RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 
Et les deux grands-mères volèrent un camion pour aller le délivrer...

Hugo Chávez, sur l’amour qui ne peut être rendu que par l’amour

L’un des meilleurs portraits de Chávez se trouve peut-être dans cette phrase de Fidel, prononcée il y a 11 ans, quelques heures après la douloureuse nouvelle : "Voulez-vous savoir qui était Hugo Chávez ? Regardez qui le pleure et qui célèbre sa mort...".

Lors d’une conférence de presse en mai 2002 à Madrid, après la réunion des chefs d’État entre l’Union européenne et l’Amérique latine, fatigué et quelque peu agacé, Chávez a prononcé une phrase qui a mis mal à l’aise plus d’une autorité : "Les gouvernements vont de sommet en sommet, tandis que les peuples vont d’abîme en abîme".

Il n’a jamais été ce que l’on voulait qu’il soit, peut-être parce qu’il n’est jamais entré dans la fonction protocolaire qu’il représentait officiellement. Premier président de la République bolivarienne du Venezuela, comme Fidel ou Allende, il est un personnage d’une dimension plus que régionale, planétaire, et sa pensée humaniste transcende toutes les frontières de son époque et de l’époque des frontières qui nous divisent encore.

Depuis cette courte et intense période historique qui s’est écoulée depuis son départ, la figure de Chávez fait déjà partie du panthéon des géants du continent latino-américain, et il n’est pas possible de l’en écarter.

L’une des choses les plus incroyables chez lui, à mon avis, a été son incroyable capacité à rester une personne tout à fait normale sur la plus haute tribune du pouvoir d’État et à persister dans son rêve obstiné et presque enfantin de se donner corps et âme, avec son peuple bien-aimé et des millions d’autres personnes partout dans le monde, dans la lutte pour l’être humain.

C’est ainsi qu’il a mérité la haine de plusieurs "socialistes" chiliens et européens. Alors que ceux-ci, du haut de leur trône et en tant que gestionnaires du système capitaliste, mentaient à leur peuple en disant "qu’ils faisaient ce qu’ils pouvaient" et "qu’on ne pouvait rien faire de plus", Chávez montrait chaque jour qu’à partir d’une réalité beaucoup plus dure et complexe que la leur, il est toujours possible, avec une véritable intention, de faire beaucoup, beaucoup plus. Même lorsque quelque chose ne peut pas être fait, il y a toujours la liberté d’appeler les choses par leur nom. La liberté que d’autres n’ont pas eue. Contrairement à la plupart des dirigeants, Chávez était beaucoup plus fort et solide que le pouvoir qui change si facilement les autres.

Les médias ennemis n’ont pas lésiné sur les qualificatifs à son encontre, s’adonnant à un exercice magistral dans lequel ils n’ont pas leur pareil : la manipulation et la disqualification. Des mots, des phrases, des gestes, réels ou inventés, toujours décontextualisés, toujours de mauvaise foi et avec cette irresponsabilité totale face à toute conséquence que seule la grande presse "démocrate" possède.

La guerre médiatique contre Chávez en période de calme international relatif, il y a plus d’une décennie, semble avoir été la répétition générale avant de lancer cette usine à "fake news" mondiale que sont devenus aujourd’hui les grands médias internationaux.

Comme les partis traditionnels, totalement discrédités et obsolètes, ne pouvaient rivaliser avec le chavisme, le rôle du parti d’opposition a été confié à la presse privée vénézuélienne, qui est peu à peu devenue un véritable agent politique de l’empire du Nord. Au mépris de la guerre médiatique locale, régionale et mondiale, Chávez a parié sur les mécanismes de la seule vraie démocratie possible : la participation. C’est ainsi qu’Eduardo Galeano l’a décrit :

"Drôle de dictateur que ce Hugo Chávez. Masochiste et suicidaire : il a créé une Constitution qui permet au peuple de le chasser, et il a pris le risque que cela se produise lors d’un référendum révocatoire que le Venezuela a organisé pour la première fois dans l’histoire du monde. Il n’y a pas eu de sanction. Il s’agit de la huitième élection remportée par Chávez en cinq ans, avec une transparence que Bush aurait souhaitée pour ses vacances. Respectant sa propre constitution, Chávez a accepté le référendum, promu par l’opposition, et a mis sa fonction à la disposition du peuple : "Vous décidez". Jusqu’à présent, les présidents n’étaient interrompus qu’en cas de décès, de coup d’État dans une caserne, de protestation ou de décision parlementaire. Le référendum a inauguré une forme inédite de démocratie directe. Un événement extraordinaire : combien de présidents de tous les pays du monde oseraient le faire, et combien resteraient présidents après l’avoir fait ?

Ce tyran inventé par les médias, ce démon redoutable, vient de donner une formidable injection de vitamines à la démocratie qui, en Amérique latine, et pas seulement en Amérique latine, est faible et a besoin d’énergie...".

