RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Changer les choses au SNESUP si nous voulons changer de société.

J’ai mal à mon syndicat

La dernière réunion de la Commission Administrative Nationale du SNESUP a pris une décision lourde de sens. À la suite d’une plainte d’une de ses employées, le syndicat est condamné très lourdement par le tribunal des prud’hommes pour discrimination, harcèlement moral et manquement à l’obligation de sécurité.

Fait important, en tant qu’employeur le SNESUP, sous réserves du jugement sur d’autres aspects de la procédure est déjà condamné à 150 000 euros. C’est déjà très grave en soi qu’un syndicat qui a pour vocation à défendre les intérêts des personnels se voie ainsi accusé de manquements graves à sa mission d’employeur et condamné par le tribunal au même titre que tous ces patrons voyous qui pratiquent l’entorse régulière au Code du travail pour augmenter leurs profits. C’est encore plus grave pour un syndicat qui se présente comme un syndicat de transformation sociale et ce, malgré les mises en garde à différentes reprises de membres de la Commission Administrative Nationale. Ce qui est encore plus grave, c’est que la direction nationale appuyée par le courant majoritaire Action-Syndicale et grâce à la passivité complice de membres du courant École Émancipée-Pour un Syndicalisme Offensif, s’acharne contre l’ex-salariée en interjetant appel de la décision du tribunal.

Outre le fait, déjà grave en soi, que cette décision prolonge encore la détresse, profonde, de l’ex-salariée, la direction nationale a fait le choix lourd de conséquences de ternir encore plus l’image de notre syndicat, en particulier, et du syndicalisme en général. À une époque où le syndicalisme de lutte connaît une situation difficile du fait des nombreux coups portés par le libéralisme, où le SNESUP lui-même doit faire face en même temps à une désaffection importante de ses syndiqués, à un désintérêt grandissant de ses électeurs, notamment parce que, justement, il est de moins en moins perçu comme un syndicat de lutte, cette décision va encore contribuer à compromettre encore plus profondément son image, voire son avenir lui-même.

J’ai mal à mon syndicat parce que, avec cette décision, ce sont les valeurs syndicalistes auxquelles j’ai adhéré qui sont ainsi bafouées. Parce que le courant Action Syndicale, dont j’ai longtemps fait partie, pour lequel je me suis fortement engagé, même, est complètement discrédité et rejoint ainsi la cohorte des syndicats marrons. Je ne démissionne pas du SNESUP, comme tant de camarades l’ont fait ou sont en passe de le faire, car j’ai encore espoir que nous pouvons changer les choses dans le SNESUP, et même, que c’est indispensable si nous voulons changer de société.

Xavier LAMBERT
Professeur des Universités
Membre de la Commission Administrative Nationale du SNESUP

URL de cet article 34699
  

Circus politicus
Christophe Deloire, Christophe Dubois
A quelques mois de l’élection présidentielle de 2012, les Français sont saisis d’angoisse à l’idée que la fête électorale débouchera sur une gueule de bois. La crise aidant, la politique se révèle un théâtre d’ombres où les signes du pouvoir servent surtout à masquer l’impuissance. Qui gouverne ? Qui décide ? Circus politicus révèle les dessous d’un véritable « putsch démocratique », une tentative de neutralisation du suffrage universel par une superclasse qui oriente la décision publique. Il montre comment le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.