyens mais les politiques.

Ceux qui prévoient la fermeture de telles structures absolument nécessaires auront à faire face à la société elle même. D’ailleurs des structures comme le MKIE se ferment toutes seules, il suffit que n’existent pas les raisons qui les rendent indispensables.

Donc que tous ceux pour qui « importe » le bien de la société grecque s’occupent de lutter essentiellement pour supprimer les causes de l’existence des structures sociales de solidarité.

Le MKIE se bat en Grèce et aussi au niveau européen et c’est pour cela que les structures de solidarité de la plupart des pays européens, et pas seulement, nous soutiennent avec ardeur.

1 « personnes sans ressources » : en Grèce les personnes pouvant justifier de ressources inférieures à 200 euros/mois pour une personne seule, jusqu’ à 500 euros/mois pour foyer de 5 personnes, et ne disposant d’aucun patrimoine peuvent bénéficier de certaines mesures sociales, dont d’un régime de couverture maladie particulier.

2 Il existe en Grèce une différence importante entre le prix de référence concédé par l’Etat pour la vente des produits pharmaceutiques et le prix réel du marché. Cette situation est parfaitement légale et a été mise en place depuis l’application des mémorandums. Le remboursement se fait selon le prix concédé par l’Etat, ce qui oblige les patients de payer des restes à charge trop importants.

3 Qui ne sont pas remboursés du tout.

Le Dispensaire Social Métropolitain d’Elliniko

Traduction Palili

http://www.mkiellinikou.org/blog/2017/10/24/pfs/

»» http://www.mkiellinikou.org/blog/2017/10/24/pfs/
URL de cet article 32520
   
LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.