Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’argent de l’oncle Obama (La Pupila Insomne)

Grâce à Néstor García Iturbe, Docteur en Sciences Historiques, nous avons pu connaître en détail comment la National Endownment for Democracy (NED) - cette organisation que même The New York Times qualifie de fondation-écran pour la CIA - a ventilé ses fonds entre 2014 et 2016. On trouve cette information à partir de la page 33 du Mémoire de Diplôme de l’Institut Supérieur des Relations Internationales Raúl Roa García (ISRI) réalisé par Aileén Carmenaty Sánchez, avec pour titre : La SUBVERSION POLITICO IDÉOLOGIQUE DES ÉTATS-UNIS ENVERS LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE, POLITIQUE ET SOCIAL DE CUBA APRÈS LE RÉTABLISSEMENT DES RELATIONS DIPLOMATIQUES ENTRE LES DEUX PAYS (2014 – 2016), sous la direction de García Iturbe en personne et de Gerardo Hernández Nordelo, Héros de la République de Cuba et Vice-recteur de l’ISRI.

La période qui a vu le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis a connu, en ce qui concerne le budget global attribué à la NED, une hausse substantielle des sommes attribuées à chacun des programmes que gère cette institution (Cf ; annexe 3). En 2014, la NED a reçu la somme de 3 057 104 $, ce qui représente une hausse de 624 197$, soit un peu plus de 20% d’augmentation pendant que se poursuivaient les échanges politiques entre fonctionnaires des deux nations à travers des conversations à caractère économique, politique et social.

Selon les données publiées par la Fondation Nationale pour la Démocratie sur son site officiel, http://www.ned.org, les programmes les plus importants de son activité subversive sont :

Directoire Démocratique Cubain - (2014 : 650 000 $). - (2015 : 650 000 $) — (2016 : 650 000 $).
Depuis sa création, ce programme est un des plus importants compte tenu de son financement. Son objectif est le développement d’un supposé activisme civique à Cuba au moyen de programmes d’assistance technique aux activistes de la base pour qu’ils développent leur travail à Cuba.

Quotidien de Cuba - (2014 : 280 002 $). - (2015 : 283 869 $) – (2016 : 256 250 $).
Ce programme est également vu comme un de ceux qui reçoivent une somme assez élevée depuis 2014. Son activité fondamentale consiste à fournir une plateforme informative pour qu’elle soit utilisée par des journalistes indépendants, des artistes, des universitaires et pour dénoncer les supposées violations de la liberté, de la démocratie et des Droits de l’Homme à Cuba.

CubaNet News Inc.- (2014 : 208 000 $.) - (2015 : 224 562 $) - (2016 : 225 233 $).
Son travail consiste à développer l’activité des journalistes indépendants pour diffuser de l’information sur Cuba « non censurée » et en rapport avec la situation économique, politique et sociale. Cette information de caractère subversif est publiée on line et, théoriquement, on aura recours à des citoyens équipés en informatique pour la diffuser à l’intérieur de Cuba.

Association Editoriale Hypermedia. (2014 : 49 471 $). - (2015 : 51 188 $.) - (2016 : 61 767 $),
dont la fonction essentielle est d’assurer la publication des œuvres des écrivains et intellectuels indépendants qui s’expriment sur les problèmes de la liberté à Cuba.

Centre pour une Cuba Libre.- (2014 :102 000 $).- (2015 : 107 000 $.) - (2016 :107 000 $).
Ce programme vise essentiellement à apporter une aide humanitaire et financière aux « prisonniers politiques », à leur famille et aux activistes des Droits de l’Homme à Cuba.

Centre de Recherche et de Formation d’Activistes Sociaux d’Association Civile. - (2014 : 65 104 $) - (2015 : 68 064 $) - (2016 : 81 435 $),
CICES selon son sigle en anglais, se fixe pour but de préparer ses « agents » pour agir en tant que leaders de la jeunesse à Cuba, de promouvoir la démocratie et la « liberté d’expression » et de faire connaître, à travers ses médias en Amérique Latine, « la situation de la jeunesse à Cuba ».

Groupe International pour la Responsabilité Sociale Corporative à Cuba”. (2014 : 215 000 $) - (2015 : 290 000 $). - (2016 : 230 000 $).
Son but est de « préparer » des agents à l’intérieur du mouvement syndical, promouvoir des droits syndicaux et apporter aux leaders syndicaux indépendants des moyens techniques et des ressources financières pour qu’ils puissent développer leur activité au sein du mouvement ouvrier.

