Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Jérôme Cahuzac : un médecin passé, avec armes et bagages, dans le camp de l’industrie pharmaceutique

C’est à la vigilance d’Anne Jouan que nous devons d’avoir appris ceci (site du Figaro, le 4 avril 2013) : "Pouvoirs, la célèbre revue d’études constitutionnelles et politiques, créée en 1997, aux Presses universitaires de France, a accueilli, en 1999, la prose de Jérôme Cahuzac. À cette date, l’ancien conseiller médicament de Claude Evin (de 1988 à 1991) est alors conseiller général du Lot-et-Garonne. En 1993, il avait créé une entreprise de conseil pour l’industrie pharmaceutique."

Voici donc un chirurgien qui aura franchi le pas qui va de la médecine aux "conseils" : dans le cabinet d’un ministre de la Santé, comme élu local, et auprès de l’industrie du médicament. Son aptitude à fournir des "conseils" se sera donc trouvée peu à peu vérifiée, tandis qu’en retour, lui-même a pu s’interroger sur le niveau de rémunération que pouvait obtenir ce service de conseil auprès des différentes institutions.

Or, si Jérome Cahuzac a effectivement fait fortune, il semble bien que cela soit dû à sa fréquentation du troisième segment ici délimité : est-ce conforme à la représentation qu’il s’est faite de la hiérarchisation des divers pouvoirs et de leur possible évolution dans le temps ?

Pour tenter d’apporter une réponse aussi précise que possible à cette question, revenons au texte d’Anne Jouan :

"C’est donc un homme qui connaît parfaitement les rouages des laboratoires qui s’exprime."

Par anticipation, complétons cette appréciation en remarquant que son intervention dans la revue Pouvoirs laisse à penser que Jérôme Cahuzac a pu également être de bon conseil pour lui-même en ce qui concerne la possible rémunération des places à prendre dans le système des pouvoirs qui s’organisent entre l’Etat, la médecine et l’industrie pharmaceutique.

Pour commencer de s’en convaincre, il suffira de lire la conclusion qu’il donne aux dix-huit pages de l’article très documenté qu’il a rédigé en 1999 :

"L’industrie pharmaceutique est théoriquement dépendante des médecins, seuls capables de prescrire, et de l’Etat, seul fondé à mettre un médicament sur le marché et à lui accorder un prix dès lors qu’il est remboursable aux assurés sociaux. L’évolution constatée ces vingt dernières années est qu’en fait les médecins, volens nolens, subissent une très grande influence de la part de l’industrie et que l’Etat, parce qu’il n’a jamais, jusqu’à une date récente, et en dehors de périodes brèves, su tenir une position claire et ferme, a échoué dans sa maîtrise des dépenses pharmaceutiques comme dans sa volonté de constituer des pôles industriels pharmaceutiques de niveau mondial."

Selon Jérôme Cahuzac, le vent de l’évolution soufflait donc, en 1999, dans le sens des intérêts de l’industrie du médicament...

Il n’est que de voir, comment, depuis 23 ans déjà, le Médiator, qui avait entamé sa commercialisation en 1976, cavalait de cabinet médical en cabinet médical, alors que, dès février 1977, la revue du Syndicat de la médecine générale, Pratiques ou les cahiers de la médecine utopique, déclarait à propos de Jacques Servier :

"Mais pourquoi donc ne nous dit-il pas que son Médiator, sur le plan chimique, est un dérivé de l’amphétamine, et un dérivé d’un autre produit de son laboratoire, l’anorexigène Pondéral ?"

Et concluait :

"[...] dans quelques années, quand on commencera à savoir un petit bout de la vérité, ça en fera déjà des millions de boîtes de Médiator vendues !... Et avec tout cet argent, les laboratoires Servier auront bien vécu... et aussi inventé "benflobis", pour lequel il faudra dix ans de plus pour affirmer quelque chose... et... avec tout cet argent..."

On croirait effectivement Perrette et le pot au lait...

Michel J. Cuny

»» http://unesanteauxmainsdugrandcapital.hautetfort.com
URL de cet article 23377
   


Vous avez une minute ?

Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.