Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Honduras : fraude électorale

« Ils nous ont pris pour des imbéciles et ils cherchent à nous voler la victoire, » a dénoncé le candidat Salvador Nasralla et il a assuré que tous les bulletins n’ont pas été comptabilisés.

Le candidat à la présidence du Honduras pour l’Alliance d’Opposition contre la Dictature Salvador Nasralla a déclaré mercredi qu’il ne reconnaîtra pas les résultats du système tricheur du Tribunal Electoral » (TSE) et il a assuré : « Je suis le président de la République du Honduras. »

Nasralla a déclaré lors d’une conférence de presse : « Nous en reconnaissons pas les résultats du système tricheur du Tribunal Electoral « parce qu’à 15 heures (heure locale) « « les systèmes sont tombés, tout est tombé et on a commencé à entrer des bulletins qui ne sont pas signés » dans le calcul.

Le Tribunal Electoral donnera les résultats jeudi entre 3 heures et 5 heures (heure locale) .

Avec 3 283 065 de voix selon les données présentées par le candidat à la présidence sur 91% des bulletins dépouillés, « il se confirme que je suis le président de la République du Honduras. »

De plus, il a indiqué que jusqu’à présent, il a obtenu 43,1% des voix alors que l’actuel président Juan Orlando Hernández en a obtenu 42,5%. « Moi, je n’ai pas confiance dans le Tribunal Electoral. »

Au sujet de l’accord signé avec Hernández et l’Organisation des Etats Américains (OEA), Nasralla a réaffirmé qu’il ne s’est engagé qu’à respecter le résultat de ces actes physiques. »

« A propos de l’accord que j’ai signé avec Monsieur Jorge Quiroga, je ne vais pas respecter « le résultat des bulletins sans signature que possède le TSE et à cause de cela, je le dis, l’accord que j’ai signé avec l’OEA n’est pas valide. »

Pour sa part, l’ex-président du Honduras, Manuel Zelaya a déclaré que sur « 68% des bulletins dépouillés et envoyés à tous les partis, l’avantage était déterminant, les 5% d’écart étaient irréversibles (...). C’est la première fois dans l’histoire que le Tribunal Electoral ne dit pas qui est le vainqueur » le jour même des élections.

Selon les chiffres actualisés par le TSE, l’écart en faveur de Nasralla annoncé dans son premier rapport lundi dernier a changé en faveur d’ Hernández bien qu’il ne reste plus que 30% des voix à comptabiliser.

« L’alliance a gagné les élections. 30% ne peuvent pas remettre en cause ce que disent presque 70% des bulletins (...). Nous voulons avoir connaissance de tous les bulletins, c’est ce qu’a dit le peuple. Qu’on ne vienne pas me dire que la tendance a changé, » a souligné Zelaya.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Note : Le président Zelaya (gauche) a été renversé par un coups d’état sou_tenu par les Etats-Unis en 2009, suite à cela un parti contre la dictature s’est formé (parti Libre) qui a gagné les élections présidentielles de 2013 mais elle furent aussi volées (l’actuel candidat Salvador Nasralla se présentant séparément à l’époque). Aujourd’hui ce même Nasralla se présente en alliance avec le parti Libre.

Voir aussi

Amérique Latine : Communiqué d’ALBA Mouvements sur les élections au Honduras
Honduras : Une manifestation devant le Tribunal Electoral Suprême réprimée
Photos : Le peuple hondurien soutien Salvador Nasralla

»» https://www.telesurtv.net/news/Nasralla-reitera-fraude-electoral-Nos-q...
URL de cet article 32625
   
La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.