RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Amérique latine rejette l’aide des États-Unis

L’Amérique latine et les Caraïbes s’associent à la Chine pour des projets de développement de plusieurs milliards de dollars, tout en refusant l’aide proposée par les États-Unis.

21 des 31 pays de la région, amis ou ennemis de Washington, ont rejoint l’initiative "Belt and Road" (BRI), au grand dam des législateurs américains. La représentante Lisa McClain a cherché à expliquer ce phénomène lors de l’audition de la commission des services armés de la Chambre des représentants, cette semaine, sur les défis de la sécurité nationale et l’activité militaire en Amérique du Nord et du Sud.

McClain, une républicaine représentant le Michigan, a fait remarquer l’échec du U.S. Build Act (2018), qui avait été introduit dans une tentative du Congrès de contrer la BRI de la Chine.

McClain a décrit un scénario de refus du Build Act dans son interrogation de la secrétaire adjointe à la Défense pour la défense intérieure, Melissa Dalton :

"D’après ce que je peux dire, et je peux me tromper, mais il semble que les nations sous-développées soient peu intéressées par l’utilisation du Build Act américain par rapport à la Chine. Pourquoi pensez-vous que ces nations ont été si hésitantes à utiliser les États-Unis pour aider à financer leurs initiatives ?"

"Nous offrons de l’aide... et ils ne la prennent pas. Donc quand je parle... c’est comme si nous devions fournir de l’aide. Nous devons fournir de l’aide. Nous devons fournir de l’aide. Puis nous fournissons de l’aide et ils n’en veulent pas. Alors, c’est vraiment le problème ou il y a quelque chose qui m’échappe ?"

"Mais nous devons les éloigner de la Chine et de nos adversaires et nous devons passer un peu de temps sur le pourquoi, parce que ce n’est vraiment pas..." a déclaré McClain, avant d’être arrêtée par le président de la réunion, son temps de parole étant écoulé.

Pour sa part, Mme Dalton a répondu qu’elle devait s’en remettre au Département d’État, "qui est en première ligne pour s’engager avec les partenaires sur cette question particulière".

Le nouveau chef du Commandement sud des États-Unis (SOUTHCOM), le général Laura J. Richardson, a déclaré que quatre mois après son entrée en fonction, "la plus grande révélation pour moi a été la mesure dans laquelle la Chine et la Russie étendent agressivement leur influence dans notre voisinage".

Selon les chiffres du général Richardson, la République populaire de Chine a investi 72 milliards de dollars sur une période de cinq ans (2017-2021) en Amérique latine et dans les Caraïbes :

"C’est hors normes et je peux lire quelques projets, les plus préoccupants que j’ai sont les 6 milliards et les projets spécifiquement près du canal de Panama. Et je regarde les lignes de communication stratégiques : le canal de Panama et le détroit de Magellan. Mais pour ne citer que quelques projets, la centrale nucléaire en Argentine, 7,9 milliards ; l’autoroute en Jamaïque, 5,6 milliards ; la raffinerie d’énergie à Cuba, 5 milliards ; l’autoroute au Pérou, 4 milliards ; le barrage d’énergie en Argentine, 4 milliards ; le métro en Colombie, 3,9 milliards ; le chemin de fer de marchandises en Argentine, 3 milliards. Ce ne sont pas de petits projets qu’ils mettent en œuvre dans cette région. Cette région est riche en ressources."

Ce ne sont pas seulement le développement et les infrastructures du Sud qui ont affolé les législateurs américains. La mission spatiale de la Chine, sa capacité militaire, ses cybercapacités et ses relations étroites avec un ensemble de pays d’Amérique latine ont également été évoquées comme des motifs d’inquiétude pour Washington, qui est désormais troublé par la diminution de son influence sur l’ensemble du continent américain. Le général Richardson a également noté que les alliés des États-Unis renforcent leur coopération avec la Russie, déclarant que "les récentes visites des présidents du Brésil et de l’Argentine avec Poutine en Russie démontrent un élargissement potentiel inquiétant des liens russes dans la région", en plus des récentes visites d’une délégation russe de haut niveau au Venezuela, au Nicaragua et à Cuba.

Sur le plan militaire, le commandant du SOUTHCOM a indiqué que la coopération russe en matière de défense et de renseignement avec Cuba, le Nicaragua et le Venezuela constituait une préoccupation immédiate pour les États-Unis.

Alors que le sujet de l’audition était "Les défis de la sécurité nationale et l’activité militaire en Amérique du Nord et du Sud", aucun pays n’a été mentionné plus que la Russie, mentionnée 82 fois, et la Chine, qui a été mentionnée 50 fois, au cours de la session.

L’audition du House Armed Services Committee peut être vue ici.

Kawsachun News

Traduction "MDR" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://kawsachunnews.com/latin-america-is-rejecting-u-s-assistance
URL de cet article 37849
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce que vous faites peut paraître insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez.

Gandhi

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.