Clovek v tisni,o.p.s. Personnes en Crise - (2014 : 173 889 $) - (2015 : 209 888 $) - (2016 : 197 520 $).
Ce programme a été créé pour former et apporter une assistance technique à des journalistes indépendants chargés de diffuser de l’information sur des problèmes sociaux, politiques et économiques en rapport avec le soi-disant « manque de démocratie et de liberté ».

Fondation de l’Âme Cubaine. - (2014 : 75 000 $) - (2015 : 85 000 $). - (2016 : 95 000 $).
Son activité consiste à apporter une aide financière à des artistes indépendants pour qu’ils puissent créer et reproduire leurs œuvres critiques de la société qui « brime leurs libertés et la démocratie ».

Rapprochement Humanitaire Évangélique Chrétien de Cuba - (2014 : 60 074 $) – (2015 : 70 000 $) – (2016 : 100 000 $).
Ce programme complète l’activité subversive de l’organisation EchoCuba pour la promotion d’événements et la production de matériel concernant la « liberté religieuse » et la « démocratie ».

L’Institut Cubain pour la Liberté d’Expression et la Liberté de la Presse Inc. - (2014 : 107 000 $) - (2015 : 123 692 $) - (2016 : 132 500$).
C’est un autre des programmes mis en œuvre par la NED afin de promouvoir la « liberté de l’information » au sein des communautés de base sur toute l’étendue du pays et aider les communautés à créer leur organe de presse et à le distribuer aux habitants des diverses localités.

L’Institut Politique pour la Liberté, PERU - (2014 : 85 000 $). - (2015 : 99 996 $). - (2016 : 99 992 $).
Son but est la formation des « agents en démocratie », l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux et des outils d’accès à l’information.

La Plateforme Internationale Pour les Droits de l’Homme à Cuba. - (2014 : 75 000 $) - (2015 : 85 000 $) - (2016 : 88 824 $).
Son travail consiste à former des agents cubains qui s’efforceront d’inclure les Droits de l’Homme dans les négociations de Cuba avec l’Union Européenne.

Observatoire Cubain des Droits de l’Homme - (2014 : 100 000 $.) - (2015 : 83 687 $) - (2016 : 120 000 $).
C’est un autre des programmes dotés d’une forte somme d’argent et son but consiste à organiser des activités où des représentants de la société civile cubaine puissent diffuser leurs opinions aux États-Unis, en Amérique Latine et en Europe sur le sujet : « les libertés et la démocratie » à Cuba.

Plateforme d’Intégration Cubaine. - (2014 :100 892 $) - (201 : 113 299 $). - (2016 : 113 300 $).
Il centre son travail sur la mise en avant des problèmes raciaux à Cuba. Son travail est en lien direct avec des universitaires, des artistes et des activistes dans le but d’éditer un journal où seront mis en évidence les problèmes rencontrés par les afro-descendants, à Cuba.

Promotion de Leaders et de Valeurs Démocratiques à Cuba - (2014 : 110 000 $). - (2015 : 122 000 $). - (2016 : 130 000$). 
Son but principal est la promotion des valeurs démocratiques et des idées qui renforceront le leadership des agents pro démocratie à Cuba

Promotion de Jeunes Dirigeants et Participation. - (2014 : 13 052 $). - (2015 : 16 530 $). - (2016 : 20 000 $).
Ce programme s’efforce d’inculquer des valeurs « démocratiques » chez des agents jeunes qui se verront comme de futurs leaders de la société civile cubaine.

Fournir de l’assistance juridique à Cuba. - (2014 : 64 586 $). - (2015 : 52 991 $). - (2016 : 58 446 $).
Son but : apporter une assistance juridique à des citoyens cubains et à des activistes de la société civile.

En 2015, quelques-uns de ces projets et programmes disparaissent comme conséquence de leur inefficacité et de la suppression du budget qui leur était alloué. Cependant, d’autres projets voient le jour au cours des années 2015 et 2016. Parmi ceux-ci :

Projet de la Société Libre, INC.- (2015 : 80 000 $). - (2016 : 85 000 $).
Il se fixe pour but de recueillir et d’organiser la mémoire des violations des Droits de l’Homme à Cuba et, à partir de ce matériel, de produire des rapports à diffuser à Cuba et à l’extérieur.

