RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Empire résout le problème nazi en Ukraine par un changement de logo

Ah ! c’est beaucoup mieux. Problème résolu.

Le Times, le torchon de l’empire britannique, a publié un nouvel article intitulé « Le bataillon Azov retire le symbole néonazi exploité par les propagandistes russes », qui doit être le titre le plus hilarant de l’année 2022.

« Le bataillon Azov a retiré de son insigne un symbole néonazi qui a contribué à perpétuer la propagande russe sur l’Ukraine en proie au nationalisme d’extrême droite », nous informe le Times. « Lors de l’inauguration d’une nouvelle unité de forces spéciales à Kharkiv, les insignes remis aux soldats ne comportaient pas le Wolfsangel, un symbole allemand médiéval adopté par les nazis et utilisé par le bataillon depuis 2014. À la place, ils arboraient un trident doré, le symbole national ukrainien porté par d’autres régiments ».

Oui c’est comme ça qu’on résout le problème des nazis en Ukraine. Un changement de logo.

Les nazis ukrainiens se débarrassent de leurs symboles SS pour arrêter les propagandistes maléfiques dans l’un des mouvements de marketing les plus intelligents qui soient. Le titre du Times indique à quel point les oligarques occidentaux soutiennent les fascistes.

Affirmer que c’est de la « propagande russe » que de dire que le Bataillon d’Azov utilise des insignes néo-nazis, et est idéologiquement néo-nazi, est en soi de la propagande. Il y a un mois, Moon of Alabama a publié une liste incomplète des nombreux médias occidentaux grand public qui ont décrit divers paramilitaires ukrainiens comme tels. Si seuls les « propagandistes russes » affirment que le Bataillon Azov est néonazi, alors les plateformes de médias sociaux de la Silicon Valley devraient immédiatement interdire des médias comme NBC News, la BBC, le Guardian et Reuters.

Avant le début de cette guerre en février dernier, il n’était pas sérieusement controversé de dire que l’Ukraine avait un problème nazi, sauf dans les chambres d’écho les plus virulentes de l’empire. Même dans les premiers jours du conflit, cela se faisait encore dans les publications grand public qui n’avaient pas encore reçu le mémo que l’histoire avait été réécrite, comme cet article de NBC News de mars intitulé « Le problème nazi de l’Ukraine est réel, même si la revendication de « dénazification » de Poutine ne l’est pas ».

En voici un extrait :

« Tout aussi inquiétant, des néonazis font partie de certains bataillons de volontaires ukrainiens dont les rangs ne cessent de grossir. Ils sont aguerris après avoir mené certains des combats de rue les plus durs contre les séparatistes soutenus par Moscou dans l’est de l’Ukraine, après l’invasion de la Crimée par Poutine en 2014. L’un d’eux est le bataillon Azov, fondé par un suprémaciste blanc avoué qui affirmait que le but national de l’Ukraine était de débarrasser le pays des juifs et des autres races inférieures. En 2018, le Congrès des EU a stipulé que son aide à l’Ukraine ne pouvait pas être utilisée « pour fournir des armes, un entraînement ou toute autre assistance au bataillon Azov ». Malgré cela, Azov est maintenant un membre officiel de la Garde nationale ukrainienne.

Il est donc clair que ce n’est pas de la « propagande russe » que de souligner le fait établi qu’il existe des paramilitaires néonazis en Ukraine qui reçoivent des armes des États-Unis et de leurs alliés. Le changement d’insigne ne vise pas à corriger une perception erronée, mais à masquer une perception correcte.

Le changement d’insigne est un changement de marque vers un logo plus adapté au grand public, un peu comme Aunt Jemima qui devient Pearl Milling Company en raison du racisme Jim Crow que la marque précédente évoquait. La principale différence réside dans le fait que les dirigeants de Pearl Milling n’ont probablement plus envie de faire des États-Unis un État d’apartheid.

Comme l’a noté le journaliste Alex Rubenstein sur Twitter, Al-Qaïda en Syrie a connu un changement de marque similaire il n’y a pas longtemps pour les mêmes raisons :

Azov est le nouvel Al-Qaïda en Syrie : « Nous ne sommes pas Al-Qaïda ! Nous nous sommes séparés d’eux. Bien sûr, nous sommes tous d’anciens membres mais notre nouveau groupe, Jaysh al-Zawahiri, n’est pas d’accord avec ce genre de choses !
Nous arborons toujours le drapeau noir mais nous avons changé les mots dessus.
Maintenant, s’il vous plaît, envoyez-nous plus d’armes ».

