Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Jean-Luc Mélenchon au Havre : havre de paix avec la sortie de l’OTAN

Le 29 mars au soir, il y avait foule au Havre pour assister au meeting de Jean-Luc Mélenchon, et Initiative Communiste y était. Dans ce bastion de la résistance normande (dockers, raffineurs…) et de la lutte contre la Loi Travail (imposée à coups de matraques et de procès politiques par le duo Macron-Valls, petits applicateurs zélés du semestre européen dont Hamon se veut le continuateur !), la candidature Mélenchon a fait salle comble. Dans la longue file d’attente, de nombreux jeunes et surtout de nombreux syndicalistes CGT en tête, signe que la candidature Mélenchon entre en résonance avec les aspirations légitimes du monde du travail. Compte rendu du Meeting par Initiative Communiste.

HAVRE DE PAIX

Après avoir rappelé les luttes courageuses du Havre au printemps dernier. Jean-Luc Mélenchon s’est attaché à montrer comment le « capitalisme transnational » s’inscrivait désormais dans une économie de tribu, se livrant à une exploitation de plus en plus dure des salariés. Jean-Luc Mélenchon a alors procédé à une défense des cadre national et de l’« intangibilité » des frontières comme garants de la Paix et du droit social des travailleurs qui au contraire du capital ne sont pas un « jour ici demain là-bas ».

Hamon le candidat de la guerre et de l’euro-austérité !

Puis l’orateur a constaté le délabrement politique du PS et a démontré avec émotion pourquoi sa candidature, seule à porter la sortie de l’OTAN et donc à défendre la Paix et la solidarité internationale dans un contexte dramatique de montée des impérialismes et seule à porter la voix des travailleurs et l’exigence d’une véritable redistribution des fruits du travail, ne pouvait renoncer et se dissoudre dans une candidature Hamon, dépourvue de soutien populaire et de contenu progressiste, dont le seul sens est, la défaite acceptée, de sauver l’appareil du PS d’une part, de faire gagner Macron d’autre part !

A noter aussi quelques piques bien venues contre le tout-anglais patronal, qualifié de « langue de l’occupation », et une critique forte des eurocrates et de ceux qui les servent, sans – malheureusement – insistance suffisante sur les conditions d’un affrontement décisif avec l’UE.

Toutes raisons pour accentuer le « soutien critique, mais dynamique et constructif » du PRCF à la candidature Mélenchon, tout en poursuivant l’activité communiste indépendante pour les « quatre sorties ».

L’UE n’est pas réformable, elle détruit le pays, les salaires et les droits sociaux et démocratique. Donc on doit la quitter !

Au cours du meeting, l’orateur a développé les thèmes de la souffrance au travail (le scandale de l’amiante) et de l’économie de la mer, montrant au passage l’utilité d’un secteur public puissant pour obtenir un développement national harmonieux.

Bien sûr la candidature Mélenchon n’est pas une candidature communiste ( le candidat après avoir proposé la nationalisation de certaines banques rappellera que la France Insoumise ne propose pas la socialisation des moyens de production). Évidemment même si la portée progressiste du cadre national ainsi que la défense de la langue française ont été au cœur de ce meeting comme les outils de la reprise en main par le peuple de sa souveraineté, il est plus que dommage que la sortie de de l’UE et de l’euro ne soit pas abordée plus frontalement. Sans sortie de l’UE et de l’euro, pas de France insoumise. Car pas de souveraineté populaire, pas de programme social et écologique possible.

Mais dans le contexte dynamique d’une campagne électorale, il appartient aux militants communistes de porter ces questions au cœur des débats afin que le slogan « l’U.E on la change ou on la quitte » ne soit pas un vain mot. Et se transforme en un vrai frexit populaire

Parce que la candidature Mélenchon représente un espace politique vital pour le camps du progrès social et de la Paix, il faut la soutenir, parce que la question centrale de l’affrontement de classe incarné dans la construction européenne mortifère mérite d’être posée avec clarté et parce que, disons-le, la candidature n’est pas une candidature communiste, il appartient aux communistes de mener ce débat avec courage et persévérance.

Votons Mélenchon mais surtout construisons une véritable Parti Communiste afin que le peuple se libère de l’OTAN, de l’UE, de l’euro et parce que ce dont on besoin les travailleurs pour la démocratie le progrès social et l’écologie, du capitalisme.

TL pour www.initiative-communiste.fr

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/melenchon-au-havre/
URL de cet article 31698
   
Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.