Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La prisonnière politique isolée, privée de journaux, de télévision, de visites depuis 10 ans.

"J’ai obéi à ma conscience avant d’obéir à la loi" : L’espionne FMC 25037-016

Son père, d’origine portoricaine, était médecin dans l’armée étasunienne et cantonné en ex-Allemagne de l’Ouest. C’est donc là -bas qu’elle vint au monde. En 1979, à 22 ans, elle obtient une licence en relations internationales à l’Université de Virginie, et ensuite, une maîtrise.

En 1985, elle entra à l’Agence de Renseignement pour la Défense du Pentagone (Defense Intelligence Agency, DIA). Grâce à ses capacités, elle fut envoyée à la base aérienne de Bolling, dans l’état de Washington, où elle travailla en tant que spécialiste en recherche de renseignement. En 1992, elle devint analyste au Pentagone. Elle resta quelques temps sous un poste factice à la représentation diplomatique à La Havane afin d’« étudier » les militaires cubains. En 1998, la DIA l’envoya de nouveau dans l’Ile pour « observer » le déroulement de la visite du Pape Jean-Paul II.

De visage doux, toujours souriante, bien élevée, elle était par-dessus tout discrète. Vivant seule dans un simple appartement au nord de Washington, elle grimpa les échelons et devint analyste de première catégorie au Pentagone (senior analyst), spécialiste de Cuba. Elle avait accès à presque toute l’information que la communauté du renseignement avait rassemblée sur l’Ile. Elle savait ce que connaissait le Département de la Défense concernant les activités militaires cubaines. De par son rang, elle était membre du très secret « groupe de travail inter-agences sur Cuba », qui rassemble les principaux analystes des agences fédérales, comme la CIA (Agence centrale de renseignement), de la Maison Blanche et du Département d’Etat.

Ana Belen Montes fut arrêtée le 21 septembre 2001. Une cour Fédérale l’accusait de « conspiration pour espionnage », et de transmettre à Cuba « des informations classifiées pour pouvoir se défendre ». Elle avait passé à plusieurs reprises le détecteur de mensonges avec succès. Sa détention eut un profond retentissement sur la communauté du renseignement de ce pays. Elle était l’espionne de plus haut rang de l’histoire des Etats-Unis. « Un des joyaux de notre couronne », déclara un général de la DIA.

Condamnée à 25 ans de prison le 16 octobre 2002, elle échappa d’un cheveu à la condamnation à mort. Elle est détenue à la prison du Federal Medical Center, FMC, située dans les installations de la base aéronavale Fort Worth, au Texas, un centre destiné aux femmes délinquantes ayant des problèmes psychiques. Elle est assujettie à un régime extrême d’isolement : elle peut seulement recevoir les visites de son père et de ses frères ; ne peut avoir de relations avec aucune détenue, ni téléphoner, ni recevoir de journaux, ni même regarder la télévision ; personne ne peut s’enquérir de sa santé. Elle n’existe qu’en tant que la prisonnière FMC 25037-016.

Avant d’entendre la sentence, elle lut un court texte dans lequel elle disait ces phrases : « Je me suis engagée dans l’activité qui m’a amenée ici car j’ai obéi à ma conscience avant d’obéir à la loi. Je considère que la politique de notre gouvernement envers Cuba est cruelle et injuste, profondément inamicale, je me suis considérée moralement obligée d’aider Cuba à se défendre contre les efforts que nous faisons pour lui imposer nos valeurs et notre système politique. Nous avons fait preuve d’intolérance et de mépris envers Cuba pendant ces quatre dernières décennies. Nous n’avons jamais respecté le droit de Cuba à définir son propre destin, ses propres idéaux d’égalité et de justice. Je ne comprends pas comment nous pouvons continuer de lui dicter la manière dont elle doit choisir ses dirigeants, et quelles lois lui sont les plus appropriées […] Je peux seulement dire que j’ai fait ce que j’ai considéré le plus approprié pour empêcher une grande injustice. »

HERNANDO CALVO OSPINA

http://hcalvospina.free.fr/spip.php?article407

Traduction : Hélène Vaucelle

URL de cet article 17997
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Auteur
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Mikhaïl Bakounine


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.