Qu’a-t-il pu arriver au lieutenant-colonel Hugo Chávez Frías, alors âgé de 38 ans, pour qu’il dirige d’abord l’opération Zamora, le 4 février 1992, puis, après sa défaite militaire, appelle les militaires rebelles à déposer les armes, prenant personnellement tout en charge dans un pays où aucun des hommes politiques de l’époque ne voulait prendre quoi que ce soit en charge ? Les débuts du néolibéralisme dans son pays, le réveil soudain du rêve d’un Venezuela saoudien au cauchemar du Caracazo, alors que le gouvernement obligeait l’armée à réprimer son peuple affamé ? Le souvenir de sa grand-mère, l’Indienne Sabana Rosa Inés, "Mama Rosa", qui l’a élevé avec ce qu’il y a de plus précieux au monde, un immense sens de l’appartenance et du devoir envers les humbles, qui a marqué toute sa vie politique ?

Parmi les innombrables récits du coup d’État manqué contre Chávez en avril 2002, j’ai été très impressionné par l’un de ceux qui n’ont pas été inventés, raconté par deux de ses protagonistes dans un quartier pauvre de Puerto Ordaz.

Deux pauvres dames, toutes deux grand-mères de longue date, m’ont raconté en riant comment, lorsqu’elles ont appris que leur président avait été enlevé, elles ont volé un camion garé devant leur maison et se sont dirigées vers Caracas pour sauver Chávez. Heureusement, à mi-chemin de leur voyage cahoteux, le président avait déjà été libéré par le peuple. Les grands-mères ont fait la fête sur l’une des places et le camion a été rendu sain et sauf à son propriétaire, qui a d’abord été en colère, mais qui est ensuite devenu leur ami.

La défaite du coup d’État de 2002 par un peuple uni contre l’armée a été une démonstration continentale très importante d’un nouveau et puissant protagoniste politique : une armée qui sort pour défendre son peuple, ce qui a certainement exacerbé encore plus la haine impériale contre la révolution bolivarienne.

Au-delà des diverses et nombreuses erreurs possibles et des succès incontestables de Hugo Chávez en tant que président, qui pourraient faire l’objet de discussions longues et complexes, je pense qu’il y a une chose qui est très claire. Dès ses premiers jours au pouvoir, pour la première fois dans l’histoire du pays, son premier gouvernement a fait sentir à des millions d’humbles Vénézuéliens, toujours marginalisés et négligés par les élites de tout bord politique, que ce pays était aussi le leur et que, s’ils voulaient l’améliorer pour leurs enfants, ils devaient participer, revendiquer, défendre, exprimer leurs opinions, discuter et, surtout, s’organiser. Accusé par la presse mercantile d’être un "populiste", Chávez a fait le contraire des pratiques bien connues des dirigeants populistes régionaux, il a exigé de son peuple qu’il lise, qu’il s’éduque, qu’il apprenne, qu’il n’ait pas peur des idées, ouvrant de nouvelles possibilités d’éducation à des personnes de tous âges et de toutes couches sociales qui, pendant des siècles, avaient été exclues de la vie civique. Il a compris que c’était le seul moyen pour son peuple de ne pas être manipulé par les médias et les politiciens et de pouvoir ainsi construire une société différente de la société capitaliste.

J’ai été impressionné par son courage et son honnêteté lorsque, déjà très malade, il a parlé ouvertement dans une interview de sa peur de mourir. Il faut être vraiment grand pour affronter la vie sans faux masques de super-héros.

Aujourd’hui, 11 ans après son départ physique, au moment de la pire crise mondiale depuis des décennies, si nous gardons les yeux et le cœur grands ouverts, nous sentirons comment, depuis l’obscurité des cieux d’Amérique latine et du monde, la lumière de son héritage continue à nous atteindre, qui est, comme il le dirait, "l’amour qui ne peut être rendu que par l’amour".

Oleg YASINSKY

Traduction Bernard Tornare

Oleg Yasinsky est un journaliste chilien-ukrainien, contributeur de médias indépendants latino-américains tels que Pressenza.com, Desinformemonos.org et autres, chercheur sur les mouvements indigènes et sociaux en Amérique latine, producteur de documentaires politiques en Colombie, en Bolivie, au Mexique et au Chili, auteur de plusieurs publications et traducteur de textes d’Eduardo Galeano, Luis Sepúlveda, José Saramago, Subcomandante Marcos et d’autres en russe.

EN SUPPLEMENT :

QUAND LIBERATION FAISAIT DE CHAVEZ UN ANTISEMITE
https://www.legrandsoir.info/chavez-antisemitisme-et-campagne-de-desin...

https://www.acrimed.org/Chavez-antisemite-Liberation-desinforme-sur-la...

https://www.acrimed.org/Chavez-antisemite-Liberation-persiste-et-signe

»» https://b-tornare.overblog.com/2024/03/hugo-chavez-sur-l-amour-qui-ne-...
URL de cet article 39429
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La science permet de savoir comment faire fonctionner un train, l’histoire de savoir qu’il peut parfois aller à Auschwitz."

Jean-Christophe Defraigne, professeur, Université de Louvain

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.