RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Aux députés, on refuse l’accès en tant qu’observateurs à l’audience d’extradition de Julian Assange

Les députés européens et les ONG se sont vus refuser l'accès pour observer les procédures d'extradition du fondateur de WikiLeaks devant la Cour pénale centrale

Les députés européens ont déclaré hier soir qu’ils s’étaient vu refuser l’accès en tant qu’observateurs à l’audience d’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à l’Old Bailey.

Environ 40 personnes, dont des représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) et des observateurs politiques internationaux, ont été informés que l’accès à distance au tribunal le premier jour de l’audience leur était refusé.

Parmi les députés européens figurent Maria Arena (Belgique), Clare Daly (Irlande), Sira Rego (Espagne), Luke Flanagan (Irlande), Anne-Sophie Pelletier (France), Mick Wallace (Irlande), Miguel Urbán Crespo (Espagne) et Markéta Gregorová (République tchèque).

Gregorová, qui a assisté à l’audience d’extradition d’Assange au tribunal de la Couronne de Woolwich plus tôt cette année, a fait remarquer "Si des observateurs indépendants ne sont pas autorisés à observer cette affaire, quoi que vous pensiez d’Assange et de sa culpabilité, nous ne pouvons pas avoir une confiance aveugle dans l’équité du procès.

"Négocier et promettre d’observer virtuellement le procès, tout mettre en place et ensuite laisser 40 personnes attendre inutilement, c’est un tout autre niveau et il ne s’agit pas de manque de préparation".

Daly a affirmé qu’elle avait écrit au ministère de la justice britannique et qu’elle avait reçu l’autorisation de rejoindre le lien vidéo officiel de la salle d’audience. "Nous ne pouvons pas, en tant qu’observateurs, conclure quoi que ce soit sur l’équité ou l’impartialité de ces audiences si nous ne pouvons pas y être", a-t-elle observé.

"Lorsque j’ai essayé de me connecter pour suivre la procédure lundi dernier, j’ai été laissé assise dans une salle d’attente virtuelle pendant plusieurs heures. Il en va de même pour mon collègue député européen Mick Wallace. Nous avons appris par Twitter que la juge avait révoqué notre accès".

La juge a refusé la demande de 40 personnes pour rejoindre la plateforme de vidéo en nuage

La juge Vanessa Baraitser a déclaré à la Cour le premier jour de l’audience, le 7 septembre, que la Cour avait envoyé par erreur des invitations à des personnes pour assister à l’audience sur la plateforme vidéo en nuage de la Cour (CVP).

Elle a déclaré qu’elle était "sincèrement préoccupée" par le maintien de l’intégrité du tribunal si les membres du public étaient autorisés à y assister à distance.

Une personne extérieure à la juridiction du Royaume-Uni a fait circuler une photographie d’Assange prise à partir du flux vidéo du tribunal sur les médias sociaux, en violation de la loi britannique, a déclaré Mme Baraitser.

"On m’a donné une liste supplémentaire de 40 personnes qui ont exprimé le souhait de participer à distance", a-t-elle fait savoir. "C’est quelque chose que je peux envisager, mais je ne le ferai que si les deux parties sont d’accord et si c’est dans l’intérêt de la justice".

La juge a statué qu’une fois la diffusion en direct effectuée, le tribunal ne peut pas gérer les procédures et peut encore moins les gérer si les observateurs sont en dehors de la juridiction du Royaume-Uni.

"Sur cette base, j’ai refusé les demandes restantes actuelles de CVP", a-t-elle dit.

Dustin Hoffmann, assistant du député européen allemand Martin Sonneborn, a assuré qu’il avait accès à l’audition dans une salle d’attente avec une liaison vidéo installée dans la Old Bailey pour tenir compte de la distance sociale.

"Il est très important que les observateurs politiques et les ONG aient accès au tribunal afin de s’assurer que le procès est équitable", a-t-il affirmé. "C’est une affaire très importante et, sans aucun doute, elle est politiquement influencée".

