RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ils doivent avoir une bonne raison

Il existe une idée étrange selon laquelle si l’on ne connaît pas quelque chose, c’est qu’il n’existe pas. C’est un peu comme l’image de l’autruche proverbiale qui se met la tête dans le sable. Mais cela va plus loin que le déni. L’ignorance, c’est quand on ne sait pas du tout quelque chose, le déni, c’est quand on le sait, mais qu’on l’ignore.

image_pdfimage_print

Ce dont je parle ici, c’est lorsque vous savez quelque chose et que vous ne le niez pas, mais que vous le rationalisez simplement en disant « ils doivent avoir une bonne raison de faire cela » ou « peut-être que nous ne savons pas tout ce qu’il y a à savoir à ce sujet ». Ce qui est souvent suivi par « et je n’ai pas le temps (l’envie, l’attention, l’intérêt, la curiosité, la capacité, l’intelligence, etc.) d’aller plus loin ».

Cela m’a toujours dérangé dans une certaine mesure, mais je dois admettre que j’ai moi-même été légèrement coupable de ce genre de raisonnement. Je veux dire, avons-nous vraiment le temps de tout vérifier ? Eh bien, maintenant je pense que nous devons prendre le temps, et bien sûr, tout n’est pas assez important pour nécessiter un contrôle de la vérité. C’est une chose terrible à dire, mais je crains que ce ne soit la vérité.

Une partie de cette « crédulité » qui pousse de nombreuses personnes à balayer les choses d’un revers de main en supposant que tout va bien provient de l’endoctrinement dont elles ont fait l’objet dès leur plus jeune âge. J’ai grandi dans une culture qui semblait vraiment obsédée par la sécurité des personnes, en particulier celle des enfants. Pensez à tous les rappels de jouets et autres. Dès qu’un jouet sort avec la moindre incertitude sur la façon dont il pourrait nuire à votre enfant, il est retiré du marché.

Je ne devrais pas dire que j’ai « grandi » avec cela, car la plupart des jouets de mon enfance seraient aujourd’hui considérés comme des armes mortelles – fléchettes à gazon, pistolets à billes et à plomb, Vac-U-Forms, kits de chimie, fours Easy Bake (c’était le jouet de ma sœur, elle était une petite fille, j’étais un petit garçon – je vous le dis par souci de clarté). La « folie de la sécurité » n’a vraiment commencé qu’une dizaine d’années plus tard. Je me souviens même qu’un enfant que je connaissais avait reçu un jouet « Laboratoire d’énergie atomique » dont le kit contenait du véritable minerai d’uranium.

Je serais mort (littéralement) pour mettre la main sur l’un de ces jouets.

C’était l’époque.

Au fil des décennies, ces rappels et ces problèmes de sécurité nous ont donné un faux sentiment de sécurité. Quel organisme de réglementation prendrait la peine de rappeler des fléchettes de pelouse tout en autorisant un vaccin dangereux pour les bras d’enfants qui ne le souhaitent pas ? Les jouets sont des jouets, les vaccins sont des médicaments. Et voilà.

Le gouvernement et les autres organismes de réglementation savent ce qui est juste, n’est-ce pas ?

Étant né dans une culture (les États-Unis) connue pour son intégrité, sa véracité, sa droiture et son penchant pour le caractère et la bonté (ha, ha), personne n’aurait jamais pensé que la CIA aurait activement tenté d’assassiner Fidel Castro, entre autres, pendant des décennies.

Je me souviens avoir entendu pour la première fois une rumeur à ce sujet lorsque j’avais environ 15 ans. Je me suis dit : « Ce n’est pas possible ! Les assassinats sont illégaux ! Mon pays ne serait jamais impliqué dans une telle chose ! » Surtout pas en essayant d’assassiner le dirigeant d’un pays qui ne faisait que s’occuper de ses affaires. Du moins, c’est ce qu’il semblait. (Aujourd’hui, lorsque nous entendons parler de telles choses, nous haussons les épaules et disons : « Ils doivent savoir ce qu’ils font »).

Et qu’en est-il de l’Iranien Mosaddegh ? Il s’occupait de ses propres affaires en tant que Premier ministre de 1951 à 1953. Les États-Unis n’étaient pas satisfaits de lui pour un certain nombre de raisons (principalement économiques, comme, par exemple, le fait que Mosaddegh voulait que l’Iran obtienne une plus grande part des bénéfices pétroliers que les États-Unis et le Royaume-Uni tiraient des champs pétrolifères de son pays, imaginez un peu ! Quelle audace !). La CIA l’a également éliminé, indirectement avec une insurrection créée par la CIA, qui a conduit à l’emprisonnement de Mosaddegh et a plus que probablement contribué à ses problèmes de santé, puis il est mort). Bien sûr, il y a des détails que je ne présente pas, mais vous voyez le tableau.