En effet, il est tout à fait normal que les États-Unis et leurs alliés apportent leur soutien à des extrémistes fascistes afin de faire avancer les programmes impériaux, car ce sont généralement les factions armées d’une région donnée qui sont prêtes à infliger à leurs compatriotes les actes de violence brutaux nécessaires à la réalisation de ces programmes.

Des milices d’extrême droite en Amérique latine aux djihadistes tyranniques au Moyen-Orient, ce schéma consistant à soutenir des fascistes meurtriers et à devoir ensuite gérer la perception publique de leur dépravation existe depuis longtemps. Après que l’alliance étasunienne a commencé à collaborer avec des factions alignées sur Al-Qaïda pour imposer un changement de régime en Syrie, il a fallu qu’elle change de marque pour apaiser les inquiétudes du public quant à son image. Lorsque les Contras, soutenus par les États-Unis, commettaient des atrocités en matière de droits de l’homme au Nicaragua pour écraser les Sandinistes de gauche, l’administration Reagan lançait une campagne massive de gestion de la perception afin de manipuler la façon dont les gens perçoivent la situation.

En Ukraine, les paramilitaires néonazis se sont avérés être les voyous armés suffisamment dépravés pour faire ce que l’empire avait besoin de faire sur le terrain. Comme l’a expliqué le militant pacifiste ukraino-américain Yuliy Dubovyk à Multipolarista, ce sont eux qui étaient prêts à tirer sur leurs propres compatriotes dans la partie orientale du pays.

« Les habitants de Donetsk et de Lougansk ont eu moins de chance. Le gouvernement putschiste a dépêché l’armée pour réprimer leurs insurrections. Au début, de nombreux soldats ukrainiens ont refusé de tirer sur leurs propres compatriotes, dans cette guerre civile que leur gouvernement soutenu par les États-Unis a déclenchée. Voyant l’hésitation des militaires ukrainiens, les groupes d’extrême droite (et les oligarques qui les soutenaient) ont formé des « bataillons de défense territoriale », portant des noms comme Azov, Aidar, Dnipro, Tornado, etc. »

Tout comme en Amérique latine, où les escadrons de la mort soutenus par les États-Unis ont tué des politiciens de gauche, des socialistes et des syndicalistes, ces bataillons fascistes ukrainiens ont été déployés pour mener l’offensive contre les milices de Donetsk et de Lougansk, tuant des Ukrainiens russophones.

Déverrouillé : En se rangeant du côté de l’extrême droite ukrainienne,
les États-Unis ont saboté le mandat historique de Zelensky pour la paix.

Le fait que des factions comme le bataillon Azov aient été les plus disposées à se salir les mains en Ukraine a été un facteur important dans leur capacité à exercer une influence sur les affaires du pays bien supérieure à leur nombre, une dynamique décrite en détail par Max Blumenthal et Alex Rubenstein de The Grayzone. Comme le note le journaliste Aaron Maté, lorsque Volodymyr Zelensky a été élu président de l’Ukraine, ces extrémistes ont ouvertement menacé de le lyncher s’il s’efforçait de faire la paix avec la Russie, comme il s’y était engagé.

À ce propos, il est utile de rappeler que les États-Unis auraient facilement pu éviter toute cette guerre en protégeant simplement Zelensky de ces factions afin qu’il puisse mettre en œuvre le mandat de paix pour lequel il a été élu. Mais bien sûr, les États-Unis n’auraient jamais fait une telle chose, parce qu’ils ont toujours voulu cette guerre, et parce qu’ils ne croient pas réellement aux mandats démocratiques, et ne s’opposent pas réellement au nazisme.

C’est pourquoi, lorsque des inquiétudes ont été soulevées concernant l’armement de milices néonazies en Ukraine, la seule offre sur la table a été un changement de logo.

traduction Réseau International

»» https://reseauinternational.net/lempire-resout-le-probleme-nazi-en-ukr...
URL de cet article 38044
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.