RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Hollande devant le Congrès des Communautés Juives

Monsieur le Président de la République,
Palais de l’Elysée

Ah monsieur le Président, que vous êtes oublieux !

Je devine comme votre charge est lourde, que vous avez beaucoup à penser. Alors oublier un mot, le mot de Palestine, c’est si peu, si petit petit peu.

Dimanche 2 juin, vous vous êtes rendu devant le « Congrès des Communautés Juives » et vous y avez prononcé un magnifique discours. Tout y était. Vous avez cité les valeurs fondamentales, humaines, qui vous animent. Vous avez montré votre grand souci pour cinq pays. Mais dans votre précipitation, ou votre émotion, vous en avez oublié un. Un seul et tout manque. Vous avez oublié la Palestine.

(http://www.dailymotion.com/video/x10h7nx_allocution-au-2eme-congres-de...)

Ce n’est qu’un tout petit oubli puisque concernant un tout petit pays, mais que les conséquences sont énormes ! Monsieur le Président de mon pays, vous ne pouvez en demeurer là sans répercussions. Il y a urgence à rattraper cette bourde. Pardonnez-moi de vous parler ainsi mais mon devoir de citoyenneté et de respect des valeurs que vous avez affichées m’obligent à cette franchise.

Monsieur le Président, je sais que vous êtes « de gauche » et que vous éprouvez un sentiment identique à l’égard des autres religions, également à l’égard de l’Islam. Mais tout de même, Monsieur le Président, je me sentirais plus léger le jour où vous vous rendrez à la conférence des religieux musulmans et que vous leur exprimerez pareils respects et sympathies, surtout pareille confiance en leurs valeurs. Parce qu’à vous entendre ainsi, si cela devait être uniquement en ce lieu, on pourrait croire à votre soumission. Quel désastre ! Quel fiel ce serait sur nous, juifs, par une telle image antisémite de surpuissance. Quel désastre ce serait pour la paix que de donner à voir la France soumise incapable d’aller au bout de ses exigences du droit et de respect de l’humain.

Monsieur le Président, vous évoquez dans votre discours, avec conviction, que « la vie peut l’emporter sur la haine ». S’il est une leçon que je tire du vécu de mes parents et grand parents, de leur venue en France pleins d’espoir, c’est que cette vie fraternelle demande un engagement et une vigilance de tout instant. Oublier le sort qui est fait aux palestiniens en un tel lieu et devant l’ambassadeur d’Israël pourrait relever de la complicité d’oppression, de négation d’un pays dont la France avait exigé la reconnaissance. De tels actes ne peuvent être que des ferments de haine. S’ils demeuraient sans rectification.

Évidement ce ne peut être ni votre conviction, ni votre objectif. Vous êtes de gauche, alors c’est un oubli, un malheureux oubli. Imaginez, Monsieur le Président, si vous deviez être associé aux pire propagandes de notre extrême droite du camp du Likoud de Netanyaou, à la manipulation de la douleur et de la peur, au combat contre l’antisémitisme distingué de tous les combats contre les racismes et l’islamophobie, un consentement au nettoyage ethnique et à l’expansion territoriale israélienne… Ah, imaginez, Monsieur le Président comme vous en sortiriez petit, petit, tellement petit à tourner le dos aux valeurs de justice et de respect partagé.

URL de cet article 20967
  

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.