M. Hoffmann a dit que la juge semblait faire référence à un incident survenu en février, lorsque quelqu’un présent dans la galerie des visiteurs a pris une photo de la salle d’audience. "Je n’ai vu aucune photo de la liaison vidéo nulle part", a-t-il attesté.

"Techniquement, il devrait être possible de donner accès aux 40 personnes dont l’accès a été révoqué, et il est très alarmant que la juge pense que l’on ne peut pas faire confiance aux ONG et aux observateurs politiques".

Les ONG disent qu’elles ne sont pas en mesure de suivre les audiences d’Assange

Rebecca Vincent, directrice des campagnes internationales de Reporters Sans Frontières (RSF), a expliqué que les ONG s’étaient également vu refuser l’accès à la procédure après avoir demandé à rejoindre la liaison vidéo à distance.

Mme Vincent a rapporté qu’elle avait été initialement admise dans le système de vidéo à distance avant d’être "expulsée". "Je ne pouvais pas me reconnecter après cela, donc nous n’avons pas accès à cette audience à moins que nous puissions entrer physiquement dans le tribunal", a-t-elle ajouté.

"Nous nous retrouvons à faire la queue pendant des heures et nous devons honnêtement employer des tactiques de type guérilla pour entrer chaque jour et les postes de but changent constamment, donc nous devons essayer différentes choses".

Vincent a dit qu’elle n’avait pas vu Assange et qu’elle n’avait pas pu évaluer sa condition physique.

"C’était un point important en février, lorsque nous avons pu voir qu’il n’était pas bien et qu’il ne pouvait pas entendre et à une ou deux occasions, la juge a même entamé une procédure sans qu’il soit physiquement présent", a-t-elle dit.

D’autres ONG, dont Amnesty International et PEN International, n’ont pas non plus pu accéder aux procédures judiciaires.

Naomi Colvin, directrice du programme Royaume-Uni/Irlande pour l’ONG Blueprint for Free Speech, a expliqué : "L’une des raisons pour lesquelles la question de l’accès à distance a été si épineuse est que les observateurs de la société civile et les ONG se sont fait dire qu’ils ne pouvaient pas venir en personne mais qu’ils devaient se fier à la liaison vidéo, ce qui explique pourquoi il était particulièrement grave que l’accès à la liaison vidéo soit coupé".

M. Colvin a déclaré que le ministère de la justice ne devait pas craindre d’autoriser les observateurs de la société civile à assister aux audiences.

Dans d’autres affaires très médiatisées, comme l’audience de diffamation de Johnny Depp à la Cour royale de justice où il y avait trois tribunaux en surnombre, le Royaume-Uni a pu faciliter un meilleur accès en personne, a-t-elle ajouté.

Vincent a exposé que RSF et d’autres ONG essaient de suivre les cas dans les pays du monde entier et sont généralement accommodés parce que le rôle des observateurs des ONG est compris, accommodé et respecté. "Ce n’est que dans ce cas au Royaume-Uni que nous avons été traités comme ça", a-t-elle précisé.

Mme Daly a dit qu’elle ne s’attendait pas à avoir des problèmes pour accéder à une salle d’audience à Londres. "On pourrait penser que le gouvernement britannique voudrait exclure tout doute sur l’impartialité des procédures dans une affaire aussi politique que l’affaire Assange", a-t-elle dénoncé. "Mais malheureusement, le ministère de la justice ne semble pas vouloir que quelqu’un soit présent".

L’eurodéputé espagnol Crespo a ajouté : "Ce n’est pas seulement la liberté d’information qui est en jeu, mais aussi la capacité à demander justice pour des crimes de guerre et des violations des droits de l’homme très graves".

traduction par Romane pour Le Grand Soir

»» https://www.computerweekly.com/news/252489051/MEPs-denied-access-as-ob...
URL de cet article 36453
  

Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.