Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


HISTOIRE – histoires

Il m’est revenu en mémoire, les propos tenus sur le quai du métro de Lyon, par un groupe d’ados regrettant de ne pouvoir se retrouver le lendemain car, disaient-ils : « demain le métro est en grève » ; or le lendemain était le 1er mai ! (ce jour-là les transports en commun ne circulent pas).

Cette lacune historique a sans doute quelque rapport avec l’enseignement de l’Histoire que l’Éducation nationale a tendance à considérer comme une matière mineure…

Il y a fort à parier que, dans un futur proche, pour les ados, jeunes et adultes (et au-delà), le 1er mai devienne la journée du muguet, le 14 juillet celle des défilés militaires, le 8 mai celle des gerbes de fleurs, etc. Sachant qu’il existe des « journées » pour tout et n’importe quoi.

Comment comprendre notre présent, et appréhender le futur, si nous ignorons tout de notre histoire passée, de la plus ancienne à la plus récente ?

Comment interpréter la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État, si l’on ne sait plus quel était le rôle prépondérant de l’Église dans notre pays, et les conflits sanglants causés par l’intolérance envers d’autres religions ou d’autres manières de penser ?

Peut-on imaginer qu’il n’y ait jamais eu de congés payés si l’on ignore le Front populaire ? Pas de Sécu si l’on méconnaît Ambroise Croizat, pas de centres aérés ou d’activités sportives, si le nom de Jean Zay nous est inconnu ?

Les droits acquis (en fait : conquis) l’ont été par la lutte (réprimée par les armes, notamment pendant la Commune) ; et les progrès techniques sont le fruit des recherches de certains et du travail de beaucoup d’autres.

Dans une époque où le F.N. se pare de respectabilité et se veut le défenseur de la laïcité (!), souvenons-nous qu’à une époque pas si lointaine, le patronat proclamait « plutôt Hitler que le Front populaire »…

Si une partie des adhérents du F.N. sont issus des milieux ouvriers, employés, etc., les dirigeants, eux, sont plus proches des financiers, patrons et gros actionnaires.

Dans cette époque où d’aucuns se prétendent « ni de droite ni de gauche », où l’on est aisé à partir de 1 200 euros de retraite, égoïste quand on défend un statut et le service public, passéiste quand on s’insurge contre la privatisation larvée de certains secteurs et leur marchandisation (santé, transports, écoles), il est dommage que l’Histoire ne vienne plus assez rappeler aux écoliers (donc aux adultes qu’ils deviendront), le difficile chemin parcouru par les générations successives pour faire en sorte que leurs enfants vivent mieux ou moins mal qu’eux !

Extrait de La Gazette des retraités, n°9, printemps 2018, éditée par le syndicat départemental des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications CGT de l’Ardèche.

Photo Le Dauphiné.

URL de cet article 33496
   
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.