RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Jérôme Cahuzac : un médecin passé, avec armes et bagages, dans le camp de l’industrie pharmaceutique

C’est à la vigilance d’Anne Jouan que nous devons d’avoir appris ceci (site du Figaro, le 4 avril 2013) : "Pouvoirs, la célèbre revue d’études constitutionnelles et politiques, créée en 1997, aux Presses universitaires de France, a accueilli, en 1999, la prose de Jérôme Cahuzac. À cette date, l’ancien conseiller médicament de Claude Evin (de 1988 à 1991) est alors conseiller général du Lot-et-Garonne. En 1993, il avait créé une entreprise de conseil pour l’industrie pharmaceutique."

Voici donc un chirurgien qui aura franchi le pas qui va de la médecine aux "conseils" : dans le cabinet d’un ministre de la Santé, comme élu local, et auprès de l’industrie du médicament. Son aptitude à fournir des "conseils" se sera donc trouvée peu à peu vérifiée, tandis qu’en retour, lui-même a pu s’interroger sur le niveau de rémunération que pouvait obtenir ce service de conseil auprès des différentes institutions.

Or, si Jérome Cahuzac a effectivement fait fortune, il semble bien que cela soit dû à sa fréquentation du troisième segment ici délimité : est-ce conforme à la représentation qu’il s’est faite de la hiérarchisation des divers pouvoirs et de leur possible évolution dans le temps ?

Pour tenter d’apporter une réponse aussi précise que possible à cette question, revenons au texte d’Anne Jouan :

"C’est donc un homme qui connaît parfaitement les rouages des laboratoires qui s’exprime."

Par anticipation, complétons cette appréciation en remarquant que son intervention dans la revue Pouvoirs laisse à penser que Jérôme Cahuzac a pu également être de bon conseil pour lui-même en ce qui concerne la possible rémunération des places à prendre dans le système des pouvoirs qui s’organisent entre l’Etat, la médecine et l’industrie pharmaceutique.

Pour commencer de s’en convaincre, il suffira de lire la conclusion qu’il donne aux dix-huit pages de l’article très documenté qu’il a rédigé en 1999 :

"L’industrie pharmaceutique est théoriquement dépendante des médecins, seuls capables de prescrire, et de l’Etat, seul fondé à mettre un médicament sur le marché et à lui accorder un prix dès lors qu’il est remboursable aux assurés sociaux. L’évolution constatée ces vingt dernières années est qu’en fait les médecins, volens nolens, subissent une très grande influence de la part de l’industrie et que l’Etat, parce qu’il n’a jamais, jusqu’à une date récente, et en dehors de périodes brèves, su tenir une position claire et ferme, a échoué dans sa maîtrise des dépenses pharmaceutiques comme dans sa volonté de constituer des pôles industriels pharmaceutiques de niveau mondial."

Selon Jérôme Cahuzac, le vent de l’évolution soufflait donc, en 1999, dans le sens des intérêts de l’industrie du médicament...

Il n’est que de voir, comment, depuis 23 ans déjà, le Médiator, qui avait entamé sa commercialisation en 1976, cavalait de cabinet médical en cabinet médical, alors que, dès février 1977, la revue du Syndicat de la médecine générale, Pratiques ou les cahiers de la médecine utopique, déclarait à propos de Jacques Servier :

"Mais pourquoi donc ne nous dit-il pas que son Médiator, sur le plan chimique, est un dérivé de l’amphétamine, et un dérivé d’un autre produit de son laboratoire, l’anorexigène Pondéral ?"

Et concluait :

"[...] dans quelques années, quand on commencera à savoir un petit bout de la vérité, ça en fera déjà des millions de boîtes de Médiator vendues !... Et avec tout cet argent, les laboratoires Servier auront bien vécu... et aussi inventé "benflobis", pour lequel il faudra dix ans de plus pour affirmer quelque chose... et... avec tout cet argent..."

On croirait effectivement Perrette et le pot au lait...

Michel J. Cuny

»» http://unesanteauxmainsdugrandcapital.hautetfort.com
URL de cet article 23377
  

L’Espagne dans nos coeurs
Loic RAMIREZ
On a beaucoup écrit sur la guerre civile espagnole et si peu sur ses suites. Refusant la défaite, les républicains ont poursuivi leur combat durant plus de trente ans contre la dictature franquiste. Majoritairement exilés en France, ils ont eu pour principal soutien le parti communiste français et ses militants. Diffusion de tracts et de propagande, campagnes de solidarité, déplacement de clandestins et soutien logistique, les femmes et les hommes du PCF ont prêté main-forte aux "rouges" tout au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute manifestation à Cuba (ou à Miami, d’ailleurs) qui ne commence pas par "Abajo el bloqueo" (quoi qu’on dise ensuite) est une escroquerie ou une croisade de fous. Et brandir un drapeau états-unien à Cuba, c’est comme brandir un drapeau israélien à Gaza.

Viktor Dedaj

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.