RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Irak : « Femmes et enfants tués par les bombes au phosphore », témoignage d’ un marine, par Patricia Lombroso - il manifesto.


Le marine Jymmy Massey : c’est comme au Vietnam, nous sommes en train d’utiliser des armes interdites contre la population.


il manifesto, dimanche 25 septembre 2005.


« Aujourd’hui encore nos supérieurs du Pentagone continuent à déclarer qu’il est « inhumain » d’utiliser des armes chimiques et de destruction de masse en Irak, parce que « on tue des civils ». De fait nous avons utilisé et continuons à utiliser du phosphore blanc et de l’uranium appauvri. Nous sommes responsables du massacre continuel de civils irakiens ». C’est par cette déclaration que le marine Jimmy Massey, revenu du front, handicapé, auteur de « Cowboys from hell », commence son entrevue avec il manifesto au cours de la tournée dans 27 états et 40 villes, de l’organisation « Iraq veterans against the war » qui a participé hier à la manifestation de Washington.


Vous avez déclaré avoir été témoin oculaire de l’emploi de phosphore blanc pendant les bombardements étasuniens en Irak...

Oui. Nous l’utilisons dans les ogives des missiles lancés depuis les hélicoptères et dans les projectiles tirés, de terre, par l’artillerie.


Le phosphore blanc est un agent chimique utilisé, pendant le conflit au Vietnam, dans les bombes au napalm. Est-ce la même substance que celle - interdite en 80 - qui est utilisée en Irak ?

Oui. C’est celle que nous employons dans les ogives des missiles.


Quel effet provoque-t-elle après l’impact avec l’objectif touché ?

Cette arme d’extermination a la capacité de réduire en cendres entièrement un véhicule militaire.


Vous, avez-vous assisté aux effets de ces bombes au phosphore blanc ?

Oui. Et j’ai vu énormément de civils innocents touchés mourir brûlés vifs : des scènes d’horreur dont je me souviendrai toute ma vie. En Irak, j’ai été le témoin oculaire des conséquences de l’utilisation des armes au napalm, exactement comme celles utilisées au Vietnam.


Le Pentagone soutient qu’il ne s’agit pas de bombes au napalm, mais d’ « une version similaire qui ne pollue pas l’environnement »

J’ai vu beaucoup de civils réduits en cendres.


Ces armes étaient-elles utilisées pour toucher des objectifs spécifiques ou de façon indiscriminée ?

Les bombes au phosphore ont été employées de nuit et de jour, en continu, et j’ai assisté à la mort de nombreux civils innocents -femmes et enfants inclus- brûlés vifs : des images impossibles à raconter.


Avez-vous été informés par vos supérieurs que ces armes d’extermination auraient été employées pendant l’invasion ?

Non. Personne ne nous a mis au courant. Après, j’ai commencé à poser des questions à mes supérieurs : la réponse a été mon licenciement des marines.


Mais ne parle-t-on pas de bombes de « précision et de haute technologie » ?

Oui. On les appelle bombes de précision, mais j’ai vu des missiles au phosphore blanc et à l’uranium appauvri toucher énormément de véhicules, des autobus et des voitures pleines de civils. J’ai vu énormément de civils incinérés, carbonisés, brûler vifs avec les effets du phosphore blanc. Il s’agit de bombes de 44 pounds de polystirene-like gel et 63 gallons de propergol.


Les bombes au phosphore blanc sont dénoncées par les experts de Global security organisation comme « bombes au napalm », une substance qui a servi au Vietnam pour détruire la forêt. En Irak où a-t-elle été utilisée ?

En Irak, elle est utilisée à terre par l’artillerie : des jeunes survivants de Falluja déclarent que le phosphore blanc a été utilisé dans le massacre de Falluja, en avril 2004.


Mais les armes de destruction de masse n’ont-elles pas été le motif adopté par Bush pour intervenir en Irak ?

En effet. Et au contraire c’est justement nous, les américains, qui sommes ceux qui ont employé des armes de destruction de masse contre la population irakienne. Nous sommes en train de nous rendre responsables d’un génocide en Irak.


Venons-en à l’uranium appauvri ; a-t-il été utilisé aussi dans cette seconde invasion de l’Irak par les étasuniens ?

Certainement, et la quantité d’uranium appauvri déjà utilisé en Afghanistan et maintenant en Irak est le double des tonnes employées dans la première guerre du Golfe.


Vous, soldats étasuniens, saviez-vous aussi qu’en Irak l’utilisation des armes d’extermination viole non seulement les lois en vigueur au niveau international, mais aussi les normes du code pénal de guerre étasunien ?

Je savais que tout ce que nous sommes en train de faire quant à l’usage de la violence et l’utilisation des armes d’extermination contre les irakiens représente une violation de la Convention de Genève, mais nos supérieurs opéraient sur ordres du président et de ses hommes de lois (Alberto Gonzalez, l’actuel ministre de la justice étasunien). En Irak, nos supérieurs nous avaient dit que, comme on luttait contre des « terroristes », la convention de Genève n’y avait pas d’application.

Patricia Lombroso


- Source : www.ilmanifesto.it

- Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Démocratie au phosphore, par Giuliana Sgrena.<BR>
Comment les Etats-Unis ont pris Falluja. Un document révèle aussi un test sur un nouveau type de napalm.


Irak : Détails d’un nettoyage ethnique soutenu par les USA, par Patrick Martin.

Irak : Moi, un marine tueur de civils, par Patricia Lombroso.

Irak : un soldat témoigne, par Derek Seidman.

« Je voulais seulement faire un stade de foot », le récit dramatique d’ Haj Ali al-Qaisi, le détenu encagoulé d’Abou Ghraib, par Lars Akerhaug.



URL de cet article 2704
  

Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Suivez la science" disent les médias qui publient des horoscopes.

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.