RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Haïti : À bas la répression !

Nous dénonçons avec force et détermination la répression sauvage orchestrée par le gouvernement Tèt Kale contre la mobilisation des masses populaires haïtiennes. Depuis plus de deux mois, on assiste à une mobilisation citoyenne de plus en plus structurée tant à Port-au-Prince que les différentes villes du pays contre le système de corruption et de pillage des ressources de l’État. L’objectif de ce mouvement est clair et légitime : l’exigence de la reddition des comptes des fonds Petro Caribe. Trois milliards huit cent millions de dollars américains se sont envolés en fumée, détournés, gaspillés sans qu’aucune investigation n’ait été effectuée. Un scandale financier sur lequel le gouvernement Moise-Céant refuse de faire la lumière, sachant pertinemment que ce détournement de fonds, cette spoliation de l’argent du peuple a été faite dans l’unique but d’enrichir une clique de malfrats qui jurent la perte de la nation.

Maintenant, incapable du moindre changement, malgré le fait qu’un nouveau premier ministre ait été ratifié, le régime néoduvaliériste Tèt Kalé a recours à une arme qu’il connait bien : la violence et la répression pour étouffer les revendications légitimes de la population. Comme à l’époque du régime sanguinaire des militaires, la police nationale et les gangs à la solde du pouvoir ont perpétré des massacres dans des quartiers populaires de Port-au-Prince. On n’en finit pas de compter le nombre de jeunes tués par les forces répressives au service du pouvoir et de l’oligarchie..

Nous dénonçons avec la plus grande vigueur le choix du gouvernement d’établir un climat de terreur dans les quartiers populaires comme moyen de contrôle social. Cette politique conçue pour terroriser et intimider a déjà fait plusieurs victimes dans plusieurs quartiers populaires.

De jour en jour, le pouvoir Tèt Kale montre son vrai visage : celui de la terreur et de l’imposition d’un statu quo, d’une structure sociale en décomposition, dont l’odeur nauséabonde et pestilentielle annonce pour bientôt la mise en terre. Le temps de la démagogie, des caravanes à la dérive, des esclandres à la Sweet Mickey, des carnavals-stupéfiants est révolu. Le peuple haïtien voit maintenant clairement le jeu machiavélique de ces « élites » antinationales et prédatrices.

La mobilisation populaire aujourd’hui en est la preuve. Et nous appuyons de toutes nos forces ce mouvement régénérateur, bâtisseur d’une nation nouvelle.

Nous profitons de l’occasion pour présenter nos sympathies aux nombreuses familles victimes de la barbarie du régime des Tèt Kalé. La victoire est à ce prix.

Pour nous, ce 18 novembre 2018, représente certes la mémoire de la lutte de nos ancêtres menée à Vertières pour détruire à jamais le système esclavagiste, mais aujourd’hui ce 18 novembre peut aussi être, par la volonté populaire, le commencement d’une ère nouvelle pour notre Haïti. Désormais l’avenir de notre pays meurtri dépend de nous et de nous seul : organisations populaires, étudiants, étudiantes, organisations paysannes, militants progressistes.

La mobilisation pour éradiquer ce système sociopolitique diabolique axé sur la répression, la corruption et l’exclusion des masses populaires doit se poursuivre sans relâche.

Pour authentification,

Renel Exentus,

Ricardo Gustave

Contact : rehmoncohaiti1915@gmail.com

Regroupement des Haïtiens de Montréal contre l’Occupation d’Haïti (REHMONCO)

URL de cet article 34127
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.