Promotion de Participation Citoyenne. - (2015 : 65 000 $). - (2016 : 103 000 $).
Au centre de ce projet, le développement de l’interaction entre les agents et les membres de leur communauté dans le but d’aider à résoudre les maux dont souffre la communauté.

Renforcer la capacité de la Société Civile dans le Processus Politico Démocratique. - (2015 : 111 000 $). - (2016 : 115 000 $).
Sa tâche essentielle est d’accroître la capacité des agents, au sein de la Société Civile, pour participer et promouvoir des élections censément démocratiques dans l’Île. En outre, ces agents seront techniquement formés pour proposer des modifications de la Loi Electorale en accord avec les normes internationales admises et dans le but d’obtenir des élections « libres et exemptes de fraude ».

Améliorer la qualification des Avocats des Droits de l’Homme. - (2015 : 99 908 $.) - (2016 : 99 516 $).
Son activité bénéficie essentiellement du soutien de la AMERICAN UNIVERSITY, laquelle invite, tous frais payés, un groupe d’avocats cubains à suivre un cours annuel de spécialisation en Droits de l’Homme et cela est utilisé pour aborder les problèmes de Droits de l’Homme à Cuba.

Personnes en Crise, SLOVAQUIE. - (2015 : 90 230 $). - (2016 : 92 330 $).
Ce programme se fixe le but d’assurer la formation des agents qui développent une pensée critique en rapport avec la transition démocratique à Cuba.

Appui aux activistes des Droits de l’Homme. - (2015 : 90 000 $). - (2016 : 90 000 $).
Son objectif fondamental est la fourniture d’une aide humanitaire et financière pour renforcer les capacités d’action des défenseurs des Droits de l’Homme à Cuba.

Vue Longue Foundation Corp.- (2015 : 70 000 $). - (2016 : 80 000 $).
Au centre de son projet : renforcer la capacité d’écrivains et d’artistes indépendants, à Cuba, pour que ceux-ci puissent publier et exposer leurs œuvres en dehors de la censure officielle. En plus de ce travail de promotion, organiser la collaboration entre intellectuels cubains et « Cubains-Américains », organiser des festivals conjoints et des présentations de livres et d’œuvres d’art.

En 2016, on a vu apparaître d’autres projets financés par la NED, et parmi ces derniers :

Temps de changement et nouveau rôle pour les différents secteurs à Cuba ou Times of Change and a New Role for Different Sectors in Cuba (60 880 $).
Son but : mettre l’accent sur la société civile en proposant des alternatives politiques, au moyen d’activités qui feront intervenir une recherche sur le rôle d’institutions spécifiques de transition vers la démocratie et aussi le débat sur ce thème entre des supposés représentants de la société civile cubaine et en mettant en avant les expériences des autres pays de la région.

Institut Démocratique National pour les Affaires Internationales ou National Democratic Institute for International Affairs (NDI) (700 000 $).
Sa principale activité se résume à mettre en valeur le savoir-faire des acteurs civiques indépendants. Dans ce cadre, il est proposé un programme sur deux ans pour accroître l’aptitude des activistes indépendants à développer la participation de citoyens cubains dans les problèmes civiques locaux.

Fondation de l’Agenda Public ou Agenda Foundation, Inc., (50 010 $).
Son but : développer l’usage de pratiques délibératives et soi-disant « démocratiques » à Cuba. L’organisation mettra en place un groupe de travail comprenant des représentants cubains et étatsuniens.

D’une façon générale, de 2014 à 2016, on peut observer une augmentation considérable des sommes allouées aux projets de la NED financés par le Département d’État des États-Unis ; il en est de même en ce qui concerne le budget destiné aux programmes de la USAID. Cependant, certains de ces projets ont coexisté durant les années 2014 et 2015, tandis que d’autres ont disparu comme conséquence des coupes dans les budgets alloués pour leurs plans et cela à cause de leur inefficacité et du détournement des fonds destinés à l’activité subversive à Cuba.

Un grand nombre de ces projets ont des liens très étroits avec des organisations contrerévolutionnaires dans et à l’extérieur de Cuba, organisations qui appuient les objectifs proposés par la NED et l’USAID par un lobbying très intense avec l’espoir subversif de terrasser la Révolution et de provoquer des changements dans le système économique, politique et social de notre pays.

La Pupila Insomne

Traduction M. Colinas

»» http://lapupilainsomne.jovenclub.cu/++cs_INTERRO++p=61214
URL de cet article 32605
   
Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.