Le gouvernement des EU devait avoir une bonne raison.

Que dire de la guerre des drones d’Obama ? Il a tué tout un tas de gens, y compris des enfants (je dirais bien « des femmes et des enfants », mais je risquerais d’avoir des ennuis pour cela).

Il devait avoir une bonne raison.

Personnellement, je ne pense pas qu’il y ait de « bonnes » raisons de tuer des enfants, même s’il s’agit de dommages collatéraux ou non intentionnels.

Je ne présente ici que quelques exemples parmi des milliers d’autres, plus nombreux que ceux que nous connaissons bien sûr. Et il ne s’agit là que d’actions gouvernementales. Qu’en est-il des actions pharmaceutiques ou d’autres actions médicales ? Ils doivent tous avoir de bonnes raisons.

Dans l’ensemble, la plupart des gens semblent penser que des atrocités ne peuvent pas se produire aux États-Unis (ou au Canada, ou au Royaume-Uni, ou dans d’autres pays de l’Occident « civilisé »). Nous sommes tout simplement trop raffinés pour cela. L’ironie de la chose, c’est que les porte-parole officiels des États-Unis, par exemple, se présentent en fait comme des bienfaiteurs. Soit ils gardent leurs actions “ Top Secret ”, soit ils les présentent comme de « bonnes choses ». Il suffit de regarder des gens comme Julian Assange et Edward Snowden pour voir comment les États-Unis traitent les lanceurs d’alerte qui cherchent à exposer le fait que les États-Unis n’ont pas vraiment de bonnes raisons de faire tout ce qu’ils font – du moins aucune raison qui nous soit profitable.

Si jamais vous acculez un mouton et lui lancez ce genre de choses, il vous répondra d’abord : « Pourquoi devez-vous être si négatifs ? Pourquoi ne pouvez-vous pas simplement faire confiance à votre gouvernement pour qu’il s’occupe des affaires dans l’intérêt de notre nation ? » Ils diront que le gouvernement doit avoir des secrets pour assurer notre sécurité, et que les personnes qui enfreignent la loi (Assange et Snowden, parmi beaucoup d’autres, ne sont pas les bienvenues. Et tant qu’à y être, incluons aussi les camionneurs du Canada). Ce sont des criminels, et peu importe que votre intention soit bonne, si vous enfreignez la loi, vous êtes un criminel et vous devez être puni.

Si vous essayez d’argumenter avec ces moutons sur quelque chose de plus complexe, comme l’intervention de la CIA dans les affaires du Moyen-Orient, ils vous enverront balader en disant quelque chose comme « Toutes ces affaires d’outre-mer sont trop compliquées à démêler. Et ces pays du Moyen-Orient (à l’exception d’Israël) sont tous des méchants, je ne me soucie pas vraiment de ce que les États-Unis leur font, ils savent ce qu’ils font. »

Les moutons sont drôles. [Ils chantent] « La, la, la, la, la, la » en se bouchant les oreilles avec les doigts. Il est facile de les pousser à ce point. Les moutons qui piquent. Essayez-le un jour pour vous amuser ou pour le plaisir.

Un bon moyen de les amener rapidement à ce stade est d’évoquer une affaire de faux drapeau qui a fait la une de l’actualité au cours des dernières décennies. Le fiasco du 11 septembre est mon préféré. Les moutons se mettront rapidement le doigt dans l’oreille et les « la la la » s’enchaîneront. N’essayez pas quelque chose de trop excentrique, comme l’alunissage, ou la théorie des germes contre celle du terrain, qui fait fureur en ce moment. Vous n’obtiendrez que des roulements d’yeux pour ces sujets farfelus.

Je suis curieux cependant. En parlant du 11 septembre, que se passera-t-il lorsque cet incident sera révélé pour ce qu’il était ? (en supposant que cela se produise un jour.)

Je vous parie de l’argent que, même si c’est ridicule, leur première réaction à la prise de conscience que leur propre gouvernement est responsable de la destruction des bâtiments du World Trade Center sera : « Ils devaient avoir une bonne raison ».

En fait, c’était le cas, mais ce n’était pas une bonne raison pour nous.

source : Off-Gardian via Nouveau Monde


Note de Geb :

En sus de l’image d’illustration je me permet de suggérer celle-ci à l’usage des Français en général et des lecteurs des médias MS "confiants" en particulier.

En se regardant dedans ça sera bien plusparlant.

»» https://reseauinternational.net/ils-doivent-avoir-une-bonne-raison/
URL de cet article 38624
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.